Culture

  • Marxisme et critique littéraire. Ce que la littérature dit sans le dire

    Terry Eagleton 15 avril 2013

    Terry Eagleton, professeur de littérature anglaise à l’Université de Manchester, est un théoricien et critique de la littérature considéré comme l’un des plus influents du monde britannique. Il a publié une quarantaine d’ouvrages, mais seuls deux ont été traduits en français : « Critique et théorie littéraires » (Paris, Presses universitaires de France, 1994) et « Marx et la Liberté » (Paris, Points Essais, 2000). Nous publions ici une traduction de son prologue à l’édition en castillan de « Marxismo y crítica literaria », éditions Paidós, 2013.
    Si Karl Marx et Friederich Engels sont plus connus pour leurs écrits politiques et économiques que pour leurs textes sur la littérature, ce n’est nullement parce qu’ils (...)

  • Le « Lincoln » de Spielberg, Karl Marx, et la deuxième révolution américaine

    Kevin B. Anderson 20 janvier 2013

    Le film « Lincoln » met en scène la façon dont la Guerre civile américaine s’est radicalisée à partir du mois de janvier 1865 lorsque l’administration Lincoln s’est alliée aux républicains radicaux pour mettre fin à l’esclavage. En même temps, ce récit hollywoodien ignore complètement les dimensions économiques et de classe de ce moment et ne parle pas des échanges entre la Première Internationale de Marx et l’administration Lincoln qui ont eu lieu pendant ces mêmes semaines qui sont le sujet du film.
    Le « Lincoln » de Steven Spielberg présente, pendant un seul et crucial mois de la Guerre civile américaine, un conflit qui aboutira à la deuxième Révolution américaine. Au mois de janvier 1865, plusieurs mois (...)

  • Jacques Tardi : "Je refuse ma Légion d’honneur"

    Jean Peltier 6 janvier 2013

    L’auteur et dessinateur de BD Jacques Tardi a eu la surprise le jour du Nouvel An d’apprendre qu’il venait de recevoir la Légion d’Honneur… qu’il s’est empressé de refuser "avec la plus grande fermeté".
    Le fonctionnaire qui lui a accordé cette breloque ne devait sans doute connaître ni Tardi ni son œuvre (on imagine bien le genre de gratte-papiers qui a eu cette idée lumineuse sous les traits d’un de ses collègues du début du siècle dernier, tel que Tardi adore les représenter).
    Contre le pouvoir et avec les fusillés pour l’exemple
    Pour remettre les pendules à l’heure, Tardi s’est fendu d’un communiqué bien senti dans lequel il écrit notamment :
    "J’ai appris avec stupéfaction par les médias, au soir du (...)

  • Inculture(s) 1 — La culture : une autre histoire de la culture

    Franck Lepage 2 janvier 2013

    Une autre histoire de la culture ou « L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu »
    « Quand je dis “J’ai arrêté de croire à la culture”, entendons-nous bien, c’est idiot comme phrase ! Non, j’ai arrêté de croire, pour être très précis, en cette chose qu’on appelle chez nous “la démocratisation culturelle”. C’est l’idée qu’en balançant du fumier culturel sur la tête des pauvres, ça va les faire pousser, vous voyez ? Qu’ils vont donc rattraper les riches !
    Voilà, c’est à ça que j’ai arrêté de croire.
    Je faisais ça dans les banlieues, c’est là qu’ils sont souvent, les pauvres… Et donc, je leur balançais des charrettes d’engrais culturel. Essentiellement sous forme d’art contemporain. Et de “création”. Il y a (...)

  • Ken Loach : de la parole aux actes !

    Daniel Künzi 2 janvier 2013

    Le célèbre cinéaste anglais a été moult fois primé dans le monde pour ses chefs d’œuvres, qu’ils portent sur l’histoire (« The Wind is Blowing », « Land and Freedom »), sur les luttes contre le néolibéralisme dans la société britannique (« The Dockers of Liverpool », documentaire), sur le respect des droits des travailleurs (« The Navigators »), contre le racisme et ses inégalités (« Bread and Roses »), etc.
    Son dernier film Angel’s share (La part des anges) a été plus que remarqué à Cannes, festival dont il a obtenu le Prix du jury à 3 reprises. Le cinéaste devait recevoir une distinction supplémentaire du Festival de Turin. Mais la fête n’a pas eu lieu, Ken Loach, avisé d’un conflit social avec les (...)

  • « Il y a une obscénité du pouvoir qui est révoltante » Entretien avec Costa-Gavras, réalisateur de « Z » et « Le capital ».

    Costa-Gavras, Luciano Monteagudo 28 novembre 2012

    Le légendaire réalisateur de « Z » a présenté son nouveau film, d’une actualité brûlante, au Festival de Thessalonique ; l’histoire d’un banquier prêt à tout pour l’argent. Il a 79 ans et cela fait 54 ans qu’il fait du cinéma, mais il conserve une énergie de jeune premier. Konstantinos Gavras, mieux connu sous le nom de Costa-Gavras, est né en Arcadie en Grèce le 12 février 1933 et il est revenu ces derniers jours dans son pays natal pour présenter – au Thessaloniki International Film Festival – son dernier film, « Le capital ». Entretien réalisé par Luciano Monteagudo pour le journal Pagina12 (Argentine).
    Comment est né « Le capital » ?
    Tout d’abord à cause de la situation que traverse l’Europe depuis déjà (...)

  • En finir avec le théâtre : Bravo Fadila Laanan !

    Thomas Gunzig 25 novembre 2012

    Austérité « oblige », la Ministre Fadila Laanan a décidé de sabrer de près de moitié le budget alloué par la Communauté française à l’aide à la création théâtrale… Nous reproduisons ci-dessous, avec son aimable autorisation, la chronique qu’a consacré Thomas Gunzig à cette « courageuse » décision dans le « Café serré » du 20 novembre dernier sur la RTBF radio. (Avanti4.be)
    Bonjour Georges, Bonjour tout le monde,
    Alors, je ne sais pas si vous avez vu ça ces derniers jours mais tout le monde tombe sur notre bien aimée Ministre de la culture Fadila Laanan.
    Tout le monde lui tombe dessus parce qu’elle a pris une décision courageuse : une décision que je ne peux qu’applaudir des deux mains car ça fait quand même 3000 (...)