Joan Martínez Alier

  • Biopiraterie : un mot qui triomphe

    Joan Martínez Alier 26 août 2013

    Le mouvement de l’écologie populaire et pour la justice environnementale a créé de manière spontanée depuis 30 ans son vocabulaire propre. Aux Etats-Unis, pour désigner le caractère disproportionné de la pollution dans les quartiers pauvres où vivent des habitants racialement discriminés, on a utilisé en 1982 le terme d’« injustice environnementale ». Le concept de « dette écologique » a commencé à être employé en 1991 par des organisations écologistes latino-américaines pour lutter contre le changement climatique. Il y a bien d’autres exemples. L’un d’eux est le mot « biopiraterie », introduit en 1993 par Pat Mooney et très diffusé par Vandana Shiva.
    Que signifie « biopiraterie » ? Il s’agit d’une pratique (...)

  • Les Grands Projets Inutiles Imposés

    Joan Martínez Alier 31 juillet 2013

    C’est sous ce joli nom de « Grands Projets Inutiles Imposés » (GPII) qu’un réseau de mouvements sociaux européens a tenu à Stuttgart à la fin du mois de juillet 2013 sa troisième réunion.
    Les premiers organisateurs étaient des groupes qui, en Italie, s’opposent au nouveau tunnel ferroviaire pour le train à grande vitesse entre Turin et Lyon (le célèbre mouvement NO TAV) et par ceux qui, en France, manifestent contre l’absurde aéroport de Notre des Dames des Landes, près de Nantes. Se sont également ajoutés des mouvements anglais contre les trains à grande vitesse de Londres à Birmingham et Manchester, qui font doublon avec ceux déjà existants, et des associations espagnoles qui, écœurées par tant de (...)

  • Marx aurait-il été extractiviste au XXIe siècle ?

    Eduardo Gudynas, Joan Martínez Alier 8 mai 2013

    La promotion de la grande industrie minière à ciel ouvert s’est installée ces dernières années parmi les gouvernements progressistes d’Argentine, de Bolivie, du Brésil, d’Equateur, d’Uruguay et de tant d’autres pays. C’est une stratégie qui, à première vue, est bien loin de ce qu’on pourrait attendre d’un gouvernement de gauche. Comment donc des progressistes peuvent-ils défendre ce type d’industrie ? Ces gouvernements invoquent depuis peu les penseurs classiques du socialisme. Selon certains, si Marx vivait à notre époque en Amérique latine, il serait en faveur de l’« extractivisme ». Voyons cela d’un peu plus près…
    La promotion de l’extractivisme s’est généralisée parmi les forces progressistes (...)