Irak

  • Islamophobie et djihadisme

    Santiago Alba Rico 14 septembre 2014

    Islamophobie et djihadisme

    Le 4 septembre dernier, l’édition électronique du journal « El Mundo » mettait en ligne une couverture terrifiante. En haut à droite, en grande taille, sous la légende « La menace islamiste », on reproduisait une carte avec les frontières de l’expansion musulmane maximale dans la péninsule ibérique au cours du VIIIe siècle. En dessous, un titre criard proclamait : « L’État islamique rêve de conquérir Al-Andalous ». Si l’on tient compte du fait que la nouvelle la plus diffusée ces derniers jours dans tous les médias, y compris « El Mundo », est celle faisant état du faible enthousiasme des Espagnols à défendre leur patrie les armes à la main (« à peine 16% sont prêts à défendre leur pays »), la couverture évoquée (...)

  • Irak : Un Califat né du chaos et qui se nourrit de l’instabilité et du sectarisme

    Pedro Rojo 16 août 2014

    La proclamation du Califat, ou Etat Islamique (IS), par les partisans d’Ibrahim Abu Baqr al Bagdadi est né du chaos et ne peut se maintenir que dans un cadre d’instabilité en Irak. Le groupe de Badgadi a tiré profit de l’offensive des forces populaires qui exigent la chute du gouvernement sectaire de Nuri Al-Maliki pour mener à bien sa propre guerre destinée à gérer les territoires qu’elle contrôle et ses sources de richesse.
    Après la chute de Mossoul, les forces qui luttent sous la coupole du Conseil Militaire des Révolutionnaire d’Irak ont poursuivi leur avance vers Bagdad dans l’objectif de renverser le système politique actuel imposé par l’occupation étasunienne. L’Etat Islamique a profité de ce (...)

  • Irak-Syrie : Chaos et intervention au Proche Orient

    Santiago Alba Rico 16 août 2014

    Irak-Syrie : Chaos et intervention au Proche Orient

    Je crois qu’il convient de rappeler d’emblée quel est le véritable plan étasunien pour le Proche Orient et le reste de la planète : imposer sa domination mondiale à travers des gouvernements locaux « démocratiques », et cela avec les applaudissements et l’admiration, non seulement des classes dirigeantes, mais aussi des populations soumises.
    Pour leur malheur, comme le soulignait Périclès dans son fameux discours aux Athéniens pendant la Guerre du Péloponnèse ; on ne peut être bon, démocratique et hégémonique en même temps. Un empire est comme une « tyrannie » et s’il est injuste de la défendre, il est encore plus dangereux de l’abandonner. Il faut, disait le grand stratège grec, renoncer à tout « désir de (...)

  • Des centaines d’intellectuels Syriens, Irakiens et Libanais signent l’appel « Contre la tyrannie religieuse et la dictature »

    Collectif 1er juillet 2014

    L’expansion de l’Etat islamique d’Iran et du Levant (Daech, acronyme arabe) en Syrie et en Irak soulève de grandes interrogations sur l’avenir du Machrek arabe. On peut craindre que la région ne devienne la vitrine mondiale de la faillite des Etats, des sociétés et même de la religion. L’empressement des tribus locales à brandir l’étendard de « l’Etat islamique » soutenu par des djihadistes venus des quatre coins du monde ne menace pas seulement le démantèlement dans le sang des entités nationales formées au lendemain de la chute de l’Empire ottoman, mais risque surtout de compromettre toute forme de société, de civilisation et de croyance dans nos pays.
    Quoiqu’on dise des forces régionales ou (...)

  • Pourquoi l’Irak se déchire-t-il ?

    Ashley Smith 23 juin 2014

    Pourquoi l'Irak se déchire-t-il ?

    La prise de la deuxième plus grande ville d’Irak, Mossoul, suivie de la percée militaire des insurgés opérant sous la bannière de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) a fait exploser une nouvelle guerre civile qui pourrait intensifier les conflits religieux dans tout le Moyen-Orient.
    L’Iran vient d’envoyer Qasem Soleimani, commandant d’une division d’élite de la Garde révolutionnaire, accompagné de conseillers et de 2.000 soldats, à Bagdad pour appuyer le gouvernement central dominé par les chiites. A la frontière nord de l’Irak, la Turquie envisage de passer à l’action pour récupérer les membres du personnel de son consulat à Mossoul qui ont été enlevés par IEIIL. Et Barack Obama a déclaré de (...)

  • Aux origines de la crise en Irak

    Andrew Cheeseman, Mick Armstrong 23 juin 2014

    Aux origines de la crise en Irak

    L’avancée fulgurante des djihadistes de l’Etat islamique de l’Irak et du Levant dans le nord de l’Irak a amené médias et journalistes à revenir sur les événements des dernières années pour tenter d’expliquer l’effondrement brutal de l’armée irakienne et le soutien accordé par une partie de la population sunnite aux djihadistes.
    Ces retours en arrière remontent à la guerre lancée par Georges Bush fils en 2003 qui aboutit à la chute de Saddam Hussein, ou à celle menée par son père contre le même Saddam Hussein en 1991, voire à la victoire de Khomeiny en Iran en 1979 et à la guerre entre l’Iran et l’Irak qui a suivi. Mais très rares sont ceux qui remontent aux véritables origines des problèmes dans la région – la (...)

  • Irak : Djihadisme, insurrection et intervention

    Carlos Varea, Loles Oliván, Santiago Alba Rico 17 juin 2014

    Irak : Djihadisme, insurrection et intervention

    Les nouvelles qui arrivent d’Irak sont confuses. Mais au milieu de l’obscurité alimentée par les informations non recoupées et par les tentations simplificatrices, trois évidences se font jour à l’encontre du sensationnalisme et de la démagogie.
    La première est que l’ISIS, ou EIIL (Etat Islamique d’Irak et du Levant, ou « Daesh » pour son acronyme arabe) n’est qu’une des factions impliquées dans une vaste insurrection qui se caractérise comme « sunnite » mais qui inclut des ex-militaires baasistes, des milices tribales et une partie de la population. La progression fulgurante des rebelles et la facilité avec laquelle Mossoul, une ville de deux millions d’habitants, est tombée semble confirmer ce fait. (...)

  • Syrie et Irak : deux anniversaires entrelacés

    Santiago Alba Rico 20 mars 2013

    Syrie et Irak : deux anniversaires entrelacés

    Cela fait deux ans en ce mois de mars qu’à débutée la révolution syrienne et il y a très peu de choses à fêter.
    La férocité criminelle du régime, qui combine dans la meilleure tradition impérialiste les bombardements aériens et les escadrons de la mort ; l’ignominieux soutien de la Russie et de l’Iran ; la moins ignominieuse stratégie de « régulation de la douleur » de la part des Etats-Unis et de l’UE en faveur d’Israël ; l’incapacité de l’opposition à représenter quelque chose de plus que les intérêts partisans ou personnels ; la « sectarisation » de l’affrontement militaire alimentée par l’Arabie Saoudite et le Qatar ; l’influence croissance du djihadisme sur le terrain et le fait, enfin, que l’ASL (Armée (...)