France : L’islamophobie tue dans un silence assourdissant

Féministes pour l’Egalité, Omar Slaouti, UJFP 22 juin 2013

Entretien. Omar Slaouti est militant du Collectif local contre les violences policières « Ali Ziri ». Avec lui, nous revenons sur les agressions qui ont eu lieu récemment dans la ville.

Peux-tu décrire les agressions racistes et islamophobes qui se sont déroulées récemment à Argenteuil ?

L’atmosphère est nauséabonde, et on a le sentiment qu’Argenteuil est devenu un laboratoire, un terrain d’expérimentation pour des nazillons et des flics zélés. Le 13 juin, Mme Leila O., se fait arracher les vêtements et une mèche de cheveux après avoir été traînée sur 50 mètres ; elle reçoit des coups de pied dans le ventre après avoir dit aux deux skinheads qui l’agressent qu’elle est enceinte (de quatre mois), elle en perdra son bébé.

Le 20 mai, Mme Rabia, traitée de « sale arabe, sale musulmane  », se fait arracher son foulard, et reçoit plusieurs coups ; quelques mois plus tôt, Mme Nadia a subi le même sort, à coups de cutter cette fois-là.

Le 11 juin, ce sont des képis qui ont contrôlé sans ménagement une femme qui portait un niqab, alors même qu’elle se pliait à leurs injonctions. Elle a fini au poste, et avec elle, un jeune témoin de la scène passé à tabac.

Et à chaque fois, on a une procédure qui traîne et au bout, à l’image des violences policières, l’impunité, comme pour 95 % des agressions islamophobes.

Des signes avant-coureurs pouvaient-ils laisser prévoir de telles violences ?

Le contexte, c’est la rencontre d’une droite décomplexée avec l’expérience de la rue contre le mariage pour tous, et d’une gauche institutionnelle avec l’expérience de la gestion libérale et des reculs sur l’égalité des droits. Frigide Barjot est même venue manifester dans les rues d’Argenteuil, de la dalle jusqu’à quelques mètres du siège national de Civitas.

Dans le même temps, la chasse aux Roms et aux sans-papiers se poursuit, et l’index reste toujours pointé sur les quartiers, les Arabes, les Noirs et les Musulmans. Le résultat fait beaucoup plus mal que le score électoral du FN à Villeneuve-sur-Lot : une partie de la population est déshumanisée, les coups portés sont banalisés et même légitimés.

Comment s’organise la riposte ?

À Argenteuil, la riposte ne s’est pas fait attendre et dès vendredi 14 juin, ce sont plus d’un millier de personnes qui se sont retrouvées devant l’hôtel de ville pour réclamer justice et transparence, en demandant par exemple que soient mis à la disposition des femmes victimes et de leur avocat les enregistrements des caméras de vidéosurveillance.

La riposte, c’est aussi comprendre que les politiques au service des 1 % les plus riches et le racisme institutionnel se répondent, mais ne se réduisent pas l’un à l’autre. Dès lors, il nous faut tenir tous les fronts, impulser des dynamiques unitaires qui ne lâchent rien sur l’égalité des droits. Dénoncer le détournement de la laïcité et du féminisme à des fins racistes et islamophobes en particulier. Clément était des nôtres au rassemblement « Mamans toutes égales ».

Pour nous à Argenteuil, chacune des agressions islamophobes, la mort de ce bébé et l’assassinat de Clément se font écho et exigent un tournant radical. Le 23 juin, nous serons dans la rue pour porter le deuil, mais aussi pour exiger la justice.

Propos recueillis par Robert Pelletier
Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 200 (20/06/13)
Source : http://www.npa2009.org/node/37814

Argenteuil : c’est où ?

Une question que nous sommes légitimement en droit de poser publiquement aux plus hautes autorités de l’État, aux représentants des principaux partis politiques, aux représentants des associations des droits de l’Homme s’affirmant antiracistes, aux grands médias, si prompts - dès qu’un acte antisémite réel ou supposé est commis en France - à venir nous dire leur indignation et nous exprimer l’affection qu’ils ont à notre égard comme citoyens juifs français.

Ce serait touchant si ce n’était pas suspect et surtout, en réalité, indécent.

Argenteuil donc, où depuis des semaines des actes intolérables, islamophobes, d’une rare violence, sont perpétrés dans la plus totale indifférence, où une jeune femme enceinte vient de perdre l’enfant qu’elle portait à la suite d’une agression proprement ignoble, le silence des plus hautes autorités de l’État, des représentants des partis politiques et des associations de défense des droits de l’Homme, antiracistes, révèle – si cela était encore nécessaire – le deux poids deux mesures suivant que l’on soit citoyen français d’origine juive ou d’origine musulmane.

Au début du mois de juin, le président de la République – François Hollande – s’exprimant devant le Congrès des communautés juives de France, affirmait : «  [...] notre lutte implacable contre l’antisémitisme, car l’antisémitisme n’a pas reculé après la tragédie de Toulouse. Hélas, il a même progressé, les violences se sont multipliées. [...] Je l’ai dit : il y a encore trop d’agressions, trop de violence, trop de messages antisémites. La République doit être à vos côtés pour vous protéger, pour protéger vos écoles, vos lieux de culte, vos établissements culturels. […] Protéger, c’est aussi lutter par tous les moyens, je l’ai dit, contre le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme ».

Que sont ces propos sinon indécents quand le même se tait, n’a pas un mot pour condamner les actes intolérables commis à Argenteuil ? Qu’est-ce que cette République qui malmène sa géographie en connaissant Toulouse et en ignorant Argenteuil ? Qui aime ses juifs et qui soyons clairs, méprise ses musulmans. Qui prétend combattre fermement l’antisémitisme et le racisme tout en entretenant un discours d’ Etat délétère, islamophobe et xénophobe ?

Tragiques représentants de l’État, représentants des partis politiques et autres, aujourd’hui muets, indifférents plus exactement, au prétexte que les victimes de ces actes criminels sont musulmanes, lls révèlent aux yeux de tous l’inconséquence de leurs discours sur le racisme, refusant de nommer et de condamner l’islamophobie comme étant le fléau principal qui ronge notre société.

L’UJFP tient à exprimer son indignation devant un tel silence, un tel mépris ouvertement affiché à l’encontre de nos concitoyens musulmans, un tel mépris des lois de la République si scandaleusement bafouées, si inégalement affirmées selon que l’on soit juif ou musulman.

L’UJFP condamne fermement ce climat délétère et tient à exprimer son entière solidarité aux victimes de ces actes odieux, elle se joint à l’appel au rassemblement prévu ce samedi à 15 H devant la sous-préfecture d’Argenteuil.

Il n’y a pire crime que le crime du silence !

Le bureau national de l’UJFP le 21 juin 2013
Source : http://www.ujfp.org/spip.php?article2790

Les Féministes pour l’égalité dénoncent les agressions contre les femmes voilées ET le silence des autres féministes

Le jeudi 13 juin dernier, une femme musulmane voilée a été agressée à Argenteuil avec une telle violence qu’elle vient de perdre son bébé.

Ces agressions se multiplient ; les victimes en sont des femmes musulmanes portant le foulard ; le silence qui les entoure est effrayant, accablant. Les violences contre les femmes se développent, aujourd’hui comme hier, sur le terreau d’un silence qui banalise et tue.

Le Collectif des Féministes pour l’Egalité dénonce les attaques qui visent spécifiquement les femmes musulmanes –parce qu’elles sont femmes et parce qu’elles sont musulmanes ; et demande un traitement médiatique et juridique de ces agressions adéquat, fondé sur la loi et le souci de la paix civile. Un traitement adéquat commencerait par dénoncer les rodomontades islamophobes qui émaillent le discours public : car comment ne pas établir de lien entre ces déclarations hostiles et la recrudescence d’agressions « motivées » par la religion –visible- des victimes ?

En tant que féministes nous nous étonnons du silence des autres féministes. Auraient-elles eu une telle absence de réactions si des femmes non voilées avaient été agressées par des « barbus » ? Sans doute pas. Ce deux poids deux mesures est insupportable, et il donne à voir l’impact profond du racisme qui vise les musulmans et surtout les musulmanes.

C’est pourquoi nous souhaitons rencontrer dans les meilleurs délais les représentants du gouvernement ayant en charge les questions relatives aux femmes et relatives à la sécurité.

Nous nous joignons à l’appel au rassemblement prévu le samedi 22 juin à 15 heures devant la sous-préfecture d’Argenteuil, 2 rue Alfred Labrière (face à la gare d’Argenteuil).

Paris le 20 juin 2013

Source :
http://delphysyllepse.wordpress.com/2013/06/20/les-feministes-pour-legalite-denoncent-les-agressions-contre-les-femmes-voilees-et-le-silence-des-autres-feministes/