Ukraine

  • Appel des forces de gauche de Russie, d’Ukraine et de Biélorussie contre la guerre : Arrêtez la guerre en Ukraine !

    Collectif 16 juin 2014

    Les 7-8 juin, une conférence des forces anti-guerre de la gauche de Russie, d’Ukraine et du Belarus a eu lieu près de Minsk. Son but était de renforcer l’unité des internationalistes des trois pays dans la lutte contre la violence endémique, contre l’hystérie nationaliste et la répression des deux côtés de la frontière russo-ukrainienne. Ci-dessous le texte de la déclaration de la conférence. Cet appel a été traduit par David Mandel. Nous invitons d’autres personnes à le signer.
    Nous, les participants à la réunion d’organisation des organisations et des groupes de gauche et des marxistes de Biélorussie, de Russie, et d’Ukraine, considérons que notre tâche principale est de mettre fin à la guerre civile en (...)

  • Ukraine : Le bolchevisme devant une révolution nationale imprévue (1917-1920)

    Zbigniew Marcin Kowalewski 9 juin 2014

    Les dramatiques événements en Ukraine suscitent d’intenses polémiques à gauche et illustrent à nouveau pour les marxistes toute l’importance de la « question nationale » et de son articulation avec l’analyse de l’impérialisme. La question clé de l’indépendance et de l’unité de l’Ukraine face aux différents impérialismes – et en premier lieu face à l’impérialisme russe - constitue en effet une constante dans son histoire. Ecrit en 1989, le texte de Zbigniew Kowalewski que nous publions ici dans sa quasi intégralité apporte un éclairage historique de très grande valeur pour comprendre certains de ces éléments dans la situation actuelle en Ukraine. Il montre notamment que la complexité de cette situation n’est (...)

  • Impérialismes et Ukraine

    Vincent Présumey 31 mai 2014

    Les interprétations et commentaires dominants concernant les évènements en Ukraine se répartissent souvent en deux catégories : pour les uns « l’impérialisme » c’est « l’Occident » et il agresse « la Russie », pour les autres l’Occident est au contraire libérateur et démocratique et, dans la mesure, moindre, où ils emploient ce terme, l’impérialisme serait russe. Toute analyse sérieuse doit au contraire partir du fait qu’il y a plusieurs impérialismes, tout en se préoccupant aussi de définir ce dont elle parle. Bien entendu, à partir du moment où on ne fait pas dans l’unilinéarité, on est obligé de faire un peu plus long : c’est la rançon de la recherche du sérieux.
    Impérialisme
    « Impérialisme » a des sens (...)

  • Ukraine : Appel des mineurs du bassin de Kriviy Rih aux travailleurs d’Europe

    Oleksandr Bondar, Yuri Samoilov 20 mai 2014

    L’attention de la communauté mondiale est actuellement axée sur la confrontation entre les forces pro-gouvernementales et anti-gouvernementales en Ukraine. Cette confrontation devient d’autant plus tenace et sanglante qu’elle se transforme en un affrontement interethnique qui attise une haine mutuelle hystérique entre les travailleurs de différentes nationalités.
    Ce qui reste caché aux yeux des gens en ce moment est la situation économique et sociale qui se tend, et pas seulement dans les régions où les combats se déroulent. La dévaluation rapide de la hryvnia (monnaie ukrainienne), la forte hausse des prix des biens de consommation, du transport et des services de base, ainsi que les réductions de (...)

  • Ukraine : Après Odessa, « agir humainement » est devenu un programme politique

    Ilya Boudraitskis 15 mai 2014

    Au cours des jours qui ont suivi les tragiques événements d’Odessa, nous avons entendu des douzaines de versions sur ce qui s’était passé. Toutes ces versions sont, d’une manière ou d’une autre, associées à la recherche d’une « main occulte » qui a amenée deux groupes de manifestants armés à s’affronter et à conduire l’un d’eux à l’abattoire de la Maison des Syndicats. La majorité de ces versions – de celles du gouvernement officiel de Kiev jusqu’aux versions des propagandistes russes – pointe du doigt la police locale qui, de manière consciente et organisée, s’est abstenue de toute tentative de prévenir l’escalade de la violence.
    Ces versions des événements décrivent généralement un « scénario » explicatif qui (...)

  • La crise ukrainienne : l’Europe, innocente et candide ?

    Daniel Süri 10 mai 2014

    On les croyait morts et enterrés, les anciens va-t-en-guerre de l’impérialisme nord-américain, les Brzezinski et Kissinger. Que non : ils ont repris du service, tout ragaillardis par le retour de la guerre froide qu’ils percevaient dans la crise ukrainienne. Thème repris par le sénateur républicain John McCain, ancien candidat à la présidence des Etats-Unis. Inspirés sans doute par ces papys de l’anticommunisme, les médias ont ressorti les analogies historiques les plus branlantes. Ivre de puissance, Poutine devint un avatar tantôt d’Ivan le Terrible, tantôt de Staline. Angela Merkel, déçue par le peu de réceptivité du maître du Kremlin à ses arguments, expliquait qu’il vivait dans un autre monde et (...)

  • Ukraine : Après la tragédie d’Odessa. Pour un mouvement social et ouvrier indépendant !

    Opposition de gauche, Suhail Ilyas 10 mai 2014

    Après les événements tragiques du 2 mai à Odessa, nous devons soutenir le peuple d’Ukraine contre son propre gouvernement et les oligarques, contre les machinations de l’Occident, contre la menace croissante du fascisme et contre la montée de l’impérialisme russe.
    Plus de 40 personnes ont été tuées le 2 mai dans la ville d’Odessa, dans le sud de l’Ukraine, à la suite de violents combats et de l’incendie criminel de la Maison des syndicats de la ville. D’autres villes, comme Slaviansk, ont également vu des affrontements meurtriers. Les différentes sources divergent sur la séquence des événements menant à l’incendie, mais les images et les photographies de la scène montrent que les victimes sont décédées (...)

  • Note historique sur la question nationale ukrainienne

    Vincent Présumey 6 mai 2014

    Cet article est achevé le lendemain du pseudo référendum sur l’autodétermination de la Crimée. La Crimée n’est pas l’Ukraine et elle a droit à l’autodétermination, mais le vote sous contrainte, sans choix, armée déployée, qui vient de se produire n’a rien à voir avec quelque autodétermination que ce soit. Il vise à intimider, et peut-être à pire, les Ukrainiens, les Tatars, les Russes qui pensent autrement. Un débat démocratique en Crimée supposerait que la menace des troupes russes, comme celle de l’OTAN, ne s’exerce pas sur le pays, qui a besoin en effet de débattre de sa place comme trait d’union entre Ukraine, Russie et Turquie. Son érection en petite Irlande du Nord bunkérisée n’est pas une bonne nouvelle (...)

  • Ukraine : La gauche face au nouveau pouvoir et à la guerre

    Ben Neal, Denis Pilas, Volodymyr Ishchenko 3 mai 2014

    La tension continue à monter en Ukraine où , après la sécession de la Crimée, une dizaines de villes dans les régions russophones de l’est et du sud sont passées sous le contrôle de milices et de groupes paramilitaires, jouissant d’une soutien plus ou moins grand de la population. Tandis que le gouvernement de Kiev tente sans succès de reprendre le contrôle de ces régions, Poutine et les autorités russes montent le ton et, tout en se défendant de préparer une intervention militaire, font monter la tension afin de contraindre le gouvernement ukrainien à maintenir le pays dans l’orbite russe.
    Dans ce contexte, il est plus important que jamais de continuer à donner la parole aux militants et groupes de (...)

  • "Travailleurs de Russie et d’Ukraine, rassemblez-vous pour l’égalité sociale et nationale !"

    Mouvement socialiste de Russie 22 avril 2014

    Le 1er Mai arrive cette année dans une Russie plongée dans une situation de chute de la production industrielle, de coupes massives dans les dépenses sociales, de hausse des prix et des taxes et de déficit budgétaire croissant. Dans ce contexte sombre, le Kremlin se préoccupe d’aventures géopolitiques, de propagande et de lutte contre la dissidence politique.
    Alors que les autorités russes affichent une touchante "inquiétude" pour les travailleurs de Crimée et du Donets, les travailleurs et les personnes défavorisées en Russie même font toujours plus intensément l’expérience des conséquences de la crise économique.
    Selon les sondages d’opinion, 69 % des Russes s’inquiètent de l’inflation, 51 % de la (...)