Le mot d’excuse de Manon

Thomas Gunzig 5 novembre 2013

Le « Café serré » de Thomas Gunzig de ce mardi 5 novembre sur la Première radio…

Bonjour Georges, bonjour tout le monde,

Alors, hier soir, j’ai eu un peu la flemme et je n’ai pas écrit mon billet pour aujourd’hui. Ah, non. Mais du coup, comme je suis bien obligé de meubler les 4 minutes qui viennent, j’ai choisi de vous lire ce petit mot d’excuse qu’une maman a écrit à l’institutrice de sa fille qui a raté l’école hier. Je ne sais pas du tout comment ce mot s’est retrouvé chez moi. Le facteur s’est sans doute trompé. Toujours est-il que je vais vous le lire. Vous allez voir, c’est mignon comme tout. Ça va mettre un peu de soleil dans le cœur de nos auditeurs et -trice.

Ça commence comme ça :

« Chère Madame Pannecoucke [Pannecoucke, c’est le nom de l’institutrice],

Je vous prie de bien vouloir excuser l’absence de Manon [Manon, c’est un nom d’emprunt pour protéger mes sources, hein] hier à l’école et puis aujourd’hui et sans doute jusqu’à nouvel ordre.

Manon est d’ailleurs très embêtée parce que ce week-end, elle s’était bien appliquée à travailler sur le devoir sur les Droits de l’Homme et les Droits de l’Enfant que vous aviez demandé. Elle a d’ailleurs fait un joli dessin avec des poneys sur un arc-en-ciel et elle vous le donnera si du moins elle vous revoit un jour.

Enfin, bref. Si Manon n’a pas pu venir, ce n’est pas parce qu’elle était malade. Quoique elle avait beaucoup de raisons d’être malade vu que là où on habitait depuis 5 ans, il y avait beaucoup de courants d’air.

Non, en fait, Manon n’a pas pu venir parce que, à l’heure où elle prend d’habitude son Cécémel, il y a eu 200 agents de police qui ont cassé la porte et qui lui ont passé les menottes. Et puis qui l’ont mise dans une camionnette en direction du vélod… pardon, du stade pour être triée.

Attention, Madame Pannecoucke, moi j’ai rien contre la police. Et Manon non plus n’a rien contre la police. D’ailleurs, même si ce n’est pas de son âge, elle aime beaucoup les Experts Miami. Et quand elle sera grande, elle dit souvent qu’elle voudrait défendre la veuve et l’orphelin parce que d’habitude, c’est ça qu’on demande de faire à la police.

D’ailleurs, hier, elle aurait bien aidé la police. Car elle savait bien que le voisin du 3e avait volé les radiateurs et que celui du palier avait vendu du cannabis. Cela dit, Manon s’est juste demandée pourquoi il fallait arrêter tous les voisins du voleur et du dealer. D’autant que les voisins n’avaient rien à faire du tout et que le Monsieur qui nous prêtait l’appartement était d’accord pour qu’on y reste.

Ce matin, Manon qui est bien courageuse a bien essayé de demander à Monsieur Kir. Mais on lui a dit que Monsieur Kir n’était pas là. À 6 heures du matin, il dort encore comme les gens honnêtes. Pas comme les Roms, les journalistes et les chroniqueurs bobos bien pensants politiquement corrects à la solde du PS qui ne comprennent pas que — je cite Monsieur Kir — “On ne peut pas permettre l’anarchie.”. Ah oui, Manon a d’ailleurs relevé cet amusant paradoxe voulant que Monsieur Kir soit lui-même socialiste. Je lui ai dit que l’humain était comme ça, plein de contradictions et que c’était ça qui était beau.

Et puis, Manon m’a aussi demandé le rapport entre une famille dans son appartement pas confortable et l’anarchie. Et là, comme je n’ai pas pu lui répondre, peut-être que vous pourrez la mettre sur la piste. Déjà merci beaucoup Madame Pannecoucke.

Bon, là, on a entendu dire qu’elle serait peut-être relogée. Mais je ne sais pas trop quand. D’autant qu’il n’y a plus trop de places dans les logements du CPAS parce que il y en a déjà beaucoup qui sont occupés par la direction du Samu social et que ça c’est normal parce que, comme on dit, “Charité bien ordonnée commence par soi-même.”. Bon, on a bien essayé aussi d’écrire au directeur du CPAS. Mais il est très occupé parce qu’il va devenir bourgmestre à la place du bourgmestre sans élection comme dans l’ancien temps. Et ça, c’est comme quand on a un devoir sur les Droits de l’Homme et les Droits de l’Enfant à remettre, ça prend beaucoup de temps à préparer.

Voilà. Là-dessus, je vous souhaite une bonne journée.

La maman de Manon »

À demain.