Économie

  • Les banques spéculent sur les devises, manipulent le marché des changes et la taxe Tobin est dans les limbes

    Éric Toussaint 3 mars 2014

    Les banques sont les principaux acteurs sur le marché des devises. Elles entretiennent une instabilité permanente des taux de change. Plus de 95 % des échanges de devises sont de type spéculatif. Une infime partie des transactions quotidiennes en devises concerne des investissements, du commerce de biens et de services liés à l’économie réelle, des envois de migrants,… Le volume quotidien des transactions sur le marché des devises tournait en 2013 autour de 5 300 milliards de dollars !
    Les banques qui disposent, comme les fonds de placement mutuel, de très importantes liquidités en usent et en abusent en poussant des monnaies à la baisse ou à la hausse afin d’obtenir des gains sur les différentiels (...)

  • Agence Internationale de l’Energie : le triste meilleur des mondes possibles

    Gerardo Honty 27 novembre 2013

    Comme chaque année à la même période, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) publie son rapport « Prospective Energétique Mondiale » (World Energy Outlook) avec ses projections d’avenir (1). Dans ce dernier rapport, l’horizon est situé sur l’année 2035.
    Le rapport intègre de manière centrale toutes les mesures que les gouvernements du monde ont annoncées en matière d’énergie et de mesures face au changement climatique. Autrement dit, c’est selon lui le meilleur des mondes possibles dans le contexte de l’ordre économique actuel. Dans ce monde à venir, le pétrole continuera à jaillir de manière croissante pour alimenter l’augmentation attendue de sa consommation, qui dépassera la barre des 100 millions de (...)

  • Le monde à l’ère du néolibéralisme

    Paul Hampton, Martin Thomas 6 novembre 2013

    Le monde est globalement de plus en riche mais de plus en plus inégal, mais comment s’organise-t-il après plus de trente ans de néolibéralisme ? L’explication en terme d’impérialisme telle que Lénine l’a développée permet-elle encore de rendre compte de la réalité actuelle ? D’où vient la crise de 2007-08 ? S’explique-t-elle par une baisse du taux de profit ? La superpuissance US est-elle en déclin ? La classe travailleuse est-elle en train de s’effacer de l’Histoire ?
    Le texte évoque ces différentes questions et donne des réponses parfois assez différentes de celles qui dominent dans la gauche aujourd’hui. Il a été écrit par deux dirigeants de l’organisation révolutionnaire britannique Alliance for Workers’ (...)

  • La crise de l’euro et de l’Union européenne

    Éric Toussaint 6 novembre 2013

    La crise qui a démarré aux États-Unis en 2007-2008 a frappé l’Union européenne de plein fouet à partir de 2008 et a provoqué de graves perturbations dans la zone euro à partir de 2010 . Les banques des pays les plus forts de l’Europe sont à l’origine de cette contagion depuis les États-Unis vers l’Europe car elles avaient massivement investi dans les produits financiers structurés. Ceci étant dit il est important d’expliquer pourquoi cette crise frappe plus durement l’Union européenne et en particulier la zone euro que les États-Unis.
    Parmi les 28 pays de l’Union européenne, 18 pays ont une monnaie commune, l’euro . L’UE compte environ 500 millions d’habitants , soit presque la moitié de la Chine, de (...)

  • « Et la Belgique sortit de la crise… ». Vraiment ?

    Jean Peltier 29 octobre 2013

    « Après des siècles d’esclavage, Le Belge sortant du tombeau, A reconquis par son courage, Son nom, ses droits et son drapeau. Et ta main souveraine et fière, Désormais peuple indompté, Grava sur ta vieille bannière : Le Roi, la Loi, la Liberté ! »
    Confessons-le tout de suite, les hymnes nationaux, tout boursouflés de patriotisme conquérant, ont tendance à nous faire pisser de rire. Et La Brabançonne ne fait pas exception à la règle, loin de là !
    Si ces mâles paroles figurent pourtant en tête de cet article, c’est que, depuis quelques mois, un vent de patriotisme souffle sur le pays. Ou plus précisément, ce vent est soufflé jour après jour, par la plus grande partie de nos élites politiques et (...)

  • Arguments contre l’exploitation

    Rolando Astarita 20 octobre 2013

    A une époque où beaucoup de personnes (y compris des intellectuels de gauche et des dirigeants syndicaux) s’abaissent à « remercier » le gouvernement pour telle ou telle concession, et où bon nombre d’autres nous abreuvent de promesses électorales, il convient de souligner que la société capitaliste est une société qui repose sur l’exploitation.
    Cela signifie, entre autres choses, que ce que les travailleurs perçoivent comme salaire n’est rien de plus qu’une partie des richesses qu’ils ont produit. Bien entendu, ceci est une idée inacceptable pour les défenseurs de l’ordre existant. Car si exploitation il y a, les exploités n’ont alors strictement aucune raison de dire merci à qui que ce soit, vu qu’ils ne (...)

  • Mort et résurrection du développement : Un jour sans fin

    Eduardo Gudynas 22 septembre 2013

    Les concepts classiques du développement sont constamment remis en question mais ils réapparaissent tout aussi constamment sous des noms divers. Il semble bien que des cycles se répètent avec la défense, les critiques, l’écroulement et la renaissance de ces concepts sur le développement. Face à ce type de phénomène, et afin de surmonter ces cycles perpétuels, des changements culturels sont nécessaires.
    A chaque fois que j’observe le débat actuel sur le développement, je me rappelle le film « Un jour sans fin ». Il s’agit d’un film notable, tourné en 1993 et où un journaliste, interprété par Bill Murray, est condamné à revivre des centaines de fois la même journée. Peu importe ce qu’il fasse ou ce qu’il (...)

  • La crise et l’importance de l’imagination post-capitaliste. Entretien avec David Harvey

    Aubrey Robinson, David Harvey, Ronan Burtenshaw 11 septembre 2013

    Il y a cinq ans, l’écroulement de Lehman Brothers a signifié la plus grande faillite dans l’histoire des Etats-Unis. La crise financière qui a suivi a provoqué la Grande Récession – la crise la plus significative dans l’histoire du capitalisme depuis la Seconde guerre mondiale. Comment devrions-nous comprendre les aspects fondamentaux de ce système actuel en crise ? Quel monde alternatif pourrions-nous imaginer ? C’est à ces questions que répond le géographe marxiste David Harvey dans cet entretien réalisé par Ronan Burtenshaw et Aubrey Robinson pour le journal « Red Pepper » (Royaume Uni). David Harvey analyse ici la façon dont les contradictions du capitalisme – dont celles concernant le logement et le (...)

  • Belgique : « Tout baigne ». Vraiment ? Et jusqu’à quand ?

    Jean Peltier 4 septembre 2013

    L’idée peut sembler saugrenue dans un pays qui s’est surtout rendu célèbre ces dernières années par une crise politique de 540 jours, le feuilleton BHV et l’émission Bye Bye Belgium. Mais c’est pourtant un fait : il continue à exister en Belgique une machine politico-médiatique extrêmement bien rodée et parfois diablement efficace qui parvient à transformer une série de mini-événements en un « récit national » épique chantant la réussite de la Belgique et de son modèle économico-socio-politique.
    Pour ceux qui se souviennent des rentrées de septembre les années précédentes, le contraste est frappant. Cette année, tout baigne – tel est du moins le credo entonné à l’unisson par le monde politique et les médias. (...)

  • Inégalité, technologie et soif de plus-value

    Alejandro Nadal 5 juin 2013

    L’un des facteurs déterminants de la crise actuelle est l’inégalité économique qui a augmentée dans le monde au cours des quatre dernières décennies. La stagnation des salaires à conduit à l’endettement insoutenable des foyers pour maintenir le niveau de consommation. C’est cet endettement et les bulles spéculatives qui ont soutenu la demande et le processus d’accumulation du capital. Mais ce modèle de croissance économique s’est accompagné d’une instabilité croissante dans les principales économies capitalistes.
    Au vu de ce qui précède, une question clé concerne les causes de cette augmentation de l’inégalité. Dans les milieux académiques traditionnels, on a voulu trouver dans le changement technologique la (...)