Social/syndicats

  • Amérique latine : Etat, syndicats et bureaucraties syndicales

    Guillermo Almeyra 2 mai 2013

    Tant que le régime du salariat existera, les travailleurs seront exploités par les entreprises capitalistes ou par l’Etat en tant que capitaliste collectif. Ils devront donc se défendre des uns et de l’autre en tentant de vendre leur marchandise particulière, la force de travail, au prix le plus élevé et dans les meilleures conditions possibles. Pour ce faire, ils doivent s’unir en associations de producteurs de cette marchandise, autrement dit en syndicats de branche et d’industrie, pour peser plus sur le marché face à des capitalistes qui n’hésitent pas à former des monopoles.
    Les syndicats sont donc, d’une part, une école élémentaire d’union et de solidarité de classe face aux capitalistes et à (...)

  • Il doit n’en rester qu’un... (la conception capitaliste du recrutement)

    Nicolas Dessaux 1er mai 2013

    Quand un patron, public ou privé, publie une offre d’emploi, il reçoit des dizaines, des centaines de réponses. Mais il va ne recruter qu’une seule personne, et tous les autres devront chercher un taf, encore et encore Ca pose bien des questions sur la conception capitaliste du recrutement.
    Admettons que, sur la masse des candidats, il y en a qui n’ont pas le profil. Ca peut arriver. Mais dans la plupart des cas, les cv se ressemblent : les mêmes formations, les mêmes diplômes, les mêmes expériences. On y trouve aussi les mêmes sourires sur les photos, les mêmes qualités - celles qui sont recommandées par les sites de conseils pour rédiger son cv. La seule arme qu’il nous reste, c’est le bluff. (...)

  • SNCB : Deux délégués tirent les enseignements de la lutte

    Dany Roberfroid 28 avril 2013

    En juin 2012 le ministre Paul Magnette déposait son projet de réforme pour scinder le groupe SNCB et faire une société dite bicéphale : Infrabel d’un côté, SNCB d’un autre, en supprimant la SNCB Holding. Les syndicats cheminots ont directement répliqué en défendant une seule société intégrée pour plus de cohérence pour le service aux usagers et comme meilleure garantie pour défendre le service public et l’unicité du statut. Le Kern a approuvé le projet de Magnette début janvier 2013, mais la lutte n’est pas finie... Presse Internationale, le mensuel de la Ligue Communiste des Travailleurs (LCT), a organisé un entretien avec deux délégués de la CGSP Cheminots de Bruxelles qui ont (...)

  • Manifestation internationale le 1er Juin : Les peuples unis contre la Troïka !

    Collectif 28 avril 2013

    A l’initiative du mouvement portugais « Que se Lixe a Troika » (« Que la troïka aille se faire foutre »), qui a organisé des manifestations rassemblant plus d’un millions de participants, des activistes de cinq pays européens se sont réunis à Lisbonne pour coordonner une mobilisation internationale le 1er juin prochain. Nous reproduisons ci-dessous la traduction de l’appel lancé à cette occasion. (Avanti4.be)
    L’Europe subit une violente attaque du capital financier représenté par la Troïka (FMI, BCE, CE) et par les différents gouvernements qui appliquent les politiques concoctées par ces institutions qui méprisent les personnes. Nous savons que cette offensive vise à faire plier les peuples en les rendant (...)

  • Appel du Réseau syndical international de solidarité et de luttes

    Collectif 28 avril 2013

    Des représentants d’organisations syndicales de 30 pays (voir la liste en fin de l’appel) d’Europe, des Amériques, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie ont participé du 22 au 24 mars dernier à une réunion syndicale internationale à la Bourse du Travail de Saint-Denis (Paris) et ont décidé de mettre sur pied un "Réseau Syndical International de Solidarité et de Lutte" afin de construire et de renforcer un « syndicalisme offensif, démocratique, autonome, alternatif, féministe, internationaliste ». Nous reproduisons ci-dessous le Manifeste adopté à ce propos. (Avanti4.be)
    Cet appel est lancé par des organisations syndicales d’Europe, d’Afrique, d’Amérique, d’Asie. Nos affiliations ou non-affiliation (...)

  • Danemark : Les profs jetés à la rue

    Jean Peltier 24 avril 2013

    Depuis le 1er avril, près de 70.000 profs de l’enseignement public danois sont privés de leur travail suite au lock-out imposé par leur employeur, la Confédération des pouvoirs locaux. Ce lockout est le dernier acte d’une série de mesures d’austérité prises par le gouvernement de centre-gauche dirigé par le premier ministre social-démocrate Helle Thorning-Schmidt.
    Après une première année de mandat pendant laquelle le nouveau gouvernement avait mis en oeuvre quelques changements de politique bienvenus, comme des droits accrus pour les immigrés et pour les homosexuel(le)s, l’enthousiasme est fortement retombé et a fait place à la résignation dans une partie de la population mais aussi à l’indignation (...)

  • Vers un rassemblement politique à la gauche du PS et d’Ecolo ?

    Ataulfo Riera 21 avril 2013

    A l’occasion du 1er Mai 2012, le secrétaire régional de la FGTB Charleroi Sud-Hainaut, Daniel Piron, lançait un appel en faveur de la création d’un parti anticapitaliste ou d’un rassemblement politique à gauche du PS et d’Ecolo qui, face à la crise et à l’austérité, serait capable de représenter les intérêts de la classe travailleuse. Une journée de réflexion se tient ce 27 avril à Charleroi dans le prolongement de cet appel.
    Près d’un an après, le bilan de cet appel est à la fois maigre et significatif. Maigre parce qu’il n’a pas suscité un engouement débridé dans les rangs du reste de la FGTB wallonne, ni chez les travailleurs en général. Mais significatif parce qu’il a par contre reçu un écho positif de la (...)

  • Manifestation contre la réforme du chômage à Namur : Ceci n’est pas une crise, c’est une escroquerie !

    Riposte-CTE 15 avril 2013

    Sous prétexte de « lutte contre le chômage » et de « quête du plein emploi », voilà plus de 30 ans que nos dirigeants détricotent méticuleusement nos acquis sociaux et pour quel résultat ? Une précarisation généralisée et un chômage qui explose.
    Un rapide coup d’oeil à la richesse indécente affichée par un Mittal ou autre spécialiste du vol social devrait pourtant suffire à nous convaincre que ce n’est pas l’argent qui manque. Et pour cause ! Nous n’avons jamais produit autant de richesses ! Elles se concentrent simplement entre les mains des « 1% » au détriment de ceux qui les produisent réellement : les travailleurs, avec ou sans emploi.
    C’est pourquoi nous devons refuser le chantage à l’emploi qui souvent (...)

  • Dossier : Occupations d’usines et autogestion ouvrière en Belgique

    Erik Demeester, Jean Peltier 15 avril 2013

    Le débat sur les occupations d’usines et les expériences de reprise de la production sous gestion ouvrière a été relancé récemment par le redémarrage de l’usine grecque VIO-ME sous forme d’une coopérative ouvrière après une occupation qui aura duré plus d’un an. La Belgique a elle aussi une série d’expériences de ce type dans les années ’70. Erik Demeester et Jean Peltier en retracent ici l’histoire. (Avanti4.be)
    Petite histoire des occupations d’usines en Belgique Erik Demeester
    "Les grèves avec occupation des usines, une des plus récentes manifestations de cette initiative, sortent des limites du régime capitaliste “normal”. Indépendamment des revendications des grévistes, l’occupation temporaire des (...)

  • Vers une grève générale en Grande-Bretagne ?

    Librered 11 avril 2013

    Les deux plus grands syndicats du Royaume-Uni ont lancé un appel à organiser une grève générale de 24 heures pour s’opposer aux politiques néolibérales imposées par le gouvernement (coupes dans les dépenses sociales, privatisations dans le secteur public et baisse des impôts aux plus riches).
    Cette grève générale serait la première à être organisée à l’échelle du pays depuis… 1926, soit il y a plus de 80 ans, quand les travailleurs des secteurs privés et publics avaient coordonné une action de masse au niveau national.
    Cet appel a été présenté jeudi dernier par le syndicat Unite – qui compte 1,4 millions d’affiliés – et par Unison, le plus grand syndicat du secteur public et commercial, qui compte 1,3 millions (...)