Agriculture

  • Non au béton, Oui aux chicons !

    Collectif 26 juin 2014

    Le 17 avril dernier a eu lieu le grand rassemblement Patatiste à Haren (traces sur http://luttespaysannes.be/) où de nombreuses personnes sont venues planter des patates pour défendre et promouvoir la souveraineté alimentaire, et envoyer un signal fort pour sauver les terres de l’accaparement et de la destruction. Suite à l’Assemblée de Samedi 21 juin, nous vous proposons cette rapide action par mail !
    Prison vs Terre
    Haren n’avait pas été choisie par hasard : autour du magnifique champs de patates que nous y avons joyeusement planté, restent en effet 19 hectares de terres arables. C’est l’un des derniers réservoirs de terres agricoles de la Région de Bruxelles-Capitale. Or sur ces 19 hectares, il (...)

  • Soutien aux inculpés de Wetteren en appel

    Field Liberation 31 mai 2014

    Mardi 3 juin, 11 militants sont jugés en appel pour leur participation à la journée d’action contre des pommes de terre génétiquement modifiées, à Wetteren, le 29 mai 2011. Parmi des centaines d’activistes ils ont remplacés des pommes de terre OGM par des pommes de terre biologiques.
    En septembre 2013, le tribunal de Dendermonde a condamné les 11 militants pour association de malfaiteurs, rébellion et destruction de biens, avec des peines allant de 3 à 6 mois avec sursis, des amendes et des dommages et intérêts de 25.000 euros.
    Les 11 vont en appel contre ce jugement absurde : la liberté d’expression n’est pas un crime !
    Nous n’avons pas besoin d’OGM pour nourrir le monde. Au contraire, ils menacent (...)

  • Une alimentation « accro » au pétrole

    Esther Vivas 16 mai 2014

    Une alimentation « accro » au pétrole

    Même si nous ne nous en rendons pas compte, nous mangeons du pétrole. Le mode actuel de production, de distribution et de consommation d’aliments est « accro » à l’ « or noir ». Sans pétrole, nous ne pourrions pas manger comme nous le faisons. Néanmoins, dans un contexte où il sera de plus en plus difficile d’exploiter un pétrole de plus en plus cher, comment ferons-nous pour nous alimenter ?
    L’agriculture industrielle nous a rendus dépendants du pétrole. Des semailles à la récolte et de la commercialisation jusqu’à la consommation elle-même, nous avons besoin de lui. La « révolution verte », les politiques qui nous disaient que la modernisation de l’agriculture allait mettre un terme à la faim, et qui fut (...)

  • Via Campesina : L’internationalisme paysan

    Esther Vivas 22 avril 2014

    Via Campesina : L'internationalisme paysan

    La terre, l’eau et les semences sont indispensables pour cultiver et pour se nourrir. De la nourriture pour tous ou de l’argent pour quelques uns, telle est la question. La Via Campesina, le plus grand mouvement international de petits agriculteurs, d’ouvriers agricoles et de paysans sans terre, le revendique quotidiennement. Aujourd’hui, le 17 avril, à l’occasion de la journée internationale de la lutte paysanne, nous retraçons son histoire.
    Combattre la mondialisation alimentaire
    La mondialisation alimentaire, développée par et pour l’agro-industrie et les chaînes de supermarchés, privatise les biens communs, élimine ceux qui prennent soin de la terre et qui la travaillent et elle transforme (...)

  • Pouvons-nous continuer à manger autant de viande ?

    Esther Vivas 10 avril 2014

    Pouvons-nous continuer à manger autant de viande ?

    La viande est devenue indispensable dans notre nourriture. Il semble qu’on ne puisse pas vivre sans elle. Si, jusqu’à il y a peu de temps, sa consommation était un privilège, une nourriture réservée à des événements particuliers, sa consommation est aujourd’hui quotidienne. Peut être même trop quotidienne. Avons-nous besoin de manger autant de viande ? Quel impact cela a-t-il sur l’environnement ? Quelles sont les conséquences pour le bien-être animal ? Pour les droits des travailleurs ? Et pour notre santé ?
    La consommation de viande est associée au progrès et à la modernité. De fait, selon les chiffres du Ministère de l’Agriculture, entre 1965 et 1991 dans l’Etat espagnol, sa consommation a été (...)

  • Un régime alimentaire mondialisé

    Esther Vivas 30 mars 2014

    Qu’ont en commun l’Inde, le Sénégal, les Etats-Unis, la Colombie, le Maroc, l’Etats espagnol et bien d’autres pays ? En dépit des différences importantes qui persistent encore, l’alimentation y est sans cesse plus semblable,. Au-delà de la « McDonaldisation » de nos sociétés et de la consommation globalisée de Coca-Cola, la consommation mondiale d’aliments dépend progressivement d’une poignée de variétés de cultures. Le riz, le soja, le blé et le maïs s’imposent au détriment d’autres productions comme le millet, le manioc, le seigle, le sorgho, la patate douce ou l’igname. Si l’alimentation dépend d’une petite série de variétés de cultures, que se passera-t-il en cas de mauvaise récolte ou de maladies ? Notre (...)

  • Femmes, nourriture et soins

    Esther Vivas 19 mars 2014

    Femmes, nourriture et soins

    C’est l’heure de préparer à manger et d’allumer les fourneaux, de dresser la table et de sortir les couverts, de faire la liste des courses et d’aller au supermarché ou au marché. A la maison, ces tâches sont majoritairement réalisées par les femmes. Un travail, celui de nous alimenter, qui est indispensable pour notre vie et notre subsistance. Néanmoins, c’est une tâche invisible, non valorisée. Nous mangeons, bien souvent, comme des automates et comme tels nous ne reconnaissons pas ce que nous avalons ni qui met l’assiette sur la table.
    Dans les foyers, l’alimentation est toujours le plus souvent un territoire féminin. Ainsi le démontre la dernière « Enquête d’Emploi du Temps 2009-2010 » de (...)

  • Qu’est-ce que la souveraineté alimentaire ?

    Esther Vivas 3 mars 2014

    Selon la définition de l’Académie Royale Espagnole, « Manger » signifie « mastiquer et ingurgiter par la bouche un aliment pour le faire passer dans l’estomac ». Mais manger est bien plus qu’avaler des aliments.
    Manger de manière saine et consciente implique de se demander d’où vient ce que nous consommons, comment on l’a élaboré, dans quelles conditions et pourquoi nous payons un prix déterminé pour cela. Cela signifie de prendre le contrôle de nos habitudes alimentaires et ne pas le déléguer à d’autres. Ou pour le dire avec d’autres mots, cela signifie être souverains, de pouvoir décider en ce qui concerne notre alimentation. Telle est l’essence du concept de souveraineté alimentaire.
    C’est en 1996 que le (...)

  • Saint-Valentin : Roses et épines

    Esther Vivas 14 février 2014

    L’amour est devenu un objet de marketing. La Saint-Valentin, le « jour des amoureux », en est le meilleur exemple. Tout est bon pour faire du commerce et mettre un prix sur ce que nous ressentons. Une rose rouge serait la sublime expression de l’amour, transformé en marchandise. Des millions de roses sont ainsi vendues le jour de la Saint-Valentin. Mais d’où viennent-elles ? Comment ont-elles été cultivées ? Par qui ?
    La majeure partie de ces roses viennent du Kenya, d’Ethiopie, de Colombie et d’Equateur, qui sont les plus grands exportateurs vers l’Union européenne. Leur origine a fort peu de choses à voir avec l’image idyllique qu’elles cherchent à incarner. Le travail précaire, les conditions (...)

  • Pakistan : les conséquences du changement climatique pour les femmes des campagnes

    Tahir Hasnain 15 janvier 2014

    Pakistan : les conséquences du changement climatique pour les femmes des campagnes

    Parmi les pays les plus touchés par le changement climatique, le Pakistan est le plus vulnérable parce qu’il connaît déjà les effets d’un intense changement climatique dans tous ses écosystèmes, comme les glaciers, la haute montagne, les jungles tropicales, les berges fluviales, les déserts et les habitats côtiers. De ce fait, et au regard des problèmes sociaux, écologiques et économiques croissants qui bouleversent le pays, le changement climatique y suscite ces derniers temps de sérieuses inquiétudes.
    Le changement climatique n’est pas neutre d’un point de vue de genre car ce sont les femmes qui doivent supporter en charge disproportionnée les conséquences de l’altération du climat. En effet, les (...)