Copa para quem ? — Les dessous de la Coupe du Monde

Maryse Williquet 28 avril 2014

Dans quelques mois, le Brésil accueillera le Mondial de football. On estime qu’environ 3 millions de touristes, dont 600 000 étrangers, assisteront à cet événement et circuleront entre les 12 villes hôtes. Des fans du monde entier qui s’attendent à vivre la plus grandiose des Coupe du Monde, au pays du football.

Mais les brésiliens partagent-ils cet enthousiasme ? Dans ce pays paradoxal, à la fois émergent, en pleine croissance économique, mais qui connaît également de grandes inégalités sociales et une pauvreté extrême, la colère gronde.

En juin dernier, des millions de Brésiliens hurlaient leur mécontentement et leur opposition à ce Mondial dans les rues du pays entier. Leur slogan : « Copa para quem ? » Autrement dit : « Pour qui est cette Coupe du Monde ? » Un grand nombre d’entre eux allant jusqu’à appeler au boycott de la Coupe du Monde.

Qui sont ces manifestants et que cherchent-ils à dénoncer ?
Comment cette Coupe du Monde s’organise-t-elle concrètement au Brésil ?
Quels seront les impacts réels de cet événement ?

Aujourd’hui nous avons besoin de votre soutien financier pour mener ce projet à bout et ainsi donner la parole à ceux qui sont habituellement exclus des médias dominants. Sortie prévue en mai 2014.

Le projet

Pour répondre à ces questions, nous avons décidé de mener l’enquête dans l’une des 12 villes hôtes : Fortaleza. Capitale de Céara, l’état le plus pauvre du Brésil, cette ville est l’exemple même du paradoxe brésilien. Au-delà de sa côte luxuriante, de ses complexes hôteliers et de ses plages idylliques, Fortaleza se caractérise aussi par son tourisme sexuel, ses milliers d’enfants des rues et ses favelas. Une réalité bien plus noire, qui ne correspond pas à l’image que le Brésil souhaite vendre aux médias. C’est pourquoi, le maquillage de la ville a commencé…

Durant plusieurs mois, notre équipe a vécu à Fortaleza. Nous sommes allés à la rencontre de ces brésiliens en colère mais aussi de ces « indésirables » que les autorités cherchent à cacher, en les excluant de la ville. Ce projet transmédia leur donnera la parole pour mieux comprendre cette autre facette de la réalité brésilienne…

Pour plus d’information et pour soutenir le projet : www.kisskissbankbank.com/copa-para-quem