Javier Barreda

  • L’Egypte et le suicide de la gauche arabe

    Alberto Cruz, Javier Barreda 18 août 2013

    L’Egypte a explosé, comme cela était prévisible. Et cette explosion a pulvérisé la gauche arabe. Ou, pour mieux dire, les restes de la gauche arabe, parce que cette dernière s’est en réalité suicidée. La situation rappelle beaucoup le film « La vie de Brian » des Monty Python : dans la scène finale, un groupe de combattants aguerris – et bien armés – rejoignent Brian sur sa croix, qu’ils considèrent comme un leader révolutionnaire et, pour le sauver,… se suicident. C’est exactement ce que fait la gauche arabe depuis le début dudit « printemps arabe ».(1)
    C’est seulement maintenant, de manière encore timide, qu’on commence à publier dans les milieux progressistes occidentaux des critiques, jusqu’ici occultées, (...)