Sungur Savran

  • La Turquie à un carrefour

    Sungur Savran 1er avril 2014

    Les élections municipales de ce dimanche ont confirmé la position dominante de l’AKP, le parti islamo-conservateur du Premier ministre Erdogan. Ni le soulèvement populaire né l’été dernier au Park Gezi à Istanbul, ni la vague de révélations sur la corruption du pouvoir depuis trois mois, ni les tensions grandissantes au sein du bloc islamiste au pouvoir n’ont réussi à entamer le soutien électoral dont dispose l’AKP, notamment parmi les couches populaires des campagnes mais aussi des principales villes, Istanbul et Ankara. L’explication tient à la fois aux effets positifs du développement économique de ces dernières années, au conservatisme religieux d’une grande partie de la population rurale et à la (...)

  • Le parc Gezi évacué, Istanbul et la Turquie explosent

    Olga Rodríguez, Sungur Savran 17 juin 2013

    Après des jours d’hésitation et de négociation, le gouvernement a finalement décidé d’évacuer la Commune de Taksim, là où des milliers de gens campent dans le parc Gezi et que des dizaines de milliers d’autres ont visité tous les soirs. La police a attaqué le parc Gezi samedi soir (15 Juin). Après l’avoir fait évacuer à l’aide de gaz lacrymogènes et, grande nouveauté, de canons à eau dans laquelle celle-ci est apparemment mélangée à un type particulier de produits chimiques, car elle brûle la peau de tous ceux qu’elle touche, la police a rasé les tentes, l’infirmerie, les cuisines et la bibliothèque qui y avaient été installées.
    Mais l’écrasement d’un foyer de résistance a entraîné l’éruption d’un millier (...)

  • Turquie : C’est une révolte, pas (encore) une révolution ! [1]

    Richard Seymour, Sungur Savran 5 juin 2013

    Le 1er Mai 2013, la police a fait pleuvoir des tonnes de gaz lacrymogène sur des dizaines de milliers de travailleurs et de jeunes dans les différents quartiers d’Istanbul, afin de les empêcher de s’approcher de la place Taksim. Le gouvernement avait décidé que cette place, lieu traditionnel des célébrations du 1er Mai mais aussi de quantité d’actions politiques quotidienne, petites et grandes, devait être fermée aux manifestations pendant toute cette année, et cela parce que des travaux d’aménagement devaient être réalisés sur une grande échelle, impliquant le creusement d’énormes puits dangereux pour les foules de promeneurs. Au cours d’une prestation particulièrement ridicule, le gouverneur d’Istanbul a (...)

  • Turquie : Un goût de Place Tahrir sur la Place Taksim

    Sungur Savran 3 juin 2013

    Istanbul est devenue un champ de bataille envahi par les gaz lacrymogènes. La police a - sans aucun doute possible à la demande du Premier ministre Tayyip Erdogan et son gouvernement AKP - attaqué les manifestants dans le centre de la ville, près de la place Taksim, pendant cinq jours consécutifs. En soi, cela n’a rien d’une nouveauté : la police turque est célèbre pour sa brutalité dans le traitement des manifestations indésirables aux yeux du gouvernement. Il y a à peine un mois, le 1er Mai, elle a dispersé, sans ménagement et à coup de gaz lacrymogène, un rassemblement de milliers de travailleurs et de syndicalistes. Donc, en soi, il n’y a rien de nouveau sur le front de la police. Cette fois, la (...)