Amériques

  • Venezuela : Avancer ou reculer vers l’abîme

    Guillermo Almeyra 7 avril 2014

    L’aile la plus extrémiste de l’opposition vénézuélienne, soutenue par les Etats-Unis et par la droite colombienne, veut renverser dans les rues, par le terrorisme et par la violence le gouvernement constitutionnel élu démocratiquement. Mais il est absolument correct de lutter pour la paix et faire pour cela quelques concessions au secteur de la droite qui, pour le moment, ne fait pas le choix d’un coup d’Etat ou d’une guerre civile car il espère diviser les militaires qui soutiennent le gouvernement de Nicolás Maduro et isoler son gouvernement en érodant sa base sociale populaire.
    Mais la question est principale est la suivante : quel type de paix veut-on ? Et avec quelles concessions et combien en (...)

  • Venezuela : « La question aujourd’hui est de savoir comment freiner la violente offensive de la droite néolibérale »

    Franck Gaudichaud 24 mars 2014

    Le Venezuela se débat aujourd’hui entre ingérences impériales, tentatives de déstabilisation de la part de certains secteurs de l’opposition de droite et les limites propres au processus bolivarien. Reste à envisager la possibilité que ce soit le mouvement populaire qui fasse avancer et approfondisse un projet de transformation politique non exempt de tensions et contradictions. Le politologue Franck Gaudichaud, spécialiste de l’Amérique Latine et membre des rédactions du site www.rebelion.org et de la revue ContreTemps répond aux questions de l’historienne argentine Valeria Ianni.
    Comment caractérises-tu la situation actuelle au Venezuela ? Qu’est-ce qui se décide là-bas selon toi ?
    Franck (...)

  • Le Venezuela comme dilemme

    Pablo Stefanoni 24 mars 2014

    Le Venezuela est-il en train de vivre une tentative de coup d’Etat similaire à celui qui, en 2002, avait temporairement écarté Hugo Chávez du pouvoir ? C’est ce que dit le gouvernement de Nicolás Maduro et que répètent certains médias bolivariens. Mais la situation est distincte à plusieurs niveaux et présentes plusieurs traits superposés qui nous parlent d’un épuisement – ce qui ne signifie pas nécessairement une fin de cycle immédiat – du modèle chaviste de gestion – politique et économique – de l’Etat.
    Chávez est arrivé au pouvoir en 1999, après avoir dirigé sans succès un coup d’Etat en 1992 quand il lança sa phrase prophétique « Nous n’y sommes pas parvenus, pour l’instant… ». Dans ces années là résonnait (...)

  • Etats-Unis : Défaite-choc du mouvement ouvrier à VW et hégémonie néolibérale

    Dan La Botz, Richard Seymour 20 mars 2014

    La défaite du syndicat UAW (United Auto Workers) par 712 contre 626 voix lors d’un vote sur la représentation syndicale dans l’usine Volkswagen à Chattanooga au Tennessee a secoué le mouvement ouvrier aux USA.
    Ainsi, cette défaite syndicale, applaudie par les républicains, les médias conservateurs et les milieux d’affaires, a entraîné de douloureuses réflexions au sein du mouvement syndical. Les syndicats espéraient qu’une victoire chez VW à Chattanooga (Tennessee) représenterait une tête de pont syndicale dans le Sud des USA. Les syndicats du pays ne représentent aujourd’hui que 11,3 % des sa­la­rié•e•s et juste 6,7 % dans le privé. Pourquoi le syndicat a-t-il perdu ? Comment cela a-t-il pu si mal se (...)

  • Un an après la mort de Chávez : Où va le Venezuela ?

    Guillermo Almeyra 5 mars 2014

    Selon le gouvernement et ses porte-paroles étrangers, le Venezuela est actuellement confronté à une tentative de coup d’Etat fasciste et pro-impérialiste. Selon les conservateurs du monde entier et la presse du grand capital, nous sommes face à de légitimes protestations démocratiques de masse durement réprimées par une « dictature » socialiste. La réalité est autre.
    Un coup d’Etat est impossible du fait que les forces armées – y compris leur secteur le plus conservateur et les militaires intégrés à la « bolibourgeoisie » - appuient la dite « révolution bolivarienne », autrement dit un projet nationaliste et redistributif ayant le soutien populaire. C’est un capitalisme d’Etat qui repose sur la rente (...)

  • Sur les milices d’autodéfense au Mexique

    Guillermo Almeyra 24 février 2014

    Certains pensent que les travailleurs sont une masse inerte, incapable de s’organiser, de penser et de décider par elle-même sur son propre avenir. Par conséquent, face à chaque mouvement social qu’ils ne peuvent comprendre ni prévoir, ceux là cherchent toujours des manipulateurs ou des instigateurs étrangers.
    A leurs yeux, les milices d’autodéfense du Michoacan (Etat fédéré mexicain où des populations locales organisent des milices armées contre les bandes de narcotrafiquants et l’incurie des forces répressives corrompues et souvent complices du monde du crime organisé, NdT) ne sont qu’un bloc unique, complètement homogène et elles répondent à une manœuvre du président Peña Nieto et du général colombien (...)

  • La révolution bolivarienne en péril. Entretien avec Carlos Carcione (Marea Socialista)

    Carlos Carcione, Tomás Callegari, Martín Mosquera 24 février 2014

    Le processus bolivarien au Venezuela s’affronte de nouveau à une grave situation de déstabilisation de la part de l’oligarchie capitaliste. Au-delà des affrontements actuels, c’est surtout l’avenir de ce processus qui est en jeu, avec comme seule alternative son avancée vers une transformation anticapitaliste effective ou bien son recul et sa défaite. C’est ce qu’explique dans cet entretien (réalisé avant les événements du 12 février) Carlos Carcione de l’organisation Marea Socialista. Cette dernière est un courant anticapitaliste au sein du PSUV (Parti socialiste unifié du Venezuela) et elle est probablement l’organisation marxiste révolutionnaire la plus insérée dans le processus bolivarien. Fortement (...)

  • Brésil : Deux projets de parti en conflit ouvert dans le PSOL

    Insurgencia 18 février 2014

    Le IVe Congrès du PSOL (Parti socialisme et liberté, gauche anticapitaliste, NdT) qui s’est tenu à Luziânia a représenté un sérieux recul pour le parti, dans le sens de son affirmation en tant que projet pluriel, indépendant, socialiste, à la hauteur de la nouvelle conjoncture dans le pays et des défis de la réorganisation du mouvement de masse. La choix de la pré candidature du sénateur Randolfe Rodrigues à la présidence de la République ainsi que les fraudes et les intimidations opérées dans la reconnaissance des délégués élus aux plénières ont été les illustrations extrêmes du recul politique et moral qu’a connu le PSOL à ce congrès.
    Ces faits constituent une profonde remise en question des décisions prises, (...)

  • Venezuela : Pour freiner l’offensive de la droite, il faut rectifier et avancer vers la révolution économique

    Marea Socialista 15 février 2014

    Le 12 février dernier a débuté la partie violente de l’offensive de la droite. Jusqu’à présent prédominait la pression économique, l’organisation des pénuries, la spéculation sur les prix et une manipulation de la crise économique ayant une caractéristique de guerre économique. La violence s’ajoute aujourd’hui à la pression politique et idéologique.
    Un secteur de cette droite, dont les principales figures sont Leopoldo López et María Corina Machado, occupe la rue de manière violente pour compléter la prise en tenaille, approfondir l’usure du gouvernement de Nicolás Maduro et chercher à récupérer le contrôle du pays en faveur de la bourgeoisie locale et internationale.
    Il ne faut pas s’y tromper : qu’elle (...)

  • Sur quelques caractéristiques des nouveaux mouvements sociaux en Amérique latine

    Raúl Zibechi 10 février 2014

    Journaliste uruguayen, Raúl Zibechi est l’un des meilleurs spécialistes des mouvements sociaux en Amérique latine. Dans les trois articles que nous publions ci-dessous, il analyse les différentes caractéristiques de ces mouvements dans le cadre de la nouvelle vague de lutte actuellement en cours dans ce continent. (Avanti4.be)
    Au cours des 20 années qui ont suivi le soulèvement zapatiste du premier janvier 1994, les mouvements sociaux latino-américain ont été les protagonistes de l’un des cycles de luttes le plus large et intense. Depuis le « Caracazo » de 1989 (révolte populaire urbaine dans la capitale vénézuélienne, Caracas, contre une hausse des prix, NdT) se sont succédé des soulèvements, des (...)