Débats/Théorie/Histoire

  • Approches de la bureaucratie syndicale dans les Etats capitalistes

    René Mouriaux, Sophie Béroud 21 octobre 2012

    La bureaucratie : question aussi complexe que décisive. Sophie Béroud et René Mouriaux proposent une synthèse des débats marxistes sur le problème, afin d’en tirer les leçons quant à l’approche spécifique de « l’objet syndicat ».
    Encore très vive au début des années 1980, à l’heure où l’URSS s’enfonçait dans les pesanteurs et les dysfonctionnements de l’ère brejnévienne, la critique de la bureaucratie s’est aujourd’hui quelque peu estompée. L’échec du « communisme réel » a renforcé la condamnation des appareils autoritaires et relancé, notamment en France, la diffusion d’un concept aussi ambigu que celui de totalitarisme, catégorie d’analyse insuffisante et surtout arme de combat .
    Dans le cadre de ces approches où la (...)

  • Gauche radicale, réformisme et social-démocratie

    Alex Callinicos, Daniel Guerra Sesma 17 octobre 2012

    Les dernières élections communales ont à nouveau illustré la capacité de résistance de la social-démocratie en Belgique francophone. Présente à tous les niveaux de pouvoir, elle a connu un tassement électoral mais n’a nullement été sanctionnée, sauf exceptions locales, pour ses politiques d’austérité et de régression sociale. D’autre part, les forts bons résultats du PTB montrent qu’un espace, encore limité, existe à gauche de cette social-démocratie. Dans le premier article que nous reproduisons ci-dessous, Alex Callinicos tente de caractériser les partis de la gauche radicale aujourd’hui en Europe et leur rapport avec le réformisme et les partis sociaux-démocrates qu’on ne peut qualifier de pleinement « (...)

  • Aux racines de la crise européenne : introuvable unité et capital contre démocratie

    Julien Salingue, TEAN 14 octobre 2012

    L’Europe est devenue le maillon faible du capitalisme mondial. La crise économique et financière a débouché sur une crise des dettes publiques, aggravée par la nécessité pour les États capitalistes de renflouer des banques dont les bilans débordent de créances « pourries ». À son tour, cette crise de la dette a provoqué une crise de la zone euro, désormais menacée dans son existence même. Bousculée par la mondialisation capitaliste, l’Europe fait aussi et surtout face à ses propres contradictions.
    Europe, l’introuvable unité
    Le constat est désormais partagé par tous. La crise économique qui dévaste les économies capitalistes frappe avant tout l’Europe et son maillon faible – les pays du sud du continent. Tout (...)

  • 45 ans après sa mort : Le Che est encore impertinent

    L’Anticapitaliste 10 octobre 2012

    Ministre de l’industrie à Cuba de 1962 à 1965, Ernesto Che Guevara s’est longuement interrogé sur les éléments à conserver et à détruire après la révolution, dans la perspective de construire une nouvelle économie socialiste. La publication en français (*) d’une partie de ses réflexions et des discussions au sein du ministère de l’Industrie illustre les préoccupations principales du Che dans cette phase de transition qui voit Cuba exproprier les grandes compagnies étrangères et par conséquent supprimer la base matérielle du capitalisme sur l’île.
    Mais supprimer la propriété privée des moyens de production ne signifie pas que les relations marchandes sont abolies, ni que la division du travail est dépassée. Sur (...)

  • Socialisme et autogestion

    Michel Raptis 7 octobre 2012

    Contribution à une esquisse des fondements de la démocratie directe
    L’autogestion est devenue synonyme de la démocratie socialiste, c’est-à-dire du régime qui caractérise la société de transition succédant au capitalisme. On ne peut pas extrapoler abusivement sur l’avenir de cette société qui, selon Marx, s’acheminerait vers le communisme, société sans classes, et sans Etat. Le devenir de la société des hommes est fonction de leur libre volonté qui, mue par une conscience plus approfondie des conditions qui la déterminent en dernière analyse, trouvera la force de faire agir les hommes en conséquence et transformer la société, selon un projet conscient. Nous sommes encore loin d’une société d’hommes (...)

  • Rosa Luxemburg et la spontanéité révolutionnaire

    Daniel Guérin 1er octobre 2012

    Nous reproduisons ci-dessous l’introduction du marxiste libertaire Daniel Guérin à son livre « Rosa Luxemburg et la spontanéité révolutionnaire » publié en 1971, trois ans après Mai 68. L’auteur y analyse la dialectique qui s’opère au cours des processus révolutionnaires entre la spontanéité des masses et l’intervention consciente d’une force militante organisée ainsi que leurs rapports réciproques. (Avanti4.be)
    La spontanéité est aujourd’hui à l’ordre du jour, pour ne pas dire, ce qui serait péjoratif, qu’elle est à la mode. Mai 68, ouragan que personne n’a sciemment déchaîné, qui a remis en cause, dans chaque entreprise et chaque établissement scolaire de France, le pouvoir capitaliste et l’idéologie (...)

  • Notes sur les gouvernements progressistes d’Amérique latine

    Guillermo Almeyra 26 septembre 2012

    1. Il n’y a pas d’Amérique latine homogène, mais bien diverses régions très différentes entre elles tout en étant unies par une histoire, une culture commune et par leur problème commun de dépendance à l’égard de l’impérialisme étatsunien qui a fait de cette zone son « arrière cour ». Il n’existe donc pas non plus une catégorie spéciale, homogène, de « gouvernements progressistes » car ces derniers sont les fruits d’une série de rapports de forces particuliers entre les principales classes de ces différents pays d’une part et le capital financier et l’impérialisme d’autre part. Il s’agit de relations spécifiques qui dépendent étroitement de l’histoire, de la densité sociale et de la culture de chaque pays. Ces (...)

  • Alain Bihr : Les rapports sociaux de classe

    Jean Peltier 17 septembre 2012

    Derrière ce titre - pas vraiment aguichant en soi - se cache pourtant un petit livre précieux pour tous ceux et celles qui veulent comprendre la société pour mieux la changer. Mais, avant de plonger dans le contenu, un petit mot de présentation sur l’éditeur, la collection et l’auteur permettra de mieux saisir l’intérêt de la démarche.
    Editions Page Deux est une maison d’édition progressiste et suisse (ce qui ne va pas de soi !) et la collection Empreintes est sa dernière-née. Cette nouvelle collection vise à « présenter sous la forme de synthèses thématiques claires, informées et argumentées les éléments d’une intelligence critique du capitalisme et des possibilités de s’en libérer, héritées des (...)

  • Les Soviets : Leur origine, leur développement et leurs fonctions

    Andrés Nin 17 septembre 2012

    Le texte que nous publions ici pour la première fois en français dans son intégralité constitue l’une des études les plus intéressantes sur le phénomène des « soviets » dans les révolutions russes de 1905 et 1917, l’une des plus importante expérience d’auto-organisation des masses du XXe siècle. L’auteur, qui fut l’un des principaux fondateurs et dirigeants du POUM pendant la Révolution espagnole de 1936-1937 (voir sa biographie à la fin du document), avait vécu pendant dix ans en Russie après la Révolution d’octobre. Il aborde donc en connaissance de cause l’analyse des soviets dans leur l’émergence, leur développement et leurs caractéristiques. Le phénomène des « conseils » (soviets), nés dans le feu de la (...)

  • Pour une nouvelle conception de parti

    Luis Vitale 17 septembre 2012

    Peu connu dans le monde francophone du fait de l’absence de traduction de ses oeuvres, Luis Vitale est pourtant l’un des plus importants penseurs et historiens marxistes d’Amérique latine de notre époque. Né en Argentine, il a adhéré à une première organisation révolutionnaire en 1955, puis à la IVe Internationale en 1964 et a participé à la fondation du MIR chilien à l’époque de Salvador Allende. Comme l’évoque Franck Gaudichaud ; « C’est grâce à son travail théorique et comme historien que Vitale a pu avoir un impact considérable, et ce à une échelle internationale. Après avoir été syndicaliste, il est en effet devenu universitaire (1968) fruit d’un travail d’investigation reconnu par son sérieux et son (...)