Analyses

  • Ukraine : Aspirations démocratiques et rivalités inter-impérialistes

    Kevin B. Anderson 26 septembre 2014

    L’Ukraine ne met pas seulement à l’épreuve les mouvements démocratiques ou les impérialismes inégaux des Etats-Unis, de l’Union Européenne et de la Russie, mais aussi la gauche mondiale. De la même manière que dans d’autres moments « difficiles », comme les guerres de Bosnie et du Kosovo, l’Iran en 2009 ou la révolte libyenne, notre soutien à la démocratie et aux droits humains est entré en conflit dans certains cas avec la position traditionnelle selon laquelle le capitalisme néolibéral, dirigé par les Etats-Unis, constitue la principale menace pour l’humanité.
    La révolte de Maidan qui a renversé l’oligarchie cleptocratique de Viktor Yanukovich en Ukraine n’était pas socialiste, ni même social-démocrate : (...)

  • Référendum en Écosse : indépendance, Yes or No ? (IV) Échos du débat dans la gauche écossaise et britannique

    Alliance for Workers liberty, Socialist Party, Socialist Workers Party 16 septembre 2014

    Le référendum sur l’indépendance de l’Écosse a provoqué un débat acharné dans la gauche écossaise, mais aussi évidemment au sud de la frontière régionale, dans la gauche britannique.
    La grande majorité de la gauche radicale écossaise a pris position et mené campagne en faveur du Oui au référendum. Les raisons de ce choix et les divers arguments en présence ont été présentés dans les 2e et 3e partie de ce dossier à travers l’interview et le texte de Neil Davidson.
    Dans le reste de la Grande-Bretagne, les principales organisations ont également pris position en faveur du Oui. Nous publions ci-dessous deux contributions au débat allant dans ce sens. La première émane du Socialist Party – Scotland qui est soutenue (...)

  • Référendum en Écosse : indépendance, Yes or No ? (III) « Yes » : un argumentaire non-nationaliste pour l’indépendance de l’Écosse

    Neil Davidson 16 septembre 2014

    Le 18 septembre, les électeurs en Ecosse décideront par référendum si l’Ecosse doit devenir "un pays indépendant". Il y a encore quelques mois, la possibilité qu’une majorité puisse voter « oui » à l’indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni (actuellement composé de l’Angleterre, de l’Ecosse, du Pays de Galles et de l’Irlande du Nord) semblait très irréelle. Mais ces dernières semaines, les sondages montrent une montée continue du "Oui" qui semble désormais faire jeu égal avec le "Non". Les opinions dans la gauche, en Ecosse comme ailleurs, sont divisées face au référendum sur l’indépendance. Dans un article publié dans le numéro d’avril-mai de la revue Radical Philosophy, l’historien marxiste écossais Neil (...)

  • Islamophobie et djihadisme

    Santiago Alba Rico 14 septembre 2014

    Le 4 septembre dernier, l’édition électronique du journal « El Mundo » mettait en ligne une couverture terrifiante. En haut à droite, en grande taille, sous la légende « La menace islamiste », on reproduisait une carte avec les frontières de l’expansion musulmane maximale dans la péninsule ibérique au cours du VIIIe siècle. En dessous, un titre criard proclamait : « L’État islamique rêve de conquérir Al-Andalous ». Si l’on tient compte du fait que la nouvelle la plus diffusée ces derniers jours dans tous les médias, y compris « El Mundo », est celle faisant état du faible enthousiasme des Espagnols à défendre leur patrie les armes à la main (« à peine 16% sont prêts à défendre leur pays »), la couverture évoquée (...)

  • Qui a gagné la guerre de Gaza ?

    Basem Tajeldine, Joseph Daher, Samah Sabawi 14 septembre 2014

    De nombreuses discussions complexes se centrent en ce moment sur une simple question : qui peut réclamer la victoire dans la guerre de Gaza ? Les termes du cessez-le-feu révèlent que ni le Hamas ni Israël ne sont parvenus à obtenir ce qu’ils voulaient. Quels sont les gains et les pertes de chaque camp et qui sont les vainqueurs ?
    Le Hamas a été capable d’exercer une certaine dissuasion, démontrant ainsi un incroyable niveau de résistance et de force en dépit de ne compter que sur des armes primitives. Il a été capable d’obliger Israël à accepter un allègement du blocus, permettant ainsi l’entrée de plus de biens, d’aide humanitaire et de matériaux pour la reconstruction, de réduire la zone de restriction (...)

  • Référendum en Écosse : indépendance, Yes or No ? (II) « Un vote OUI dans une perspective anticapitaliste »

    Neil Davidson, Robert Lochhead 13 septembre 2014

    L’Écosse n’est pas destination préférée des touristes en quête de plages et de soleil. Alors qu’elle va voter jeudi 18 septembre pour ou contre son indépendance, sa situation et les choix en présence restent donc largement méconnus – et c’est encore plus vrai des débats au sein de la gauche écossaise et britannique face à la perspective de l’indépendance.
    Pour ouvrir le dossier que nous consacrons à ces débats, nous publions deux textes. Tout d’abord, quelques « points de repère » sur les grands faits de l’histoire, ancienne et récente, de l’Écosse, dressés par l’historien marxiste Robert Lochhead. Ensuite, une longue interview, réalisée par le site suisse À l’Encontre, de l’historien marxiste et militant (...)

  • Référendum en Écosse : indépendance, Yes or No ? (I) Un débat écossais qui résonne aussi en Belgique…

    Jean Peltier 13 septembre 2014

    Jeudi 18 septembre, la population écossaise est appelée à participer à un référendum qui est d’une importance capitale puisqu’il doit permettre de décider si l’Écosse deviendra indépendante ou non.
    C’est le terme (provisoire) d’un processus entamé il y a trois ans avec l’arrivée au pouvoir à Edimbourg d’un nouveau gouvernement régional écossais, formé pour la première fois par le Scottish National Party (SNP), parti nationaliste devenu majoritaire aux élections régionales.
    Très longtemps, les sondages ont donné une large victoire au Non à l’indépendance qui est soutenu par tout l’establishment et les trois grands partis britanniques (conservateur, travailliste et libéral-démocrate). Mais le Oui est en (...)

  • Retour vers le futur II : 33 ans avant la Suédoise, l’expérience du dernier gouvernement homogène de droite en Belgique

    Jean Peltier 7 septembre 2014

    Cent jours après les élections, on en est toujours aux discussions exploratoires à la préparation d’un programme gouvernemental. En soi, cela n’a rien de très étonnant en Belgique. Par contre, ce qui est bien plus étonnant, c’est que la coalition qui se dessine pour le moment marquerait une rupture nette avec les coalitions semi- ou pleinement tripartite réunissant les trois familles politiques traditionnelles. Non seulement elle inclut un parti d’orientation séparatiste, mais elle exclut la famille socialiste et se profile comme une coalition de droite assumée, qui veut « bousculer les tabous » et imposer une politique d’austérité plus radicale que ce qui s’est fait jusqu’ici.
    Nous reviendrons en (...)

  • Gauche et progressisme en Amérique latine : 10 thèses sur un divorce

    Eduardo Gudynas 7 septembre 2014

    Les gouvernements de la « nouvelle gauche » dominent ces dernières années la scène politique latino-américaine. Dans un tournant politique significatif, ils ont supplanté des présidents conservateurs et néolibéraux et sont actuellement au pouvoir en Argentine, Bolivie, Equateur, Nicaragua, Uruguay et Venezuela. Cependant, avec certaines différentes nuances et variantes, ces gouvernements « progressistes » d’Amérique Latine ne remettent plus en question le mythe du progrès ; ils pratiquent un extractivisme intensif ; se résignent face à la corruption et optent pour un hyper-présidentialisme. Est-ce cela la gauche ?
    Une désillusion croissante
    Ces gouvernements constituent un ensemble varié. Il existe des (...)

  • Russie/Ukraine : Nous avons besoin d’une « Troisième Voie »

    Kirill Medvedev 16 août 2014

    La guerre en Ukraine a provoqué une crise grave au sein de la gauche radicale russe - et globalement dans toute l’aile gauche de l’opposition à Poutine et à sa politique. Une partie de cette gauche s’est lancée tête baissée dans le soutien aux mouvements sécessionnistes qui ont pris le pouvoir dans certaines régions russophones du sud-est de l’Ukraine - certains allant jusqu’à presser Poutine d’intervenir militairement pour défendre les « Républiques populaires » autoproclamées dans ces régions.
    En juillet, une conférence s’est tenue à Yalta (en Crimée, annexée quelques semaines auparavant par la Russie). Cette conférence - organisée autour du « Manifeste du Front populaire pour la libération nationale de (...)