Belgique

  • SNCB : Deux délégués tirent les enseignements de la lutte

    Dany Roberfroid 28 avril 2013

    En juin 2012 le ministre Paul Magnette déposait son projet de réforme pour scinder le groupe SNCB et faire une société dite bicéphale : Infrabel d’un côté, SNCB d’un autre, en supprimant la SNCB Holding. Les syndicats cheminots ont directement répliqué en défendant une seule société intégrée pour plus de cohérence pour le service aux usagers et comme meilleure garantie pour défendre le service public et l’unicité du statut. Le Kern a approuvé le projet de Magnette début janvier 2013, mais la lutte n’est pas finie... Presse Internationale, le mensuel de la Ligue Communiste des Travailleurs (LCT), a organisé un entretien avec deux délégués de la CGSP Cheminots de Bruxelles qui ont (...)

  • Nucléaire, technique contre nature

    Francis Leboutte 24 avril 2013

    Au 20e siècle, avec la fission de l’atome, l’homme a trouvé les moyens d’aller à contre-courant du déclin spontané de la radioactivité naturelle, déclin qui permit l’éclosion de la vie sur terre il y a plus d’un milliard d’années. Il a mis en œuvre ces moyens sans tarder, d’où le nucléaire militaire, suivi de son jumeau, le nucléaire dit civil et proclamé pacifique, comme pour le dédouaner de l’horreur d’Hiroshima.
    Ce « progrès » contre nature ne se limite pas aux événements qui ont frappé les imaginations, les deux bombes lâchées sur le Japon, les nombreux essais d’explosion nucléaire atmosphérique ou souterraine et les catastrophes de Three Mile Island (1979), Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011). Il faudrait (...)

  • Vers un rassemblement politique à la gauche du PS et d’Ecolo ?

    Ataulfo Riera 21 avril 2013

    A l’occasion du 1er Mai 2012, le secrétaire régional de la FGTB Charleroi Sud-Hainaut, Daniel Piron, lançait un appel en faveur de la création d’un parti anticapitaliste ou d’un rassemblement politique à gauche du PS et d’Ecolo qui, face à la crise et à l’austérité, serait capable de représenter les intérêts de la classe travailleuse. Une journée de réflexion se tient ce 27 avril à Charleroi dans le prolongement de cet appel.
    Près d’un an après, le bilan de cet appel est à la fois maigre et significatif. Maigre parce qu’il n’a pas suscité un engouement débridé dans les rangs du reste de la FGTB wallonne, ni chez les travailleurs en général. Mais significatif parce qu’il a par contre reçu un écho positif de la (...)

  • Lutte contre la « fraude sociale » : La chasse aux pauvres est ouverte !

    aDAS 21 avril 2013

    Le SPP–Intégration Sociale organise en avril et en mai des « rencontres provinciales » avec les CPAS. Significativement, le premier point à leur ordre du jour n’est autre que « la lutte contre la fraude sociale », le nouvel épouvantail agité par le monde politique et médiatique. Peu surprenant, quand on sait que c’est l’axe premier du programme de la Ministre de l’Intégration Sociale.
    Mais, au-delà de Maggy De Block, c’est l’ensemble du gouvernement Di Rupo qui, suivant les recommandations de l’Union Européenne, a fait de cette politique une de ses priorités, avec même un Secrétaire d’Etat désormais dévolu à la lutte contre « la fraude fiscale… et sociale » ! Pur amalgame et parfait alibi pour la traque (...)

  • Les Guinéens sont la cible de l’Office des Etrangers dans le cadre d’une politique de plus en plus restrictive en matière d’asile

    France Arets 19 avril 2013

    Depuis la visite de Monsieur Freddy Roosemont, directeur de l’Office des Etrangers, en Guinée Conakry, il y a quelques mois, les expulsions vers la Guinée se multiplient. Visiblement des accords existent pour favoriser ces rapatriements vers la Guinée, c’est ainsi que l’Ambassade délivre les laissez-passer à la pelle, sans se poser de question ni écouter les personnes menacées d’expulsion.
    Cette situation s’inscrit dans un contexte plus général d’augmentation des retours forcés, et pas seulement des retours volontaires dont la Secrétaire d’Etat à la politique d’asile et d’immigration, Maggie De Block, est tellement fière (volontaires ou « volontaires sous pression » ?). L’objectif est d’éloigner le plus de (...)

  • Manifestation contre la réforme du chômage à Namur : Ceci n’est pas une crise, c’est une escroquerie !

    Riposte-CTE 15 avril 2013

    Sous prétexte de « lutte contre le chômage » et de « quête du plein emploi », voilà plus de 30 ans que nos dirigeants détricotent méticuleusement nos acquis sociaux et pour quel résultat ? Une précarisation généralisée et un chômage qui explose.
    Un rapide coup d’oeil à la richesse indécente affichée par un Mittal ou autre spécialiste du vol social devrait pourtant suffire à nous convaincre que ce n’est pas l’argent qui manque. Et pour cause ! Nous n’avons jamais produit autant de richesses ! Elles se concentrent simplement entre les mains des « 1% » au détriment de ceux qui les produisent réellement : les travailleurs, avec ou sans emploi.
    C’est pourquoi nous devons refuser le chantage à l’emploi qui souvent (...)

  • Dossier : Occupations d’usines et autogestion ouvrière en Belgique

    Erik Demeester, Jean Peltier 15 avril 2013

    Le débat sur les occupations d’usines et les expériences de reprise de la production sous gestion ouvrière a été relancé récemment par le redémarrage de l’usine grecque VIO-ME sous forme d’une coopérative ouvrière après une occupation qui aura duré plus d’un an. La Belgique a elle aussi une série d’expériences de ce type dans les années ’70. Erik Demeester et Jean Peltier en retracent ici l’histoire. (Avanti4.be)
    Petite histoire des occupations d’usines en Belgique Erik Demeester
    "Les grèves avec occupation des usines, une des plus récentes manifestations de cette initiative, sortent des limites du régime capitaliste “normal”. Indépendamment des revendications des grévistes, l’occupation temporaire des (...)

  • Honte à ceux qui font de l’antisémitisme leur fonds de commerce !

    Pierre Stambul 15 avril 2013

    Dans une interview à La Libre Belgique le 27 mars, Maurice Sosnowski, président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) et professeur de médecine à l’ULB, y allait d’une diatribe dont il a le secret : « Aujourd’hui, le mot sionisme est associé au mot nazisme puis au peuple juif. Une banalisation de plus. L’extrême gauche européenne y participe avec, en Belgique, le PTB et les jeunes du Comac à l’université. [ ] Aujourd’hui, sous le couvert de l’antisionisme, ces groupes sont antisémites. [ ] la focalisation sur les événements du Proche-Orient vient du fait que les gens sont antisémites, pas l’inverse. » On reconnaît bien là le style racoleur et les amalgames douteux dont le (...)

  • Salauds d’assistés !

    Denis Desbonnet 7 avril 2013

    Si nous nous permettons une accroche aussi provocatrice, inspirée de la réplique « culte » de Gabin dans « La traversée de Paris », c’est parce que, au-delà de sa brutalité, elle nous semble bien résumer la tendance croissante de la part des gouvernements, en Belgique comme partout en Europe, à « responsabiliser » - comprenez culpabiliser, voire criminaliser - les pauvres, les précaires et les bénéficiaires des divers régimes de protection sociale.
    Tous coupables à un titre ou à un autre d’être des « inactifs » et « improductifs », accusés de grever les finances publiques et, surtout, d’être « fautifs » de leur propre sort – voire des profiteurs du système ).
    Une évolution très nette depuis une décennie, sous (...)

  • Offshore Leaks : STOP à l’évasion, à la fraude et à la compétition fiscale !

    Réseau pour la Justice fiscale 5 avril 2013

    Le Réseau pour la Justice fiscale (RJF), qui lutte en Belgique depuis plus de 15 ans notamment pour lever le secret bancaire fiscal, considère que les révélations de ce jeudi 4 avril concernant les comptes secrets offshore de dizaines de milliers de sociétés et de particuliers sont importantes. Contre ces pratiques scandaleuses, des mesures comme, par exemple, l’interdiction des paradis fiscaux dans l’Union Européenne, doivent être prises.
    Comme l’OCDE, la Commission européenne et même l’ONU, le RJF considère que les paradis fiscaux (territoires à faible fiscalité, sans transparence vis-à-vis des autorités fiscales, accueillants pour les non-résidents et développant des législations fiscales (...)