Alan Maass

  • Un nouveau jour pour la Grèce et l’Europe

    Alan Maass 28 janvier 2015

    La victoire de SYRIZA aux élections législatives qui ont eu lieu hier en Grèce est la réponse attendue depuis longtemps au cocktail d’austérité et de répression qui fait souffrir toute l’Europe et a plongé la Grèce dans une crise économique et sociale sans précédent depuis la Grande Dépression des années 1930.
    SYRIZA a remporté 36,3% des voix, loin devant la Nouvelle Démocratie, le parti de droite qui dirigeait l’ancien gouvernement et qui arrive en deuxième place avec 27,8%.
    Mais, même avec le bonus de 50 sièges attribué au parti gagnant dans le cadre du système électoral grec, SYRIZA n’obtient que 149 sièges et arrive juste en deçà de la majorité absolue au parlement qui compte 300 sièges. Le parti de (...)

  • Grèce (2) : Démocratie contre bancocratie en Grèce

    Alan Maass 22 janvier 2015

    Des élections nationales auront lieu en Grèce le 25 janvier et les électeurs pourraient élire un parti de gauche qui affirme vouloir en finir avec l’austérité qui règne en Europe depuis que la crise de la dette a frappé en 2008.
    Depuis plus d’un an, la Coalition de la gauche radicale, ou SYRIZA, est en tête dans les sondages d’opinion sur les intentions de vote. Le gouvernement de coalition, dirigé par le parti de droite de la Nouvelle démocratie, a perdu un vote crucial au parlement à la fin décembre, ce qui a provoqué le déclenchement d’une élection générale anticipée qui a été fixée au 25 Janvier.
    La Grèce a subi une crise économique catastrophique, en grande partie à cause des mesures d’austérité (...)

  • La menace d’une guerre plane sur l’Ukraine

    Alan Maass, Lee Sustar 3 mars 2014

    Les forces armées russes ont pris le contrôle militaire de la péninsule de Crimée, créant la menace d’une escalade vers une guerre qui pourrait déchirer l’Ukraine et tourner au conflit ouvert entre superpuissances mondiales.
    La prise de contrôle de la Crimée a été la riposte du président russe Vladimir Poutine à la chute du président ukrainien Viktor Ianoukovitch. L’homme fort du régime pro-russe et le symbole de la corruption a fui la capitale Kiev le 21 février après les combats meurtriers entre la police anti-émeutes de son régime et les combattants défendant le soulèvement populaire qui avait, depuis novembre, son centre sur la place Maidan de Kiev.
    La chute de Ianoukovitch et le triomphe du mouvement (...)

  • « Esclave pendant douze ans » : résistance, dignité et compromis

    Alan Maass, Ignasi Franch 27 janvier 2014

    Le réalisateur britannique Steve McQueen (« Hunger games », « Shame ») a consacré son troisième long-métrage, « Esclave pendant douze ans », à l’histoire réelle de Solomon Northup, un homme noir né libre aux Etats-Unis et qui fut enlevé et vendu à des grands propriétaires terriens esclavagistes.
    Le matériau de référence est le livre de mémoires écrit par Northup lui-même et dont la publication contribua à impulser un débat public sur ces délits. L’ampleur de ce type de tragédie, parallèle à celle de l’esclavage, est impossible à quantifier du fait de l’impunité régnante alors. Mais la promulgation de diverses lois indique que les autorités étaient bien au courant du problème : la persécution (légale mais (...)

  • Où va l’Ukraine un mois après les manifestations de masse ?

    Alan Maass, Lee Sustar 22 décembre 2013

    L’Ukraine vient de connaître un mois de manifestations de masse, principalement dans la capitale Kiev mais aussi dans plusieurs autres grandes villes du pays. Cette vague d’opposition est le produit tout à la fois d’une crise économique profonde, d’un mécontentement populaire face à un gouvernement autoritaire et d’un désir généralisé d’échapper une fois pour toutes aux pressions impériales de la Russie. Mais les choses sont loin d’être simples. D’une part, les partis et les personnalités qui apparaissent comme leaders des manifestations anti-gouvernementales sont pour la plupart des conservateurs de centre-droit, de droite et même d’extrême-droite (dans le cas du parti Svoboda). Et, d’autre part, les (...)