Grande-Bretagne : Progresser vers l’unité des révolutionnaires

SR, ACI, ISN 5 août 2013

Des discussions ont eu lieu récemment entre trois organisations anglaises ; International Socialist Network, Anticapitalist Initiative, et Socialist Resistance [1]. La rencontre entre les délégations de ces trois organisations portait sur la question la réalisation d’un courant révolutionnaire unifié. [2]

Les délégués des Socialist Resistance, Anticapitalist Initiative et International Socialist Network se sont rencontrés le samedi 7 juillet pour débattre des pas à franchir pour progresser vers la création d’un courant hétérodoxe, unifié et pluriel de la gauche révolutionnaire en Grande Bretagne.

L’origine de ces discussions est la récente scission du SWP qui a donné naissance au groupe International Socialist Neetwork, et qui a également inspiré des débats dans toute la gauche anglaise et internationale sur la nécessité de rompre avec la conception monolithique et « par en haut » des organisations révolutionnaires, conception qui a prouvé sa nuisance au cours de ces dernières années. Les délégations se sont mises d’accord sur l’objectif de construire une gauche radicale, ouverte et démocratique, qui encourage la libre pensée et sur le fait que ce processus ne peut être assurée que par en bas et pourrait donner naissance à une nouvelle génération militante.

Partout où c’était nécessaire, les délégués ont essayé de clarifier les termes du débat entre leur propre organisation et les autres. C’était important pour encourager une culture d’ouverture et d’honnêteté dans les discussions.Les groupes participants ont également confirmé qu’ils n’étaient, et ne voulaient pas être, monolithiques dans leur approche des politiques révolutionnaires et que même au sein de leurs propres groupes ils essayaient de pratiquer le pluralisme.

La discussion s’est initialement concentrée sur un document rédigé par Simon Hardy et Luke Cooper (ACI) ; « Quelle organisation radicale ? » . Les débats étaient largement ouverts, mais se concentraient également sur la question de la construction de partis de gauche, de syndicats, de mouvements sociaux militants, et d’organisations démocratiques.

Alan Thornett (SR) a rédigé une réponse à ce premier document où il qui pointe la différence entre un projet de parti large et un courant marxiste révolutionnaire. Il y développe également des différences sur la façon dont la question de la démocratie dans les organisations a été traitée dans le document.

Deux débats ont eu lieu entre les délégués sur la question de l’unité révolutionnaire et il en ressort un accord sur la nécessité d’ouvrir le débat à nos réseaux et aux membres. De même, une date a été fixée en octobre pour une rencontre nationale conjointe.

Des discussions utiles ont également eu lieu sur la question des collaborations dans leurs aspects pratiques ; l’idée a été évoquée de réaliser une publication de 12 pages pour y développer une perspective commune pour les étudiants et les jeunes travailleurs au cours de l’automne, mais aussi de travailler ensemble pour que l’initiative Left Unity (l’Unité de la Gauche) [3] soit un succès et pour développer une rencontre BME (Black and Minority Ethnic) .

Source : http://www.internationalviewpoint.org/spip.php?article3048
Traduction française pour Avanti4.be : Sylvia Nerina

Notes d’Avanti :


[1International Socialist Network (ISN) est né à la suite d’une scission au sein du Socialist Workers Party à la suite de la grave crise interne de ce parti sur les questions démocratiques et féministes (voir notre dossier). Anticapitalist Initiative (ACI) a été créée par l’ex organisation de jeunes de Workers’ Power. Socialist Resistance est la section britannique de la IVe Internationale.

[2Voir notre dossier

[3Idem