Amériques

  • Brésil : la vague de pression peut exploser

    Raúl Zibechi, Ricardo Antunes 12 juin 2014

    Loin d’être une image apocalyptique avancée par un militant radical, cette réflexion a été faite par le ministre du Secrétariat Général de la Présidence, Gilberto Carvalho à l’issue d’une rencontre avec des mouvements sociaux à Rio de Janeiro le 29 mai dernier. Après avoir été interpellé et hué par des militants opposés à la Coupe du Monde, le ministre a déclaré accepter qu’une « partie de la société » pense ainsi, mais qu’il ne s’agit que d’« une petite avant-garde ». Tout en ajoutant que les critiques sont une « vague de pression qui explose » (« O Estado de São Paulo », 29/4/14).
    Il y a au gouvernement une certaine inquiétude quant à ce qui peut arriver pendant le Mondial. Le niveau de rejet de cette rencontre (...)

  • Grève du métro à Sao Paulo (Brésil) : un appel urgent à la solidarité internationale

    Syndicat des Travailleurs du Métro (São Paulo) 10 juin 2014

    Vous êtes nombreux à accompagner les mobilisations en cours au Brésil : les grèves et les manifestations des travailleurs et secteurs populaires exprimant leur indignation face à la Coupe du Monde, ses dépenses somptuaires et la corruption en faveur des intérêts des multinationales et de la FIFA.
    Au même moment, des revendications concrètes rejoignent ces luttes, quant aux salaires, aux droits sociaux, au logement, à l’amélioration des services publics, contre la répression et la criminalisation des mouvements sociaux, etc.
    Aujourd’hui, les Travailleurs du Métro de São Paulo sont en grève depuis le jeudi 5 juin. Ce sont près de 4 millions de passagers transportés quotidiennement par les Travailleurs du (...)

  • Cuba : la dangereuse « voie chinoise » (II)

    Guillermo Almeyra 6 juin 2014

    La participation active des travailleurs cubains pourrait-elle être effectivement une alternative immédiate et urgente à la « voie chinoise » ? Au parti unique bureaucratisé et fusionné avec l’Etat qui dirige la marche forcée vers la soumission au marché et le développement de grandes inégalités sociales ? Cela est possible, et vaut la peine d’être essayé parce que la « voie chinoise » amènera inévitablement, par sa dynamique propre, la transformation de Cuba en semi-colonie dépendante des investissements et des marchés des pays impérialistes.
    Cuba a-t-elle assez de main d’œuvre jeune, productive, et une production agro-alimentaire suffisante que pour éviter cette terrible « voie chinoise » ? Non, mais c’est (...)

  • Brésil : la Coupe est pleine !

    Collectif 6 juin 2014

    Le Brésil accueille la Coupe du monde de football en juillet 2014, puis les Jeunes olympiques en 2016, engloutissant des sommes colossales, alors que nombre de besoins essentiels de la population ne sont pas satisfaits. Pour les besoins du spectacle sportif, plus de 170.000 familles ont été jetées à la rue !
    La Fédération internationale de football association (FIFA) et le Comité international olympique (CIO) ne connaissent que la logique du fric. La FIFA, le CIO et les États qui les soutiennent en les abreuvant de fonds publics méprisent les populations qui vivent dans les pays où ils organisent leurs spectacles : dépenses somptueuses, déplacements autoritaires de populations et répression (...)

  • Impérialismes et Ukraine

    Vincent Présumey 31 mai 2014

    Les interprétations et commentaires dominants concernant les évènements en Ukraine se répartissent souvent en deux catégories : pour les uns « l’impérialisme » c’est « l’Occident » et il agresse « la Russie », pour les autres l’Occident est au contraire libérateur et démocratique et, dans la mesure, moindre, où ils emploient ce terme, l’impérialisme serait russe. Toute analyse sérieuse doit au contraire partir du fait qu’il y a plusieurs impérialismes, tout en se préoccupant aussi de définir ce dont elle parle. Bien entendu, à partir du moment où on ne fait pas dans l’unilinéarité, on est obligé de faire un peu plus long : c’est la rançon de la recherche du sérieux.
    Impérialisme
    « Impérialisme » a des sens (...)

  • Venezuela : « Il est encore temps de changer le cap de la conciliation avec la bourgeoise ». Entretien avec Gonzalo Gómez (Aporrea)

    Gonzalo Gómez, Maria Elena Saludas 22 mai 2014

    Au CADTM-AYNA, notre inquiétude est grande face à la distorsion des faits par les médias internationaux quant aux événements qui se déroulent au Venezuela depuis le 12 février. Des événements qui, nous en sommes conscients, sont une continuation de la conspiration que les groupes oligarchiques ont initiée en 1999 quand le commandant Hugo Chávez Frías assuma la présidence de ce pays et initia le processus révolutionnaire transitoire bolivarien. Nous sommes préoccupés et meurtris de constater qu’on essaie aujourd’hui de présenter le gouvernement légitimement élu de Nicolás Maduro comme tyrannique et répressif, en cherchant ainsi des prétextes pour un coup d’État, une sécession territoriale ou une intervention (...)

  • Cuba : la dangereuse « voie chinoise » (I)

    Guillermo Almeyra 22 mai 2014

    De l’assaut contre la caserne Moncada jusqu’à l’entrée à La Havane et l’instauration du gouvernement des « barbudos » (les barbus, NdT), la Révolution cubaine fut une révolution de la jeunesse pour la démocratie sociale, pour en finir avec le « temps mort » et garantir du pain et du travail pour tous. Elle s’est appuyée sur la mobilisation et la participation à la lutte politique, syndicale et armée de la meilleure et de la plus pauvre partie du pays.
    Cette partie de la population avait été préalablement politisée par l’expérience du radicalisme anti-impérialiste de Guiteras (leader étudiant nationaliste et révolutionnaire, assassiné en 1935, NdT). Elle était en outre traversée par lutte idéologique livrée (...)

  • Grève mondiale des travailleurs/euses de la restauration rapide

    Librered, UITA 14 mai 2014

    Le 15 mai, les travailleurs/euses des établissements de restauration rapide organisent une grève générale de 24 heures dans 150 villes des Etats-Unis et dans une trentaine d’autres pays afin d’exiger des améliorations dans leurs conditions de travail.
    Les organisateurs espèrent que les grèves vont toucher pour la première fois des villes comme Philadelphie, Miami, Orlando et Sacramento, et que de dizaines de milliers de travailleurs au total y participeront dans des villes comme St. Louis, Kansas City, Milwaukee, Oakland, Détroit, Chicago, Los Angeles et New York.
    A l’extérieur des Etats-Unis aussi la grève sera suivie dans des villes telles que Karachi, Casablanca, Londres, Sao Paulo, Dublin, (...)

  • Brésil : « l’expérience » du mondial

    Celia Alldridge 6 mai 2014

    Avec des frais s’élevant à environ 12 milliards de dollars, selon une estimation du Gouvernement brésilien, et dont une majorité sera affectée aux grands ouvrages de construction ainsi qu’à la rénovation des stades et des infrastructures, la Coupe du Monde de la FIFA exige d’importants investissements de ressources publiques.
    Tout cela fait partie de l’agenda du sport de compétition, établi à l’échelle planétaire, et qui s’intègre dans la logique d’un modèle favorisant et priorisant les « méga-événements » et leurs implications : infrastructures immenses, production de matières premières, capital transnational. Un modèle qui encourage la marchandisation et la privatisation de l’espace public, des personnes et (...)

  • Copa para quem ? — Les dessous de la Coupe du Monde

    Maryse Williquet 28 avril 2014

    Dans quelques mois, le Brésil accueillera le Mondial de football. On estime qu’environ 3 millions de touristes, dont 600 000 étrangers, assisteront à cet événement et circuleront entre les 12 villes hôtes. Des fans du monde entier qui s’attendent à vivre la plus grandiose des Coupe du Monde, au pays du football. Mais les brésiliens partagent-ils cet enthousiasme ? Dans ce pays paradoxal, à la fois émergent, en pleine croissance économique, mais qui connaît également de grandes inégalités sociales et une pauvreté extrême, la colère gronde. En juin dernier, des millions de Brésiliens hurlaient leur mécontentement et leur opposition à ce Mondial dans les rues du pays entier. Leur slogan : « Copa para quem (...)