VIO.ME. : nous pouvons le faire !

VIO.ME. 25 mars 2013

Les travailleurs de VIO.ME., une fabrique de matériaux de construction à Thessalonique qui a été abandonnée par ses propriétaires, n’ont plus été payés depuis mai 2011. Ils ont décidé en assemblée générale d’occuper l’usine et de la faire fonctionner sous le contrôle démocratique direct des travailleurs. Après une lutte d’une année qui a attiré l’attention et la solidarité en Grèce et ailleurs dans le monde, ils commencent la production le 12 février 2013 après 3 jours de mobilisation intense.

Que pouvez-vous faire pour aider ?

— Diffuser le message ! Faire suivre cette information à vos amis, contacts et organisations. Notre bouclier contre la répression est notre connexion avec la société ! Le secret de notre succès est de forts liens communautaires !

— Contribuer économiquement ! Les coûts de production sont élevés et les premiers mois seront critiques. Les travailleurs ont un plan de gestion solide et sont optimiste quant au succès de l’entreprise, cependant il faudra un certain temps avant que ça ne se confirme sur le marché. Contribuons tous pour que ça se produise !

— S’organiser sur son lieu de travail, son quartier ou sa ville ! Promouvoir une réelle autogestion sociale sans le besoin d’intermédiaires, de politiciens professionnels ou de bureaucrates ! Former des coopératives et des assemblées de quartier, promouvoir une nouvelle civilisation basée sur la proximité, le reconnaissance mutuelle et la solidarité !

— Envoyer toute question ou acte de solidarité à l’Initiative de solidarité ouverte de Thessalonique à protbiometal@gmail.com. Les travailleurs seront heureux de sentir la chaleur de la solidarité venant de l’étranger !

« Nous sommes ceux qui pétrissons et pourtant nous n’avons pas de pain, nous sommes ceux qui creusent pour le charbon et pourtant nous avons froid.
Nous sommes ceux qui n’avons rien et nous arrivons pour prendre le monde. »
Tassos Livaditis (poète grec, 1922–1988)