Venezuela

  • Les gouvernements d’Amérique latine après Chávez

    Guillermo Almeyra 12 mai 2013

    Du point de vue des gouvernements et des institutions en Amérique latine, les changements produits par la disparition de Hugo Chávez sont importants, mais non fondamentaux. Le processus révolutionnaire vénézuélien est plus faible et par conséquent ses adversaires sont plus forts. Mais si la direction de l’Etat et du PSUV se décident à radicaliser et approfondir la transformation du pays en s’appuyant sur ses bases, s’ils réduisent les gaspillages et améliorent la distribution alimentaire, le changement social pourra alors faire un nouveau bond en avant - d’autant plus que le léger rétablissement actuel de la consommation et de la production aux Etats-Unis, le principal marché vénézuélien, donne une (...)

  • Venezuela : deux options après l’échec du coup d’Etat

    Guillermo Almeyra 22 avril 2013

    Le président Nicolás Maduro a évité de tomber dans le piège d’une riposte violente à la violence fasciste et, en même temps, il l’a balayée des rues, qui ont été reprises par les secteurs les plus pauvres et les plus conscients de la population. La tentative de coup d’Etat par des assassinats et des incendies de centres médicaux cubains, d’édifices publics et de locaux du PSUV a été étouffée par l’intervention populaire couplée à la fermeté de l’action du gouvernement.
    Le coup d’Etat demeure cependant l’option principale des Etats-Unis et de ses complices locaux. Mais, désormais, il sera préparé sans impatience ni précipitation par les fascistes mal déguisés en démocrates, en cherchant à tirer profit des (...)

  • Venezuela : Les défis après la victoire sur le fil du candidat chaviste

    Guillermo Almeyra 16 avril 2013

    Nicolás Maduro se donnait pour objectif de recueillir les électeurs de Hugo Chávez et même de les dépasser en obtenant 10 millions de votes. Mais il n’en a seulement obtenu que 7.505.338, en perdant 600.000 suffrages (*) par rapport aux dernières élections remportées par Chávez. Maduro ne l’a emporté qu’avec une différence de 300.000 votes, soit 50,6% contre 49,07% pour Henrique Capriles. L’abstention a légèrement progressée, passant de 20 à 22%, ce qui démontre que la majorité des 600.000 votes perdus par Maduro ont directement été à l’opposition qui, imitant Chávez et disputant son héritage, est parvenue non seulement à entraîner un secteur de la classe moyenne auparavant chaviste, mais aussi des secteurs (...)

  • Dossier sur l’après Chavez » (II) : Une transition incertaine

    Guillermo Almeyra, Milton D’León, Patrick Guillaudat 10 avril 2013

    La disparition de Chavez ouvre un scénario de transition incertain au Venezuela, dont la première étape est marquée par les prochaines élections du 14 avril. Si la majorité du peuple vénézuélien a clairement exprimé son soutien et sa volonté de poursuivre le processus en cours, les divisions et les contradictions au sein des différents courants chavistes risquent, en l’absence du dirigeant unificateur, de prendre rapidement le dessus. (Avanti4.be)
    L’après-Chávez a commencé Patrick Guillaudat
    Patrick Guillaudat – auteur avec Pierre Mouterde du livre Hugo Chávez et la révolution bolivarienne (MEditeur, 2012) – s’interroge dans cet article sur l’après-Chávez, par-delà l’alternative stérile de la déférence (...)

  • Dossier sur l’après Chavez (I) : La politique internationale du chavisme

    Claudio Katz, Guillermo Almeyra, Jean-Philippe Divès 28 mars 2013

    La mort du président Chavez a ouvert un intense débat sur son bilan et sur l’avenir du « processus bolivarien ». Tandis que les médias dominants ont accumulé les caricatures, à gauche, certains hommages ont versé dans un culte acritique de la personnalité fort peu compatible avec le socialisme. La disparition de Chavez ouvre également un scénario de transition incertain au Venezuela, dont la première étape est marquée par les prochaines élections du 14 avril. Si la majorité du peuple vénézuélien a clairement exprimé son soutien et sa volonté de poursuivre le processus en cours, les divisions et les contradictions au sein des différents courants chavistes risquent, en l’absence du dirigeant unificateur, de (...)

  • Solidarité avec le peuple vénézuélien après la mort d’Hugo Chavez

    Izquierda Anticapitalista 7 mars 2013

    Hugo Chávez, président de la République du Venezuela, est mort hier à Caracas. Izquierda Anticapitalista veut exprimer sa grande consternation et sa douleur pour cette perte, ainsi que nos condoléances envers le peuple vénézuélien pour la mort de celui qui fut jusqu’ici le leader de la révolution bolivarienne.
    Aujourd’hui plus que jamais nous voulons exprimer notre soutien au processus bolivarien, dirigé jusqu’à sa maladie par le Commandant Chavez, mais ratifié avec sa participation et défendu par la majorité du peuple du Venezuela, élections après élections. Le président Chavez s’est toujours détaché au niveau international par sa stature anti-impérialiste, par son soutien inconditionnel aux peuples (...)

  • Dossier Venezuela : Après la mort de Chávez

    Guillermo Almeyra, Olga Rodríguez, Patrick Guillaudat, Santiago Alba Rico 7 mars 2013

    Décédé des suites d’un cancer le 5 mars 2013, Hugo Chávez a concentré sur son nom autant de haines que de passions. Hai à droite pour avoir osé remettre en cause la subordination du Venezuela aux intérêts US et l’accaparement de la rente pétrolière par les classes sociales privilégiées. Adulé par une population qui a vu reculer la misère, et qui a enfin profité d’une part non négligeable des revenus pétroliers.
    A l’encontre du dogme néolibéral qui traite l’économie come un phénomène naturel et nie toute possibilité d’intervention politique pour la contrôler, Chávez a remis au goût du jour le primat du politique sur l’économie. Malgré un lourd héritage historique où le mouvement social a été lourdement réprimé (...)

  • Décès du président Hugo Chavez : Message de condoléances du MST argentin au peuple bolivarien du Venezuela

    MST 6 mars 2013

    En ce triste jour, le Mouvement Socialiste des Travailleurs d’Argentine veut tout d’abord exprimer ses plus sincères condoléances aux proches d’Hugo Chavez et à tout le peuple bolivarien qui vit aujourd’hui cette perte avec une immense angoisse. Depuis des années, des millions de Vénézuéliens ressentent au plus profond d’eux mêmes Hugo Chavez comme leur leader et leur plus grande référence politique et ils vivent logiquement ce jour avec douleur. Un sentiment que nous partageons, comme le font des millions d’autres personnes dans le monde.
    Il ne fait aucun doute que la figure de Chavez a marqué dans ces deux dernières décennies la vie politique du Venezuela et celle de notre continent. Sa figure et son (...)

  • Retour sur la victoire de Chavez : Radicalité vs. conciliation droitière

    Manuel Sutherland 14 octobre 2012

    Hugo Chavez, le président de la République bolivarienne du Venezuela qui vient d’être réélu, a remporté sa quatrième élection en 14 ans. Le dimanche 7 octobre, il a obtenu un solide 55% (7.936.061 votes) contre le patron multimillionnaire de quarante ans, Henrique Capriles Radonski, qui a obtenu 44,39% (6.426.286) . Cette victoire a été saluée avec émotion par plusieurs présidents d’Amérique latine. La victoire du chavisme est vue comme un renforcement du projet d’une Amérique latine anti-néolibérale et progressiste . Mais il faut se poser une question : ses indices de popularité ont-ils progressé ou diminué ? Et que se passera-t-il ensuite ?
    Une victoire obtenue avec moins de votes qu’aux dernières (...)

  • Venezuela : Elections sous haute tension

    Carlos Miranda, Pablo Velasco 3 octobre 2012

    Les élections présidentielles du 7 octobre au Venezuela verront certainement la victoire d’Hugo Chavez (actualisation : Chavez a obtenu 54% contre 44% pour son principal opposant), qui brigue ainsi son troisième mandat consécutif. Mais les contradictions et les déformations bureaucratiques du processus populaire bolivarien ont entraîné une division au sein de la gauche révolutionnaire. Si les constats convergent sur l’essentiel, les conclusions politiques, elles, divergent. Ainsi, certains courants marxistes révolutionnaires comme Marea Socialista ont appelé à voter pour Chavez, tout en soulignant la nécessité de combattre la bureaucratie et les dérives autoritaires dans le camp chaviste. D’autres, (...)