Ressortissants afghans : La FGTB exige un arrêt immédiat des expulsions

FGTB 16 janvier 2014

Depuis le début de cette année 2014, deux ressortissants afghans ont été expulsés vers l’Afghanistan et donc renvoyés dans un pays où leur sécurité ne peut être garantie.

Lors de sa réunion du 14 janvier, le Bureau fédéral de la FGTB a décidé de s’adresser aux autorités belges pour qu’elles mettent fin immédiatement à cette situation indigne.

La FGTB réclame :

• la mise en œuvre d’un moratoire sur toutes les expulsions vers l’Afghanistan en raison de la situation sécuritaire sur place ;
• l’octroi aux ressortissants afghans d’un titre de séjour provisoire en attendant le réexamen correct de leur dossier.

Ces 4 et 14 janvier, Fahim Safi et Surat Khan Nawabzai, deux jeunes ressortissants afghans ont été expulsés vers l’Afghanistan. Dans chacun des cas, la procédure de réexamen de leur dossier leur a été refusé.

Ces expulsions sommaires ont eu lieu malgré l’engagement pris le 24 décembre dernier par le Premier Ministre et la Secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration d’assurer à tout ressortissant afghan le droit à un réexamen rigoureux de son dossier de demande d’asile. Ils ont invité les Afghans à réintroduire individuellement de nouvelles demandes d’asile et d’y joindre de nouveaux éléments concernant notamment l’évolution de la situation dans leur pays d’origine - en proie à des violences depuis des décennies.

Selon le cabinet de la secrétaire d’Etat, chaque nouvelle demande d’asile introduite par les Afghans, sera examinée en première instance par le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) de manière individuelle et avec la plus grande rigueur. Ces expulsions sont indignes d’un état de droit comme la Belgique car elles ont comme conséquences de renvoyer ces personnes vers un pays soumis à des conflits depuis plus de 30 ans et où leur sécurité est mise en danger.

En atteste d’ailleurs l’assassinat, il y a quelques mois, du jeune Aref Akhanzada. Après avoir été plusieurs fois débouté dans ses demandes d’asile, Aref avait finalement décidé de rejoindre l’Afghanistan, ce qui lui a été fatal !

Et le renvoi, en octobre dernier de Navid Sharifi reste, lui aussi,injustifiable. Ce jeune homme est pourtant l’exemple d’une intégration parfaitement réussie (vie sociale, langue, formation, travail). Comment dès lors justifier son expulsion vers l’Afghanistan, pays qui est pour lui un terrain inconnu où il n’y a plus de famille pour le prendre en charge ni perspective d’avenir ?

Pour la FGTB, comme pour beaucoup d’autres organisations démocratiques, ces expulsions sont contraires aux conventions internationales et aux droits de l’homme. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) met d’ailleurs en avant le fait que l’Afghanistan est un pays dont la situation sécuritaire reste préoccupante. Malgré le discours rassurant du Commissariat Général aux Réfugiés et aux Apatrides (CGRA)qui invoque la situation stable de certaines régions, la situation des populations civiles reste dangereuse partout dans le pays en raison notamment de la volatilité des conflits. Le retrait des troupes internationales, prévu d’ici un an, risque d’ailleurs d’avoir de graves répercussions et d’aggraver encore de la situation.

Dans ces circonstances, il est inhumain et intolérable de mettre en danger la vie de ceux qui ont fui cette insécurité.

Il n’est pas acceptable qu’un état de droit comme le nôtre poursuive sa politique actuelle et confine des hommes dans des centres fermés avant de les renvoyer de force vers Kaboul. Au contraire, la Belgique se doit d’offrir des conditions de vie dignes à des familles qui, si elles ne sont actuellement pas expulsées,sont forcées de vivre depuis des mois dans des conditions humaines et sanitaires indignes dans l’église du Béguinage !

La FGTB est solidaire avec les ressortissant safghans qui tentent de faire entendre leurs droits à la sécurité et à la protection depuis des mois dans le cadre d’actions dignes et pacifiques.

La FGTB insiste pour que les autorités belges agissent rapidement dans ce dossier d’une manière qui soit respectueuse des droits de l’homme en garantissant :

• la mise en œuvre d’un moratoire sur toutes les expulsions vers l’Afghanistan en raison de la situation sécuritaire sur place ;
• l’octroi aux ressortissants afghans d’un titre de séjour provisoire en attendant le réexamen correct de leur dossier.

Motion du Bureau fédéral de la FGTB
http://www.fgtb.be/web/guest/news-fr/-/article/2020666/;jsessionid=RIIOilZMz3uMVtUgIuzkmuB&p_l_id=10624