Dorénavant, vous ne devrez plus payer d’impôt

Thomas Gunzig 8 mai 2013

Le « Café serré » de Thomas Gunzig de ce mercredi 8 mai sur la Première radio…

Bonjour Georges, bonjour tout le monde, bonjour Monsieur Wathelet,

Ce matin, c’est les bras chargés de bonnes nouvelles que je viens à vous.

Mais d’abord quelques questions. Alors peut-être que, comme moi, certains matins, lorsque votre réveil sonne, vous n’avez pas du tout envie de vous lever. Et quand finalement vous vous êtes levés, vous avez alors l’impression que sur vos maigres épaules, la vie pèse trop lourd. Oui, peut-être que comme moi, lorsque vous êtes sous la douche — oui, Georges, je me lave — et que lorsque dans votre tête vous passez en revue le planning de la journée, vous avez l’impression que vous n’y arriverez pas. Si parfois, comme moi, sur le chemin du travail, vous avez la folle envie de ne pas vous arrêter pour continuer jusqu’au Pacifique Sud mais que vous ne le faites pas parce que vous avez des factures à payer. Et puis si au travail, soudain, dans un flash de lucidité, vous vous rendez compte que vous n’êtes pas du tout, mais alors pas du tout, le genre de Julie Taton. Et puis si, comme moi, parfois le soir, lorsque vous éteignez votre télévision, vous avez l’impression d’avoir du Polyfilla collé entre les hémisphères cérébraux. Et que parfois une fois endormi, vous rêvez que vous volez mais que sans cesse dans votre rêve vous retombez et que ça fait mal.

Alors, mon cher Georges, Monsieur Wathelet, chers amis, le diagnostic est simple. Vous le voulez ? Eh bien, si ça vous arrive, c’est que vous êtes malheureux. Oui, je sais c’est triste.

Mais comme je vous l’ai dit, ce matin, bonne nouvelle, tout ça c’est fini. Terminé. C’est de l’histoire ancienne. C’est fini parce que la vie, la vie, mon cher Georges, Monsieur Wathelet et chers amis, la vie va changer, devenir une super grande fête permanente avec des confettis qui tombent dans tous les sens, des charters de pom-pom girls en jupette accourant sur le tarmac de votre jet privé pour vous accueillir en chantant Louwerijs, Louwerijs ou bien Gunzig, Gunzig, Gunzig ou bien Wathelet, Wathelet. À partir d’aujourd’hui, les amis, the sky is the limit.

Et vous savez pourquoi ? Eh bien, tout simplement parce que vous allez avoir plus d’argent. Et ne me dites pas que l’argent ne fait pas le bonheur. Comme le dirait un ami « Il vaut mieux pleurer dans sa Rolls qu’au bord du trottoir ». Et pour avoir beaucoup pleuré au bord d’un trottoir, franchement, l’idée d’essayer la Rolls suffit à me rendre heureux. Vous allez donc devenir riche ou en tout cas moins pauvre.

Eh bien, vous savez pourquoi ? Eh bien, car vous ne devrez plus, dorénavant, payer d’impôt. Non, plus d’impôt. Plus un euro, plus un balle, plus un kopek, nada, schnoll, plus rien. Et d’ailleurs, je m’étonne que la nouvelle n’ait pas fait plus de bruit parce que ça, c’est quand même une chouette nouvelle. Plus d’impôt pour personne. Ou alors un tout petit, entre 5% et 8% de temps en temps, quand on viendra vous le demander. Et encore, c’est pas certain qu’on vienne.

Alors, les premiers à avoir bénéficié de cette formidable mesure, c’est la société Global Diamonds d’Anvers qui n’a pas payé d’impôt sur un profit de deux à trois milliards d’euros. Avec qui on a donc été assez sévère et qui s’est pris le maximum : 8%. Elle a donc du payer 160 millions la Global Diamonds. 160 millions sur deux milliards ou trois. Ça fait donc 8%.

8%, si vous en gagnez par exemple 100, ça fait 92 euros de net. Et ça, c’est quand même génial. Plus d’impôt donc, avec beaucoup d’intelligence. Et je félicite le gouvernement pour cette décision. La Belgique s’aligne sur la politique fiscale saoudienne.

Bon, cela dit, vu qu’il n’y a pas trop de pétrole sous le sol belge et que le coût du baril d’argile ou de schiste reste bizarrement assez bas, je ne sais pas trop comment on va faire pour payer tout ces trucs habituels : les pensions des petits vieux, les médicaments, l’enrobé drainant de la E40 et le jardinier de la villa Clémentine. Mais bon, j’imagine qu’ils ne sont pas idiots et que tout a été bien pensé. Donc on se relaxe et ce matin c’est champagne pour tout le monde.

À mardi prochain.