Belgique

  • Réponse à Bruno Colmant : Non, la dette publique n’est pas par essence collective !

    Pauline Imbach 31 mars 2013

    Réponse de Pauline Imbach à l’opinion de Bruno Colmant publiée dans le magazine Trends-Tendances du Vif le 21 Mars dernier. Voir en bas.
    Vous affirmez que « une dette publique est, par essence, collective. » Voilà un raccourci qui permet de manipuler l’opinion publique. En effet, monsieur Colmant, vous oubliez de rappeler quelques éléments essentiels concernant la dette belge.
    D’abord l’origine de la crise des dettes publiques, provient en premier lieu d’une crise bancaire, c’est-à-dire une crise de la dette privée. En effet, l’augmentation récente de la dette publique belge et européenne résulte largement des sauvetages des banques privées de 2008 et de 2011.
    Ces sauvetages ont, en réalité, consisté (...)

  • En Belgique comme ailleurs, l’UE ne lutte pas contre la pauvreté... elle la crée !

    aDAS 31 mars 2013

    Ce 28 mars 2013, le SPP Intégration Sociale nous convie à un nouveau barnum censément « participatif », où les acteurs du terrain social sont appelés à se prononcer sur le Programme National de Réforme 2013, traduction belge de la Stratégie UE2020...
    Un écran de fumée de plus pour masquer la réalité des politiques antisociales inhumaines impulsées par l’Union Européenne, servilement appliquée par le gouvernement Di Rupo et sa fidèle « exécutrice », la Ministre Maggie De Block, invitée d’honneur de cette journée.
    Comme bien d’autres acteurs du secteur social, l’association Défense des Allocataires Sociaux (aDAS) dénonce ces programmes pompeux et mystificateurs, illustrés par la présente « grand-messe ». Sous (...)

  • J’exerce une influence majeure sur le gouvernement

    Thomas Gunzig 28 mars 2013

    Bonjour Georges, bonjour tout le monde,
    Alors, vous le savez, d’ordinaire, je suis la modestie incarnée. Je la ramène assez peu. Une fois hors de ce studio où je fanfaronne, et bien, je rase plutôt les murs. Je suis si timide que dans les couloirs quand il m’arrive de croiser Cathy Immelen, je regarde par terre en toussant pour éviter qu’elle voit que je rougis en lui balbutiant un « bon… bon… bonjour » de collégien.
    Et oui Georges, je croyais assez peu en moi et jusqu’à hier j’étais convaincu qu’une fois que la chaîne aurait repris ses esprits en me remplaçant par quelqu’un de vraiment doué comme… non ça je ne vais quand même pas vous le dire, je suis quand même pas con à ce point. Enfin bref. J’étais (...)

  • Meister-Sprimont : Des astreintes pour casser un piquet de grève : jusqu’à quand nos syndicats laisseront-ils faire ?

    Jean Peltier 25 mars 2013

    Les travailleurs de l’usine Meister à Sprimont sont partis en grève lundi dernier contre les menaces de délocalisation et de licenciements qui pèsent sur leur entreprise. Un piquet de grève a été installé devant l’entreprise. La suite est désormais tristement classique : la direction a saisi la justice et celle-ci a décidé d’imposer des astreintes de 500 euros contre toute personne qui bloquerait l’entrée de l’entreprise. Un huissier est venu vendredi après-midi signifier la décision et la police est intervenue le soir même pour disperser le piquet.
    Est-ce que toute lutte qui implique un piquet de grève est condamnée à se terminer comme cela en Belgique aujourd’hui ? La réponse est simple. C’est oui. Du (...)

  • Manifestation syndicale du 14 mars : une procession de plus, et après ?

    Pierre Bonsin 21 mars 2013

    Trois mois après la manifestation du 14 décembre, et quelques semaines après celle du 21 février dernier, les Etats-Majors syndicaux européens organisaient un nouveau « défilé » à Bruxelles, cette fois non de la Gare du Nord à celle du Midi, mais, Sommet Européen oblige, du Musée du Tram au Cinquantenaire.
    Une manifestation convoquée au niveau belge par les trois organisations en front commun sur des mots d’ordre tout ce qu’il y a de plus pathétiques :
    « Ensemble, pour un avenir meilleur » : Une proclamation qui ne peut que faire sourire – ou plutôt grincer des dents – les peuples et travailleurs, de Chypre et de Grèce, comme ceux d’Irlande, d’Espagne et du Portugal voyant leur niveau de vie chuter de (...)

  • Appel : Ceci n’est pas une crise, c’est une escroquerie ! Passer de l’indignation à la mobilisation, c’est pour maintenant !

    Collectif 19 mars 2013

    PREVISIBLE. Les dirigeant-e-s politiques, épaulé-e-s par les économistes et médias acquis au néolibéralisme, peuvent toujours tenter de nous rassurer en affirmant que le serrage de ceinture va finir par payer et que la reprise économique est pour bientôt, les faits sont là ! Les 18 milliards d’euros d’austérité appliquée par le gouvernement Di Rupo n’ont pas suffit. Il va maintenant falloir trouver 3 milliards de plus. Qui en sera étonné ? La même logique est suivie partout en Europe par les gouvernements qui ne représentent plus les choix des populations depuis bien longtemps. Qui s’étonnera donc des méthodes utilisées pour trouver ces fameux milliards ? Encore plus d’austérité, tout simplement … (...)

  • Occupation de la DG des affaires économiques et financières de la Commission européenne : arrestation d’une trentaine d’activistes

    For a european spring 14 mars 2013

    Dans le cadre des mobilisations européennes « For a European Spring » et après « le tour guidé contre l’austérité » d’hier, la direction générale des affaires économiques et financières de l’Union européenne a été occupée par 150 activistes venus de différents pays européens (Allemagne, Italie, France, Belgique...).
    Après une mise en scène de la remise du prix de l’austérité à Marco Buti (directeur de la DG FIN), les manifestants ont occupé le bâtiment en chantant et en dansant sous les slogans « Occupy Troïka », « Troïka Dégage » ! Une assemblée populaire a été organisée à l’intérieur où chacun pouvait expliquer en quoi consiste les mesures d’austérité dans son pays et quelles mobilisations ont lieu pour y résister. (...)

  • Il est urgent d’avoir un Printemps Européen

    For a european spring 14 mars 2013

    Cette semaine à Bruxelles et dans différentes capitales européennes, les peuples d’Europe se rassemblent pour rejeter les politiques d’austérité de l’Union européenne et leurs attaques contre la démocratie. La police a entravé ces efforts à Bruxelles en interdisant la manifestation et en niant le droit de se rassembler.
    Quand le sommet européen se tiendra à Bruxelles le 14 mars, ce sera au milieu de protestations à travers l’Europe et dans la capitale belge. “For a European Spring”, une coalition de mouvements de 13 pays, appelle à des actions dénonçant la gestion de la crise de l’Union européenne.
    Une manifestation européenne devait se tenir dans les rues de Bruxelles, mais la police l’a interdite sous (...)

  • Déclaration pour le lancement du collectif d’audit citoyen de la dette en Belgique

    Collectif d’audit citoyen de la dette en Belgique 9 mars 2013

    Le 19 février 2013 s’est tenue à Bruxelles la première réunion de mise en place d’un collectif d’audit citoyen de la dette en Belgique. Elle a réuni une centaine de participants provenant de Bruxelles et de Wallonie. Plus d’une vingtaine d’organisations avaient envoyé des représentants (secrétaires généraux de la FGTB Wallonne et Bruxelles, secrétaire général de la CNE, secrétaire génral de la CGSP Wallonne, mais aussi CSC, CEPAG, CMB-FGTB, CADTM, Réseau Wallon de Lutte contre la pauvreté, MOC, Compagnies de Théâtre-Action, ATTAC, Quinoa, ... La déclaration qui suit a été adoptée suite à cette réunion.
    Les organisations et les personnes réunies à Bruxelles le 19 février 2013
    Considèrent que :
    Les droits (...)

  • Caterpillar, ArcelorMittal, Ford Genk… : ça suffit !

    Ataulfo Riera 28 février 2013

    Le jour même où les représentants de la FGTB se rassoient sagement à la table de négociation avec le patronat après la promenade du 21 février dernier, la direction de Caterpillar annonce brutalement la suppression de plus de 1.500 emplois sur le site de Gosselies.
    On ne saurait imaginer une « coïncidence » et un symbole plus frappants. Symbole, d’abord, de l’arrogance patronale, de l’impunité avec laquelle une multinationale qui a réalisé plus de 4 milliards de bénéfices en 2012 se débarrasse des travailleurs comme des citrons que l’on jette après avoir été pressés jusqu’aux pépins. Symbole, ensuite, de la voie sans issue dans laquelle les organisations syndicales se sont embourbées en s’accrochant envers et (...)