Allemagne

  • Allemagne : Pegida, montée et crise d’un mouvement islamophobe et raciste

    Dan Armstrong, Manuel Kelnerr 13 février 2015

    Ces derniers mois ont vu la montée, puis l’entrée en crise, de Pegida, un mouvement contre l’immigration qui a commencé dans les régions sinistrées de l’ancienne Allemagne de l’Est où il a réussi à faire descendre plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les rues. Loin d’être une exception en Europe, ce mouvement témoigne de la montée générale d’un courant anti-immigré et anti-musulman. Heureusement, la crise actuelle de Pegida est aussi le résultat d’une forte réaction antiraciste et antifasciste. (Avanti)
    Pegida : ultra-réactionnaire, islamophobe et raciste
    Manuel Kelnerr
    Depuis octobre 2014 se déroulent en Allemagne des manifestations contre « l’islamisation ». La première de taille à faire la (...)

  • Etat d’exception à Hambourg : Un laboratoire policier contre la protestation sociale

    Andreas Blechschmidt , Ingo Niebel, Richard Crowbar 27 janvier 2014

    Depuis le mois de décembre 2013, la ville de Hambourg connaît plusieurs mobilisations importantes et des heurts violents entre manifestants et policiers. La répression menée par les autorités du SPD (parti social-démocrate allemand) est particulièrement brutale et s’appuie sur l’application d’une véritable loi d’exception qui instaure une sorte d’état de siège dans une partie de la ville. Les mobilisations sont le fruit d’une convergence entre plusieurs luttes : pour les droits des réfugiés, contre la spéculation immobilière et la « gentrification » consécutive qui frappe les quartiers populaires, ainsi que la menace d’expulsion d’un centre social autogéré historique, « Rote Flora ». Concernant ce dernier, (...)

  • Polémiques dans la gauche allemande sur l’euro. Vers une nouvelle organisation anticapitaliste ?

    Jacopo Rosatelli, Correspondant 2 juillet 2013

    Faut-il en finir avec l’euro ? Lancé par Oskar Lafontaine à la fin du mois d’avril, le débat dans la gauche allemande a été très vif. Dans les jours précédent son congrès, cette discussion à surtout agité Die Linke, le parti dont Lafontaine est l’un des fondateurs et l’une de ses figures les plus connues. Mais bon nombre d’universitaires et d’activistes sociaux sont également intervenus dans ce débat.
    En soutien aux thèses de l’ex-ministre social-démocrate est intervenu l’un des responsables du comité scientifique d’ATTAC en Allemagne, Winfried Wolf, qui ne voit dans la monnaie unique que le « couronnement de l’Union européenne en tant que projet des grandes entreprises et des banques ». Un projet qui est mené (...)

  • Francfort : Ein, zwei, drei ! Blockupy !

    Pierre Gottiniaux 2 juin 2013

    Le 31 Mai et le 1er Juin 2013 se sont rassemblés à Francfort, grande métropole bancaire, siège de la Banque Centrale Européenne (BCE), des milliers d’activistes et militants altermondialistes allemands, français, belges, espagnols, italiens, grecs, croates (und so weiter) pour des actions de blocage des institutions financières internationales et des grands symboles des dérives du capitalisme.
    Vendredi 31 Mai. Il est 6h du matin quand les activistes sortent du camp installé aux abords de la ville pour l’occasion par l’équipe organisatrice du BLOCKUPY. Ils avancent groupés, le pas assuré et des slogans anticapitalistes aux lèvres. Évidemment la police est prévenue, elle est partout en ville, équipée (...)

  • Munich : le procès contre les néonazis du NSU et la complicité de l’Etat allemand

    Rafael Poch 9 mai 2013

    Le procès du réseau néonazi allemand NSU (*), responsable de la pire vague d’attentats terroristes enregistrée dans le pays ces vingt dernières années, a commencé le 6 mai à Munich. Et il va durer longtemps puisqu’on s’attend à ce qu’il s’achève en 2015. Mais la principale question de cette sombre affaire ne trouvera pas de réponse dans ce procès. Il s’agit du niveau de complicité des structures étatiques avec ce réseau qui, pendant treize ans, a commis dix assassinats, dont neuf racistes, deux grands attentats à la bombe dans des quartiers immigrés et quinze braquages.
    A quel point l’Etat allemand est-il impliqué dans cette affaire ? Depuis ses débuts, ce groupe né à Jena (Allemagne occidentale) dans les (...)

  • Il y a 80 ans : Hitler arrivait au pouvoir avec l’aide des magnats capitalistes

    Ernest Mandel 21 janvier 2013

    A l’heure où, avec la crise capitaliste, l’extrême droite (y compris ouvertement nazie comme en Grèce) relève la tête dans plusieurs pays d’Europe, il est bon de rappeler ce que fut le nazisme et comment il parvint au pouvoir en Allemagne il y a exactement 80 ans. Nous reproduisons ci-dessous un texte inédit d’Ernest Mandel à ce sujet, publié initialement en 1953 sous le titre « Vingt ans après ». (Avanti4.be)
    Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler était nommé Chancelier du Reich allemand. Dans la nuit du 27 au 28 février, le Reichstag brûle à Berlin ; le Parti communiste est mis hors la loi. Le 5 mars, aux élections parlementaires organisées sous la terreur des nazis au pouvoir, le bloc des (...)

  • Allemagne : Social-démocratie et crise

    Alberto Cruz, Michael R. Krätke 7 novembre 2012

    Alors que les conséquences de la crise commencent à affecter l’économie de l’Allemagne, principale puissance européenne, le parti social-démocrate allemand (SPD) a désigné son candidat qui s’opposera à Merkel aux élections législatives de septembre 2013. Un candidat qui reflète parfaitement la nature de ce parti et ses intentions. Une analyse d’Alberto Cruz à ce sujet, ainsi qu’un article de M. Krätke sur le ralentissement de l’économie et le recul des exportations allemandes et ses causes. (Avanti4.be)
    La fin de l’illusion social-démocrate
    Alberto Cruz
    Les sociaux-démocrates allemands du SPD ont désigné le candidat qui va affronter Angela Merkel aux élections de septembre 2013. Il s’agit de Peer (...)

  • Allemagne : vers une Nouvelle Organisation Anticapitaliste ?

    G. Cluseret 17 septembre 2012

    Il y a un peu plus d’un an a commencé un processus de discussion entre des groupes et des personnes situées dans le spectre de la gauche radicale allemande. Une réelle dynamique de débats et de convergence s’est depuis lors réalisée et évolue vers l’unification d’un secteur important de la gauche révolutionnaire allemande au sein d’une « Nouvelle Organisation Anticapitaliste ».
    C’est un groupe critique de Die Linke dans un quartier de Berlin (SIB : Initiative Socialiste de Berlin) qui a posé la première pierre en mettant un texte en débat. Ce qui ne semblait être qu’un petit projet local a rapidement attiré l’attention d’autres organisations et collectifs, tant locaux que fédéraux, ainsi que d’individus et (...)