Histoire

  • Réflexion de Genre (3) : Le capitalisme est-il « indifférent » à l’oppression des femmes ?

    Cinzia Arruzza 26 mars 2014

    Un des points de vue les plus répandu chez les théoriciens marxistes est de considérer l’oppression de genre comme quelque chose qui n’est pas nécessaire à l’oppression du capital. Cela ne signifie pas que le capitalisme ne s’en serve pas et ne profite pas de l’inégalité de genre produite par les configurations sociales précédentes. Mais il s’agirait par contre d’un rapport opportuniste et contingent. Dans les faits, le capitalisme n’a pas vraiment le besoin de se servir de manière spécifique de l’oppression de genre, et les femmes ont bel et bien atteint, sous le capitalisme, un niveau de liberté et d’émancipation sans précédents dans les époques historique. Bref, la libération des femmes et le (...)

  • 1894 : La Charte de Quaregnon

    Ernest Mandel 26 mars 2014

    A l’occasion du 120e anniversaire de la Charte de Quaregnon, document programmatique fondateur de la social-démocratie en Belgique, nous reproduisons ci-dessous une analyse de ce texte, de son contexte et de son évolution historique par le théoricien marxiste Ernest Mandel. Depuis la rédaction de cet article en 1984, l’intégration de la social-démocratie dans le capitalisme n’a fait que se renforcer avec son tournant néolibéral, faisant disparaître dans ce parti toute trace de réformisme anticapitaliste et affaiblissant notoirement sa base et ses liens organiques avec le monde ouvrier. Souvent citée à raison pour marquer cette évolution avec ses origines, la Charte de Quaregnon de la social-démocratie (...)

  • 1789-94 - Une immense révolution, bourgeoise et « avant-courrière »

    Jean-Philippe Divès 19 mars 2014

    « Avec la Tunisie puis l’Egypte, avec ces explosions sociales, voire ces insurrections, qui se généralisent sur tous les continents (dernièrement, sur le nôtre, en Bosnie-Herzégovine), la révolution redevient une idée actuelle pour des secteurs des masses mobilisées, en particulier dans la jeunesse. D’où, certainement, l’intérêt renouvelé que l’on observe, dans des milieux militants et ailleurs, pour la Révolution française… »
    C’est pour cette raison de « retour de la révolution » que la revue française « L’Anticapitaliste », publiée par le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), publie dans son dernier numéro un dossier fouillé qui revient en détail sur cet épisode de l’Histoire et les leçons que nous pouvons (...)

  • Il y a 80 ans : La chute de Vienne la Rouge

    Ataulfo Riera, Charles Heimberg 14 février 2014

    Le mois de février 1934 fut un moment crucial dans l’histoire du mouvement ouvrier. Un peu plus d’un an s’était écoulé depuis la résistible ascension d’Adolf Hitler au pouvoir en Allemagne. Les gravissimes erreurs des partis communistes stalinisés et des sociaux-démocrates avaient laissé le champ libre à une offensive réactionnaire qui s’est articulée à l’échelle européenne. En Autriche, le parti chrétien bourgeois du chancelier Dolfuss s’était étroitement lié à l’Italie mussolinienne et était de plus en plus engagé sur la voie d’un véritable « austro-fascisme » - ou « catho-fascisme », car fortement teinté de cléricalisme réactionnaire. (1)
    Le 12 février 1934, face à de nouvelles perquisitions et des arrestations (...)

  • Lénine, « léninisme » et « anti-léninisme »

    Scott Jay 28 janvier 2014

    Lénine est mort il y a 90 ans. Et le léninisme n’est guère en meilleur état. Encore faut-il s’entendre sur ce que signifie le « léninisme » aujourd’hui. Car celui qui est professé par de nombreuses organisations d’extrême-gauche n’a en réalité qu’un rapport assez lointain avec ce que furent la théorie et la pratique réelles de Lénine et des Bolcheviks. Dans cet article, Scott Jay, un militant étatsunien vivant à Oackland (Californie) qui ne manque pas d’esprit caustique, passe au crible ce « léninisme » bricolé au fil des décennies qui ont suivi la mort de Lénine et qui tient encore lieu de référence et de boussole à une large gamme d’organisations d’extrême-gauche. (Avanti4.be)
    De 1903 jusqu’en 1914, Lénine a (...)

  • « Esclave pendant douze ans » : résistance, dignité et compromis

    Alan Maass, Ignasi Franch 27 janvier 2014

    Le réalisateur britannique Steve McQueen (« Hunger games », « Shame ») a consacré son troisième long-métrage, « Esclave pendant douze ans », à l’histoire réelle de Solomon Northup, un homme noir né libre aux Etats-Unis et qui fut enlevé et vendu à des grands propriétaires terriens esclavagistes.
    Le matériau de référence est le livre de mémoires écrit par Northup lui-même et dont la publication contribua à impulser un débat public sur ces délits. L’ampleur de ce type de tragédie, parallèle à celle de l’esclavage, est impossible à quantifier du fait de l’impunité régnante alors. Mais la promulgation de diverses lois indique que les autorités étaient bien au courant du problème : la persécution (légale mais (...)

  • 1936 : Quelle stratégie dans la Révolution espagnole ? L’énigme Nin

    Miguel Romero 27 janvier 2014

    Miguel Romero (1945-2014), militant marxiste révolutionnaire de longue date dans l’Etat espagnol - il avait participé à la refondation de la section espagnole de la IVe Internationale (aujourd’hui Izquierda Anticapitalista) sous la dictature franquiste -, vient de disparaître, victime d’un cancer. Théoricien et journaliste de talent, il avait fondé l’excellente revue Viento Sur. En hommage à ce militant internationaliste, nous reproduisons ci-dessous l’un de ses textes portant sur la politique et l’orientation d’Andrés Nin et du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste) pendant les journées cruciales de la Révolution espagnole de 1936. (Avanti4.be)
    « Avec le recul historique, aujourd’hui où l’Europe (...)

  • Vingt ans après la rébellion au Chiapas : Les zapatistes, leur politique et leur impact

    Dan La Botz 16 janvier 2014

    La rébellion menée par les zapatistes au Chiapas a eu lieu il y a vingt ans ce mois-ci. Quelle était l’importance de cette rébellion et des zapatistes ? Quel fut leur impact à l’époque ? Et quel a été son héritage politique ? Quel est le rôle des zapatistes au Mexique aujourd’hui ?
    Il y a vingt ans, à l’aube du 1er Janvier 1994, la rébellion au Chiapas a commencé dans cet état méridional du Mexique, dirigée par une organisation jusqu’alors inconnue : l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN), avec un mystérieux porte-parole, le « sous-commandant Marcos ». Quelques 3.000 combattants mal armés, en majorité des Mayas, sortirent de la jungle et occupèrent brièvement une demi-douzaine de villes, dont San (...)

  • 95 ans après l’assassinat de Rosa Luxemburg

    Luc Gérard, Michael Löwy 15 janvier 2014

    Il y a 95 ans, le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg était assassinée par la soldatesque contre-révolutionnaire à Berlin, avec la complicité directe des dirigeants sociaux-démocrates allemands. Nous revenons dans ce dossier sur cet événement tragique et son contexte historique ainsi que sur un aspect important de l’œuvre de celle qui fut la plus grande théoricienne marxiste du XXe siècle : sa conception de la démocratie socialiste. Cet aspect de son œuvre reste sans nul doute la plus actuelle face à la nécessité de refonder un marxisme révolutionnaire et un projet socialiste débarrassés de toute scorie stalinienne et autoritaire. (Avanti4.be)
    L’assassinat de Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht
    Luc Gérard
    La (...)

  • Le vieux ventre immonde enfante encore des monstres

    Guillermo Almeyra 18 décembre 2013

    Le vieux ventre immonde de l’extrême-droite peut encore enfanter des monstres, prévenait Bertolt Brecht. C’est ce que prouvent les néonazis italiens qui viennent de rendre hommage au nazi Priebke, responsable de l’assassinat de 335 Italiens dans les Fosses Adriatiques à Rome en 1944 ; les néonazis grecs de l’Aube Dorée ; la croissance de l’extrême droite dans les pays nordiques et en France, avec le Front National (FN) de Jean-Marie et Marine Le Pen, et même le Tea Party étatsunien.
    Au service du capital
    La xénophobie, le néolibéralisme extrême, le rejet de la solidarité sociale, de la justice sociale et du socialisme caractérisent ces mouvements. Ils prétendent combattre le grand capital alors qu’ils (...)