Jean-François Tamellini

  • Il est grand temps que le gouverneur de la BNB prenne sa pension !

    Jean-François Tamellini 11 juin 2014

    Après avoir déjà lancé il y a plusieurs mois un ballon d’essai concernant la suppression de l’index, le très libéral gouverneur de la BNB récidive en proposant de s’attaquer aux pensionnés.
    Comme la FGTB l’a rappelé le 15 mai devant le cabinet du ministre fédéral des pensions, en Belgique, près d’un pensionné sur quatre vit sous le seuil de pauvreté ou se situe en risque de pauvreté. Parmi ceux-ci, une large majorité de femmes.
    Selon l’OCDE, la Belgique offre le niveau le niveau de pension le plus bas d’Europe, après l’Irlande. Avec 45 ans de carrière pour obtenir une pension complète, la Belgique impose en effet déjà les conditions les plus strictes d’Europe à ses pensionnés, expliquant notamment le faible (...)

  • Appel à un vaste mouvement social !

    Jean-François Tamellini 25 mai 2014

    Quelle que soit la coalition qui se mettra en place au fédéral, les reculs sociaux vont se poursuivre. De manière violente si la droite à les pleins pouvoirs, ou en continuant son érosion dans d’autres scénarii, mais aucune avancée sociale ne sera plus possible avec le paysage politique global que nous connaissons et le poids que représente le courant libéral.
    Certains misent sur un retour de la croissance et une meilleure conjoncture pour pouvoir limiter la casse. Mais ce ne sera pas suffisant. Le TSCG (Traité européen austéritaire) continuera à obliger les gouvernements, quels qu’ils soient, même dans les moins mauvais cas de figure, à raboter le social...
    Préserver la sécu ? Elle est déjà (...)

  • Petit mot de soutien aux jeunes FGTB de Charleroi...

    Jean-François Tamellini 3 mai 2014

    Nous sommes en tant qu’organisation syndicale un contre pouvoir et devons à ce titre défendre l’indépendance syndicale. Condition indispensable pour peser sur les partis afin de défendre les intérêts des travailleurs, sur base de notre projet de société anticapitaliste, partant de notre projet de transformation radicale de la société.
    Qui remet en cause cette indépendance syndicale ? Les jeunes ? Certainement pas !
    Ce qui me poserait un réel problème à titre personnel, en tant que militant anticapitaliste, ce serait que les jeunes ne crient pas leur colère et leur rage de voir le gouvernement ne leur proposer aucune perspective d’avenir...
    Le chômage explose, laissant énormément de jeunes sur le (...)