La condamnation de Barbara Van Dyck est une honte pour un Etat de droit

Lieven De Cauter 20 février 2013

Suite à la condamnation extrêmement sévère de Barbara Van Dyck, Lieven De Cauter appelle à protester. Dans cette Carte blanche postée sur le site DeWereldMorgen.be, De Cauter défend à nouveau l’activisme comme contribution à la démocratie. « Une action est toujours un procédé qui constitue, quelque part, une infraction, dit-il. Chaque fois, elle frôle les frontières de ce qui est autorisé, quand elle prend la forme de la désobéissance civile ou de la résistance ».

C’est une honte. Je vous le dis : c’est vraiment une honte ! La bio- ingénieure Barbara Van Dyck est condamnée à six mois de pri- son ferme pour avoir défendu dans les médias l’action « Pommes de terre » à Wetteren. Oui, vous lisez bien. Elle n’a donc pas posé d’actes, n’a pas déterré de pommes de terre, encore moins commis d’agissements violents. Elle a simplement émis une opinion : elle a défendu l’action et a annoncé de nouvelles actions. Six mois fermes ? Pour une opinion. Cela n’est simplement pas possible. Jouer le porte-parole d’un réseau d’organisations qui défend le bien-être et l’intérêt général, n’est pas un crime.

Et sûrement pas quelque chose qui mérite six mois fermes. Vit-on encore dans un Etat de droit ?

Moi aussi

Eh bien, je défends moi aussi cette action et énergiquement, et aussi dans les médias (de manière répétée), donc la juge doit accepter ma candidature de « comparant volontaire » et celle de la philosophe réputée Isabelle Stengers et de nonante autres. J’exige le droit de défendre cette action. Et oui, pour cela je veux bien un casier judiciaire. « Bienheureux ceux qui sont poursuivis du fait de la justice… » (comme je l’ai déjà écrit dans ma Petite théologie du militantisme suite à son licenciement de la KULeuven). Car il s’agit bien de justice : pour la précaution écologique et les droits sociaux. C’était une action contre la privatisation des semences par des entreprises internationales, une action qui avait pour but d’éveiller l’opinion publique, de l’alarmer sur la sous-estimation des risques pour le milieu.

Maintenant la bonne nouvelle : l’action a déjà eu de l’effet. Toute le Flandre sait à présent qu’il y a des champs de pommes de terre et sait que la modification génétique de plantes par des spécialistes –Barbara, comme je l’ai dit est bio-ingénieure– est considérée comme extrêmement problématique. Mais il y a plus : BASF, le géant chimique (qui était impliqué par le champ d’essai) a décidé d’interrompre ses projets concernant la prise de brevets sur les pommes de terre génétiquement modifiées. Cette décision fait suite à sa désignation explicite lors de la protestation de Wetteren et par un manque évident d’appui social. Ergo : l’activisme rapporte ! Le prononcé du jugement à Termonde constitue néanmoins un précédent extrêmement dangereux. Il est typique que la N-VA ait trouvé nécessaire de se placer immédiatement derrière le jugement. C’est tout de même hautement inhabituel. Et un peu sinistre. Soit : ce parti nous y a déjà habitués. Où sont les Verts ? Ici, il est urgent qu’on réagisse.

Le licenciement de Barbara Van Dyck de la KUL n’y aura pas non plus fait du bien : la juge a évidemment ainsi reçu du recteur un billet de libre condamnation. D’avance, le signal était déjà clair pour la juge : Barbetje devait sauter. Et la juge a fait son travail. Elle a condamné Barbara parce qu’elle était devenue une sorte de symbole. Il ne peut en être autrement, parce que les faits n’autorisent pas une sentence aussi extrême. Pas non plus par défaut. Le recteur doit avoir maintenant du regret de son comportement étourdi à cause de ce licenciement précipité. J’ose l’espérer. Moi, cela m’empêcherait de dormir, honoré recteur. Je n’aimerais pas beaucoup me trouver à votre place maintenant. Et cela je le dis sans joie maligne, mais plutôt par collégialité, même avec une certaine pitié.

B. Kimyongür

Quand Bahar Kimyongür avait été condamné comme terroriste, il avait fallu cinq procès pour forcer l’acquittement. Le militantisme de la Plateforme pour la libre expression et son correspondant francophone, le CLEA, n’y sont pas pour rien. Je vous le dis : le militantisme rapporte ! Donc les jeunes et tous les personnes de bonne volonté doivent faire entendre leur voix. Ceci n’est pas possible, vraiment pas.

L’affaire est trop importante. Il ne s’agit pas seulement des conséquences écologi ques possibles de plantes modifiées mais aussi de la privatisation du bien commun de l’humanité, des semences par des multinationales. Cela, on ne peut pas le laisser arriver. Nous ne pouvons surtout pas tolérer la criminalisation de l’activisme, pas dans un Etat de droit. Il y a un droit à la libre expression et il y a un droit au militantisme. C’est une contribution importante au débat de la société et donc pour la démocratie. L’argument de la juge, selon lequel y a d’autres méthodes pour lancer ce débat, signifie de facto la restriction du droit à l‘activisme, parce qu’en se limitant à écrire des idées, on ne déclenche pas de vrais débats. Cela, le soussigné ne le sait que trop bien. C’est par l’action, comme la grève ou l’occupation d’une place (pensez aux pique-niques dans les rues), qu’on peut faire changer les choses. Une action est toujours un procédé qui est quelque part une infraction, ou qui frôle les frontières de ce qui est autorisé, par une forme de désobéissance civile ou de résistance. Sinon, ce n’est pas une action. Et c’est par cette action, et par cette action seulement, que maintenant tout le monde en Flandre a connaissance du champ de pommes de terre de Wetteren. Autrement, cela n’aurait jamais percé. Maintenant cela fait la une des journaux.

Espoir

Mais il y a de l’espoir : dans un nouveau procès il est impossible que le juge puisse suivre la première sentence. D’ailleurs, les droits de la défense ont été violés en n’autorisant aucun témoin ni des images vidéo et en ne désignant pas un juge d’instruction qui apporte des arguments à décharge. Mais le plus grave est l’accusation elle-même. Appliquer l’accusation de formation de bande au militantisme est une forme extrêmement inquiétante d’abus de la loi. Rien moins que cela. Car la loi sur la formation de bande est très claire : il s’agit de crimes, pas de militantisme. Le militantisme est exclu par la lettre de la loi, sans parler de l’esprit de la loi.

Quand Greenpeace a été poursuivi par Electrabel pour la même plainte –formation de bande– cela a fait long feu. Parce que l’entreprise s’est rendu compte qu’elle souffrirait d’une perte d’image. Donc, l’opinion publique est dans ce cas, d’une importance primordiale. C’est pourquoi j’appelle chacune et chacun à exprimer son horreur au sujet de ce jugement. Des témoignages publics de soutien pour Barbara et ses compagnons sont bien sûr aussi les bienvenus. Regardez-la (une belle photo dans le Standard) !

Nom de Dieu, ce n’est pas une criminelle ! On le voit dans tout son être : c’est une vraie idéaliste qui, avec le Field Liberation Front, nous a tous secoués pour qu’on se réveille. Je l‘ai déjà écrit avant : elle mérite une statue. Elle est… la Jeanne d’Arc de l’éco-militantisme en Flandre ! Oui, elle est tout cela. On peut bien se mettre à rassembler des fonds, pas pour sa statue (elle devra encore attendre) mais pour aider à payer les dommages et intérêts astronomiques et les coûts de justice qui s’accumulent. Belges, conscients de l’environnement, plongez dans votre porte-monnaie, mais surtout : faites entendre votre voix ! Réveillez-vous, jeunesse de Flandre ! Avant que les multinationales n’aient privatisé vos petites frites et étouffé toute action sociale !

Lieven De CAUTER est philosophe de la culture, écrivain et militant

POUR TOUTES MARQUES DE SOLIDARITÉ : https://nl-nl.facebook.com/VlaanderenGgoVrij