Déclarations d’Alexis Tsipras (Syriza) et d’Antarsya face au hold-up de l’UE à Chypre

Alexis Tsipras, Antarsya 21 mars 2013

Il est totalement évident maintenant que les leaders de l’UE suivent une voie qui va ouvertement à l’encontre des peuples européens. La stratégie du gouvernement allemand, avec la bénédiction du capital financier spéculatif en Europe, est une stratégie de colonisation de tout le sud de l’Europe, en particulier de la Grèce et de Chypre.

Un instrument clé pour la mise en œuvre de cette stratégie est l’extorsion basée sur la dette, la même dette qui dévaste le sud du continent avec les politiques néolibérales d’austérité. Même si la dette n’aurait pas existé, ils l’auraient inventée dans le but de servir leurs objectifs. La décision de l’Euro Groupe de vendredi dernier met en péril la stabilité du système financier de toute la zone euro. Il s’agit d’une bombe placé dans les bases de la stabilité non seulement du système bancaire à Chypre, mais aussi dans toute l’Europe. Cette décision doit être annulée avant qu’elle ne provoque des dégâts irréversibles.

Le gouvernement grec, avec les déclarations des porte-paroles de Stournaras et Samaras, a apporté son soutien à ces décisions inacceptables. Le gouvernement grec n’a pas hésité à accepter la proposition de coupe dans les dépôts des citoyens chypriotes, créant ainsi un précédent inacceptable pour les pays en risque dans la zone euro. Avec cette décision, le gouvernement grec prend une responsabilité historique, sans même offrir la moindre information au peuple et au Parlement grec. Hier, j’ai demandé par lettre au président du Parlement une session urgente de l’assemblée nationale afin que l’on nous informe sur la position prise par le gouvernement grec vendredi dernier à la réunion de l’Euro Groupe. Malheureusement, cette demande a été refusée avec de fausses excuses.

Mais la question demeure. Le gouvernement grec n’a pas le droit de soutenir, sans l’approbation du Parlement, une décision qui dissous de facto le système financier chypriote et pose d’énormes risques au système financier grec. Je lance un appel urgent au Premier ministre pour qu’il convoque une session extraordinaire du Parlement. Il a non seulement le droit de le faire, mais c’est aussi son devoir.

Selon nos estimations, l’objectif ultime de la décision politique de l’Euro Groupe n’est pas le sauvetage de l’économie chypriote, mais bien d’imposer un régime de domination économique absolue sur Chypre, qui est une région géopolitique ayant une valeur particulière. Il semble évident que l’objectif consiste à garantir de manière anticipée l’accès aux ressources énergétiques du pays, y compris les hydrocarbures. Et le gouvernement grec a une grande responsabilité dans le fait que la décision a été acceptée dans l’Euro Groupe. Le Premier ministre grec a enchaîné le pays au char du mémorandum de madame Merkel, en ruinant tous les avantages obtenus dans les négociations qui ont suivies les élections grecques et en rompant toutes promesses faites de renégociation. Et maintenant, il accepte et se fait même le complice de la nouvelle colonisation de la république chypriote. Il ignore une fois de plus et dévalue la nécessaire politique étrangère multidimensionnelle et le rôle que doivent jouer l’intervention des organisations populaires et la population dans l’évolution de la Grèce et de Chypre.

Mais il existe des limites à la tolérance et à la patience des gens. Nous demandons au gouvernement, même si c’est de manière rétrospective, de ne pas valider la décision qui signifie la colonisation de Chypre et la dissolution de son économie. Et nous appelons à un sommet extraordinaire de l’UE afin d’indiquer clairement que la partie grecque n’accepte pas cette option.

La décision du Parlement chypriote ne détermine pas seulement l’avenir de Chypre, mais aussi, probablement, celui de la zone euro toute entière. Le NON fier adressé par le Parlement chypriote aux plans de dissolution du pays est, en même temps, le NON de tous les peuples européens adressé à la voie sans issue autodestructrice pour l’Europe. Il démontre en même temps que, même dans les moments les plus difficiles, il y a de l’espace pour la résistance et la négociation.

Ceux qui pensent que l’on peut exercer constamment un chantage et jouer avec le feu doivent maintenant considérer leurs responsabilités. Et surtout se rendre compte que, mis à part les gouvernements qu’ils contrôlent, comme le grec et les gouvernements pro-mémorandums, il y a des gens qui ne vont pas se rendre sans lutter. Les peuples d’Europe n’ont pas encore dit leur dernier mot. Les peuples grec et chypriote doivent commencer une contre-attaque totale des peuples d’Europe contre les plans destructeurs des leaders de l’UE, en ouvrant ainsi la voie à la construction d’une autre Europe, l’Europe de la solidarité, de la démocratie et de la cohésion sociale.

Alexis Tsipras
Source : http://www.anticapitalistas.org/spip.php?article28197

Face au hold-up à Chypre : Mouvement populaire et sortie de l’UE !

Antarsya

Le vol maffieux des dépôts des citoyens chypriotes démontre que les bandits de l’Union européenne n’ont absolument aucune limite à l’heure de se mettre au service des intérêts des banquiers. Après avoir dévalisé en les détruisant la Grèce, l’Espagne et le Portugal à coups de mémorandums, ils poursuivent leur itinéraire meurtrier à Chypre en pillant les dépôts bancaires avant de spolier ses richesses naturelles et les gisements énergétiques, en coupant dans les salaires et les pensions.

L’UE et les mécanismes impérialistes en général n’auraient pas pu obtenir de tels succès avec le peuple de Chypre et l’indépendance de l’île s’ils ne s’étaient pas appuyés sur une alliance, basée sur des intérêts communs, avec le capital chypriote.

Le président de droite Anastasiadis est pénalement responsable, lui qui a accepté le vol et ces mesures brutales sans condition, ainsi que ses complices politiques DISY et DIKO, et ceux qui ont soutenu la voie qui à mené à ces résultats (EDEK, extrême droite).

Le précédent président, Christofias, et son parti, AKEL (eurocommuniste) sont également complices car ils ont accepté le mémorandum de la Troïka dans une trahison historique envers les conquêtes, les luttes et l’avenir du monde du travail.

La situation à Chypre démontre les conséquences tragiques qui découlent de l’adaptation que signifie pour un gouvernement de gauche le maintien au sein de l’UE où les banques et le patronat sont les maîtres.

La fraude politique certifie l’égalité et la solidarité des Etats membres de l’UE, mais aussi les possibilités de négociation qu’elles offrent au sein de cette communauté de prédateurs.

Des mesures similaires à celle prises à Chypre sont préparées par le gouvernement grec de Samaras-Benizelos-Kouvelis. Ces mesures sont destinées à spolier avec des taxes et des impôts le peu d’argent qu’il reste au peuple et qu’il avait mis de côté en cas de nécessité tandis que les entreprises profitent de cette politique au nom du prétendu « développement ».

Seul le soulèvement populaire peut jeter à la poubelle tous ces assassins de leurs peuples, toute cette oligarchie économique et politique locale et internationale sans scrupule. Les travailleurs de Chypre ont encore la possibilité de les jeter par-dessus bord avant qu’ils ne s’assoient sur leurs nuques comme en Grèce avec le chantage de la « banqueroute » et de la « destruction ».

Il existe un espoir : celui d’un mouvement populaire de révolte, organisé et basé sur le mouvement ouvrier. L’initiative et le soutien à cet espoir est la seule voie pour les forces de gauche qui continuent à combattre pour la libération sociale et non pour la gestion de la barbarie capitaliste.

Nous pouvons, chaque peuple dans son pays, renverser cette politique et chercher ensemble des voies qui maintiennent la société debout, qui garantissent à la classe travailleuse une vie digne sans les mémorandums, l’euro et l’UE et dans l’intérêt de la majorité sociale.

Antarsya et les travailleurs grecs sont avec le peuple frère chypriote !

http://www.antarsya.gr/node/1136

Traductions françaises réalisées pour Avanti4.be à partir des traductions en espagnol de Tomás Martínez pour Izquierda Anticapitalista :
http://www.anticapitalistas.org/spip.php?article28192