Yorgos Mitralias

  • Antifascistes européens réveillez-vous ! La peste brune est de retour...

    Yorgos Mitralias 4 mars 2014

    Cette fois il n’y a pas de doute : Monstrueuse et horrible, la menace fasciste est de retour, sans que notre Europe se scandalise outre mesure. La preuve ? Des nazis purs sangs, qui se revendiquent du IIIème Reich et de ses divisions SS et devant lesquels les brutes de l’Aube Dorée grecque font presque figure d’enfants de chœur, occupent des postes parmi les plus névralgiques (ordre public, défense, justice) dans le gouvernement intérimaire ukrainien ! Et en plus, leur présence dans ce gouvernement ne choque point ni nos médias qui se hâtent de les baptiser… « nationalistes » ni nos chers dirigeants européens de tout poil (sociaux-démocrates inclus) qui s’empressent de les reconnaitre comme (...)

  • Grèce : Une transition énergétique… à l’envers

    Yorgos Mitralias 10 février 2014

    Quel pourrait être le rapport de la transition énergétique à la crise actuelle de la dette et aux politiques d’austérité draconienne qui en résultent un peu partout en Europe ? Ou en d’autres termes, comment se présente la transition énergétique non pas en théorie, mais en pratique dans cette Europe balayée par la crise ?
    Ce n’est pas seulement parce que je suis Grec que je vais illustrer cette problématique en me basant sur l’expérience concrète de mon pays. Si on va parler de l’exemple grec c’est surtout parce que la Grèce a été choisie par ceux d’en haut pour devenir le laboratoire des politiques néolibérales et de leurs conséquences sociales et aussi environnementales. En somme, parce que ce qui se passe (...)

  • Pour que cette fois l’histoire ne se répète pas ! No Pasaran !

    Yorgos Mitralias 8 avril 2013

    Une chose que les Européens ont eu le temps de bien apprendre est que ni la crise, ni les tragédies sociales qui l’accompagnent ne sont spécifiquement grecques. Et malheureusement, tout indique déjà qu’une autre chose qu’ils auront tout le temps d’apprendre est que l’Aube Dorée néo-nazie n’est pas l’apanage des seuls Grecs.
    Pas de doute, une telle affirmation sera accueillie par certains avec beaucoup de scepticisme : « Chez nous, ni nos traditions, ni notre culture, ni notre tempérament ne permettront jamais de tels phénomènes ». C’est exactement ce que tous les Grecs – même les plus avertis des gens de gauche –disaient il y a seulement neuf mois quand un ou deux « fous » à l’imagination débordante les (...)

  • La peste brune relève la tète dans cette Grèce en crise terminale. Y a–t-il quelqu’un pour l’arrêter ?

    Yorgos Mitralias 13 septembre 2012

    Malheureusement, les lendemains des élections du 17 juin trouvent la gauche grecque aussi désemparée devant la menace néonazie qu’elle était avant le 6 mai. La preuve ? Le succès de l’Aube Dorée est présenté comme une exception, comme un simple « point noir » d’une situation générale par ailleurs très brillante. C’est ainsi que pratiquement toutes les composantes de la gauche grecque (y incluse SYRIZA) décrivent la situation comme un simple assemblage de bons et de mauvais résultats, feignant d’ignorer qu’aussi bien les « bons » que les « mauvais » points (c’est-à-dire l’apparition et le développement foudroyant des néonazis) font partie de la même situation globale, qu’ils sont interdépendants et qu’ils ont un (...)