Débats/Théorie/Histoire

  • Anton Pannekoek (1873-1960), théoricien du « communisme des conseils »

    Pepe Gutiérrez-Álvarez 6 janvier 2013

    Anton Pannekoek (2 janvier 1873 - 28 avril 1960) fut, ensemble avec Karl Korsch et Herman Gorter , le principal théoricien du « communisme conseilliste », ou anti-léniniste. Né il y a 140 ans à Vassen, aux Pays-Bas, il se consacra entièrement à l’étude de l’astronomie entre 1891 et 1906, étudiant tout particulièrement les étoiles doubles et défendant sa thèse de doctorat en 1902.
    Astronome de réputation internationale (un institut d’astronomie aux Pays-Bas porte aujourd’hui son nom), Pannekoek fut l’un des plus importants spécialistes de l’atmosphère stellaire et reçut plusieurs distinctions scientifiques en dépit des discriminations dont il souffrit à cause de ses positions politiques radicales.
    Selon son (...)

  • Grèce : quelles perspectives pour les anticapitalistes ? (II)

    Alex Callinicos, Richard Seymour 2 janvier 2013

    Les élections législatives de juin 2012 en Grèce, avec la montée spectaculaire du parti de la gauche radicale Syriza, avaient suscité un très vaste débat dans tous les courants de la gauche européenne. Un débat portant notamment sur l’intervention et l’orientation des révolutionnaires dans ce pays, où leurs forces se trouvent divisées entre celles qui participent à la construction de Syriza et celles qui composent la coalition Antarsya. Afin de contribuer à alimenter la discussion sur les questions soulevées par la situation en Grèce (pour ou contre une sortie anticapitaliste de l’euro ? Quelle forme de gouvernement des travailleurs ? Quelle attitude face à Syriza ?...) nous publions une série de (...)

  • Roland Pfefferkorn, « Genre et rapports sociaux de sexe »

    Viviane Albenga 23 décembre 2012

    L’ouvrage de Roland Pfefferkorn [Genre et rapports sociaux de sexe, Lausanne, Editions Page deux, coll. Empreinte, 2012] apporte un éclairage généalogique et théorique sur deux grands concepts issus de la théorie féministe : le genre et les rapports sociaux de sexe. D’une très grande clarté et d’une grande richesse dans les références mobilisées, l’ouvrage met ces concepts en discussion, l’auteur défendant davantage l’apport heuristique des rapports sociaux de sexe sans pour autant négliger de présenter toutes les nuances présentes dans les différentes théories du genre et dans les usages de ce concept.
    Ce point de vue affirmé avec finesse, argumenté et étayé par des références théoriques et empiriques, (...)

  • Un point de vue du Pays Basque : Arguments en faveur de l’indépendance en temps de crise

    Joxe Iriarte "Bikila" 19 décembre 2012

    J’ai commencé ma vie politique militante à l’époque de la dictature franquiste, comme partisan de l’indépendance du Pays Basque (socialiste). Plus tard, à la suite de la fusion entre l’ETA (VIe Congrès) et la Ligue Communiste Révolutionnaire, j’ai évolué vers le marxisme révolutionnaire (selon la version de la IVe Internationale) et j’ai défendu l’union libre entre les peuples et les nations qui composent l’Etat espagnol.
    Cette vision reposait sur l’approche léniniste de la question nationale, consistant à articuler, à partir de la nation qui opprime une autre, la défense du droit à la libre autodétermination de la nation opprimée (ce qui inclut l’option de l’indépendance) avec la défense de l’union libre (...)

  • Le salafisme : un danger nouveau ?

    Santiago Alba Rico 16 décembre 2012

    Deux ans après le début du dénommé « Printemps arabe », les médias occidentaux braquent à nouveau leurs projecteurs sur « l’irrésistible » menace que représente l’Islam pour les fragiles processus « de démocratisation » ouverts en Tunisie et en Egypte. Pour certains, il s’agit de la preuve que rien d’essentiel n’a changé. Pour d’autres, c’est le retour à l’instrumentalisation de l’islamophobie pour empêcher précisément que ces changements se produisent.
    A ceux qui soutiennent que rien n’a changé, nous pourrions signaler d’emblée un changement notable dans la terminologie journalistique. D’où sont donc sortis ces « salafistes » dont personne n’avait entendu parler avant ? S’agit-il d’une « nouvelle force » dans le (...)

  • David Riazanov (1870-1938), éditeur de Marx et dissident rouge

    Nicolás González Varela 12 décembre 2012

    Dès la fin du 19e siècle, Boris Nikolaïevski et Antonio Labriola (voir les notes biographiques en fin de texte ; NdT) étaient convaincus– et ils n’étaient pas les seuls – que l’œuvre de Marx était destinée à être mal interprétée et à subir une infinité d’erreurs, d’équivoques et de mauvaises lectures. Mais ils croyaient aussi que quelque chose de pire encore attendait l’œuvre marxienne : s’incarner en orthodoxie dogmatique dans des partis ou dans des Etats qui s’en réclameraient.
    Labriola soulignait un autre obstacle, encore plus profond et dangereux : la rareté même des écrits disponibles de Marx et l’impossibilité de compter sur des éditions fiables. Le lecteur intrépide devait passer, selon Labriola, par (...)

  • Du parti, instrument de lutte pour le pouvoir au parti, préfiguration d’une société socialiste

    Victor Fay 9 décembre 2012

    Je voudrais signaler les difficultés de la transition d’un parti ouvrier révolutionnaire, luttant pour la conquête du pouvoir, à un parti exerçant le pouvoir. Je me placerai essentiellement sur le plan politique, en illustrant mon argumentation par certaines données historiques.
    Existe-t-il en général un type universel de parti ouvrier ? Tant dans les milieux marxistes léninistes « orthodoxes » que parmi les « opposants » se perpétue le mythe d’un parti idéal, d’un « parti de type nouveau ». On en a trahi la structure et le caractère, disent ces derniers, mais il suffirait d’amputer certaines excroissances parasitaires pour que le véritable paradis socialiste soit enfin rétabli. Or, il n’existe aucun type (...)

  • (Re)lire le Manifeste

    Nicolas Dessaux 5 décembre 2012

    Le « Manifeste du parti communiste » est sans aucun doute le texte le plus connu, le plus lu et le plus diffusé de Karl Marx. C’est surtout le plus cité dans les mémoires de militants, ce qui donne une idée de son impact sur le mouvement ouvrier. Son succès éditorial ne s’est jamais vraiment démenti, au point qu’on le trouve aujourd’hui en langue française chez plusieurs éditeurs simultanément. Pourtant, son tirage initial n’a pas excédé 500 exemplaires, soit approximativement le nombre d’adhérents de la Ligue des Communistes à l’époque.
    La rédaction du manifeste fut achevée à Londres en février 1848, c’est-à-dire un mois avant l’éclatement de la révolution en Allemagne. Il fait suite à de nombreux débats au (...)

  • Grèce : quelles perspectives pour les anticapitalistes ? (I)

    Antonis Davanellos, Petros Konstantinou 2 décembre 2012

    Les élections législatives de juin 2012 en Grèce, avec la montée spectaculaire du parti de la gauche radicale Syriza, avaient suscité un très vaste débat dans tous les courants de la gauche européenne. Un débat portant notamment sur l’intervention et l’orientation des révolutionnaires dans ce pays, où leurs forces se trouvent divisées entre celles qui participent à la construction de Syriza et celles qui composent la coalition Antarsya. Comme le résument ci-dessous des camarades du NPA : la situation explosive en Grèce pose également d’autres questions d’une importance vitale : « Comment lutter contre une extrême-droite qui attaque physiquement les immigréEs et la gauche ? Quelle stratégie pour les luttes (...)

  • « La révolution est un merveilleux monstre à mille têtes ». Entretien avec Michael Löwy

    Michael Löwy 28 novembre 2012

    Michael Löwy est un sociologue et un militant marxiste d’origine brésilienne, auteur de nombreux ouvrages consacrés à Marx, à Che Guevara, au romantisme, à l’écosocialisme, à la question nationale ou encore à la religion (*). Interrogé sur les principales limites de la pensée marxiste et sur le fait que le marxisme soit vu par de nombreux secteurs académiques comme rétrograde, Michael Löwy souligne qu’il est avant tout une pensée en mouvement qui tente de dépasser les limites qui se trouvent présentes dans l’œuvre de Marx et Engels elle-même. Cet entretien a été réalisé par Graziela Wolfart, Márcia Junges et Thamiris Magalhães pour la revue brésilienne « IHU On line » et reproduite dans le journal argentin « (...)