Portugal

  • Elections européennes au Portugal : mauvais résultat pour le Bloc de Gauche

    Bloc de Gauche 9 juin 2014

    Fondé en 1999 par l’union de plusieurs organisations anticapitalistes, le Bloc de Gauche portugais a connu une progression électorale continue jusqu’aux européennes de 2009, où il a obtenu son meilleur score jusqu’alors (10,7%). Mais, depuis les législatives de 2011 (5,19%), ses scores sont en recul à chaque scrutin, ce qui s’est confirmé aux élections européennes du 25 mai dernier où le Bloc n’a obtenu que 4,5% et perdu deux de ses trois députés européens (face aux 12,7% obtenus par la « Coalition démocratique unitaire », constituée par le Parti communiste et un petit parti vert). Nous publions ci dessous un extrait de la déclaration de la direction du Bloc à la suite de ces élections et qui ouvre une (...)

  • 40e anniversaire de la Révolution des œillets au Portugal

    Brais Fernández 23 avril 2014

    Le 40e anniversaire du 25 Avril se rapproche et constitue une bonne occasion pour mettre en évidence certains aspect de la « dernière (en date) révolution en Europe ». Ce jour là, un soulèvement militaire mettait fin à la dictature de droite qui avait gouverné le Portugal pendant 48 ans sous le nom d’ « Etat nouveau ». Le gouvernement de Marcello Caetano (qui s’exilera au Brésil, où il mourut en 1980 sans avoir été jugé), successeur du sempiternel Salazar, était délogé du pouvoir au son de la célèbre chanson « Grandola Vila Morena ». S’ouvrit ainsi la période connue comme la « Révolution des Oeillets ».
    Il est utile de resituer la révolution portugaise dans le contexte politique international dans lequel elle se (...)

  • Portugal : Trahison flagrante de la Révolution des œillets

    Pedro Da Nóbrega 16 avril 2014

    A mesure que nous approchons du 40e anniversaire de la Révolution des oeillets, qui a mis fin à 48 années de dictature fasciste au Portugal le 25 avril 1974, il est chaque fois plus clair pour tous que le mot « commémoration » peut incarner une large gamme de significations.
    Et il devient clair que ce type de cérémonies n’est pas neutre politiquement, puisque que tout regard pénétrant jeté vers le passé est chargé de questions actuelles. Nous allons donc assister à la célébration œcuménique d’un roman hagiographique dont on supprimera tout le contenu subversif pouvant jeter une lumière. Nous avons déjà été témoins de ce genre d’omission, par exemple avec la célébration du bicentenaire de la Révolution (...)

  • Portugal : Défaite du gouvernement et forte abstention aux élections municipales

    Luis Branco 2 octobre 2013

    Les élections municipales du 29 septembre au Portugal ont donné un nouvel exemple de l’opposition populaire à la politique d’austérité de la Troïka. A peine trois semaines avant la présentation du budget de l’Etat, qui apportera encore plus de coupes dans les salaires et les pensions de retraite supérieures à 600 euros, ces élections locales constituaient une bonne occasion pour exprimer un fort rejet des partis au gouvernement.
    Et cette occasion a été bien saisie, à commencer dans les plus grandes villes du pays - Porto, Gaia, Sintra, Coimbra - où les anciens maires PSD ont été battus et remplacés par des candidats du Parti socialiste ou par des candidats des listes de citoyens « indépendants » en (...)

  • Portugal : La crise politique et les leçons de la grève des enseignants

    Catarina Principe 4 août 2013

    Le Portugal a traversé une crise politique qui a failli faire tomber le gouvernement conservateur de coalition. Mais ce qui attend le pays, c’est plus d’austérité encore si la classe politique du pays, pour ne pas parler de l’élite politique et économique portugaise et européenne, s’en sort indemne. Catarina Príncipe, membre du Bloc de Gauche, analyse les antécédents des derniers événements et aborde les défis auxquels la gauche portugaise est confrontée.
    Le Portugal est l’un des pays de l’Union européenne qui est otage de la « troïka » - Fonds Monétaire International, Banque Centrale Européenne et Commission Européenne – et victime de politiques d’austérité sans cesse plus dures qui ont mené le pays à une (...)

  • Le Portugal en grève générale le 27 juin

    Esquerda.net 13 juin 2013

    Les centrales syndicales CGTP et UGT ont remis vendredi dernier au ministère de l’Economie un préavis de grève générale pour le 27 juin prochain. Pour le secrétaire général de la CGTP, Arménio Carlos, les trois causes de cette grève sont les suivantes :
    Tout d’abord, de nombreux travailleurs qui ont voté pour le PSD et le CDS (partis de droite au pouvoir, NdT) se sont rendu compte que la politique du gouvernement ne bénéficie qu’aux grands groupes économiques et financiers tout en pénalisant les travailleurs. En second lieu, parce que les gens se sont rendus compte que cette grève générale permettra de faire avancer des revendications pour résoudre les problèmes du pays et, en troisième lieu, parce que (...)

  • Portugal : « Les mouvements sociaux du sud de l’Europe ont besoin d’un agenda commun pour affronter la Troïka »

    Eduardo Muriel 24 mars 2013

    Ni « Marées citoyennes », ni « Plateformes contre l’austérité ». « Que la Troïka aille se faire foutre » (en portugais : « Que se lixe a troika », NdT). Directement. C’est avec ce nom explicite qu’un collectif citoyen formé par des dizaines de personnes est parvenu à mobiliser à plusieurs reprises des centaines de milliers de Portugais depuis le mois de septembre dernier dans l’intention de renforcer la lutte contre l’austérité. « Il ne suffit plus de dire ce que nous ne voulons pas, il faut désigner les coupables de tant de souffrances, qui sont le FMI, la BCE et la Commission européenne », affirme Joao Camargo, membre de l’organisation.
    Les coupes imposées par le gouvernement conservateur de Passos Coelho (...)

  • Portugal : 1,5 millions de manifestants pour la démission du gouvernement et contre la Troïka

    Avanti4.be 3 mars 2013

    Les manifestations qui ont eu lieu ce samedi 2 mars au Portugal ont, une fois encore, battues tous les records de participation dans ce pays sous perfusion durement touché par la crise et les mesures d’austérité imposées par la « troïka » (FMI, UE, Banque centrale européenne).
    Sous le mot d’ordre « Que se lixe a troika ! » (expression qu’on peut traduire par « à la merde la troïka !), l’onde d’indignation a rassemblé plus de 1,5 millions de personnes dans les grandes comme dans les petites villes. Tour d’horizon d’un véritable raz-de-marée où ont convergé plusieurs secteurs en lutte (artistes, pensionnés, chômeurs, salariés…).
    A Lisbonne, 800.000 personnes ont manifesté en chantant « Grândola Vila Morena » (...)

  • « Il existe une culture anti-globalisation et anti-autoritaire qui représente l’avenir de l’Europe ». Entretien avec Francisco Louça (Bloc de Gauche)

    Francisco Louça, Jacobo Rivero 31 octobre 2012

    Francisco Louça (1956), député du Bloc de Gauche au Parlement portugais, est une figure historique de la gauche anticapitaliste européenne. Dans les années 1970, il fut l’un des principaux protagonistes de la lutte contre la dictature de Salazar et il est aujourd’hui – au moment où il s’apprête à remettre son mandat, voir ci dessous – une des personnalités politiques les plus connues au Portugal. Entretien réalisé par Jacobo Rivero pour le journal espagnol « Diagonal ».
    La manifestation du 15 septembre, où un million et demi de personnes sont descendues dans les rues de Lisbonne et de 40 autres localités du pays pour protester contre les mesures d’austérité, est la plus grande mobilisation depuis celle (...)

  • Grève générale au Portugal : Dehors la Troïka ! Ce budget ne passera pas !

    Francisco Alves 17 octobre 2012

    Les mobilisations massives contre la politique d’austérité imposée par la Troïka continuent au Portugal. Après la manifestation du 15 septembre, des dizaines de milliers de personnes sont retournées dans les rues et les places portugaises ce 13 octobre, à l’occasion de la « Casserolade globale » contre la dette et pour protester contre le projet de budget 2013 du gouvernement qui doit être voté au Parlement le 31 octobre. Ce budget prévoit, entre autres mesures, d’augmenter les impôts sur les revenus et d’appliquer une taxe spéciale de 4% sur les salaires bruts. Il prévoit également une nouvelle réduction des pensions, une augmentation des impôts immobiliers et de nouvelles taxes sur les véhicules et (...)