Elections municipales et européennes en Irlande : croissance de la gauche

Henry Silke 9 juin 2014

Elections municipales et européennes en Irlande : croissance de la gauche

Il y a eu un petit tremblement de terre dans la politique irlandaise (aux élections municipales et européennes du 25 mai, NdT). Le Sinn Fein (gauche nationaliste, NdT) a fortement progressé, devenant l’une des principales forces politiques en Irlande du Sud. Il double presque son score en atteignant 17% à l’échelle nationale aux municipales, et plus de 20% aux européennes. Et cela parallèlement à une progression importante de la gauche alternative et des indépendants. Au total, le Sinn Fein a fait élire 150 conseillers et les partis de la gauche alternative en ont obtenus 40.

Aux élections européennes, le Sinn Fein a été le parti le plus voté à Dublin avec un candidat qui se présentait pour la première fois. La même chose s’est passé dans la circonscription d’Irlande du sud avec un autre candidat. Et un troisième a été élu dans la circonscription restante. Ce triple succès consolide pour la première fois le Sinn Fein comme parti, ce qui réduit sa dépendance antérieure envers des candidats locaux individuels.

Les partis bourgeois tentent de se consoler avec l’idée que les gens votent de manière différente aux européennes et élections municipales par rapport aux élections législatives. Cependant, de nombreuses évidences montrent que le Sinn Fein et la gauche alternative pourraient traduire une grande partie de leur succès en sièges dans le Dail (Parlement) et élargir leur influence politique.

Un aspect intéressant des résultats du Sinn Fein est que l’arrestation récente de Gerry Adams (dirigeant historique de ce parti et ancien de l’IRA, NdT) pour l’assassinat de Jean McConville en 1972 ne semble avoir eu aucun effet.

Au niveau national, le parti au pouvoir, Fine Gael (démocrate-chrétien) a perdu 8,4% de ses votes, tombant à 24%, tandis que le Parti Travailliste, partenaire mineur de la coalition gouvernementale, a perdu la moitié de son électorale en obtenant environ 7% des votes. Le Parti Travailliste a été laminé dans les municipalités de toute l’Irlande ; les travaillistes ont perdu tous leurs conseillers dans la Municipalité de Cork (la deuxième plus grande ville du pays) et ils ont été réduits à 8 conseillers dans la Municipalité de Dublin (une chute de 17% des votes). Au niveau national, les travaillistes n’ont conservé que 50 conseillers, à comparer aux 157 gagnés par le Sinn Fein.

A Dublin, le Sinn Fein a obtenu presque un quart des suffrages, soit une progression de 12% qui en fait le plus grand parti de la municipalité, avec 16 conseillers. Ces résultats coïncident avec le score de 23% obtenu à Dublin par le candidat du Sinn Fein aux élections européennes, Lynn Boylan, faisant de lui le parti le plus populaire de la ville.

A gauche du Sinn Fein

Dans la gauche alternative, le Parti Socialiste (organisation trotskyste, section du Comité pour une internationale ouvrière - CIO) et son front électoral, l’Alliance Anti-Austérité (AAA) a gagné de manière impressionnante 14 conseillers. Il faut noter que l’AAA a obtenue trois conseillers dans la municipalité de Limerick et trois autres à Cork, ce qui en fait un mouvement national et non plus seulement centré sur Dublin. Le Parti Socialiste a également gagné les élections législatives partielles à Dublin Ouest, ce qui signifie qu’il dispose maintenant de deux des quatre sièges de cette circonscription. Cela laisse également ce parti en bonne position pour maintenir un siège parlementaire après la retraite prévue de la politique parlementaire du vétéran du parti Joe Higgins en 2016.

Le Parti Socialiste des Travailleurs (SWP, autre organisation trotskyste, NdT) et son front électoral, People Before Profit Alliance (PBPA), a également obtenu de splendides résultats en faisant élire un total de 14 conseillers. Le SWP a aussi un obtenu un grand succès en Irlande du Nord en faisant élire un conseiller dans la Municipalité de Belfast.

En dehors de ces deux principaux blocs, la Gauche Unie (un groupe formé par certains indépendants de l’ex-Alliance de Gauche Unie) a gagné deux conseillers et le Parti des Travailleurs en a remporté un dans la municipalité de Cork. Le Groupe des Travailleurs et Sans-Emploi de Tipperary a lui aussi obtenu un conseiller. Un certain nombres de conseiller de gauche indépendants ont également été élus dans tout le pays et certains d’entre eux joueront un rôle clé pour le développement à venir de la politique de gauche.

La perte du siège européen de Paul Murphy (Parti Socialiste) laisse quant à elle un goût amer pour la gauche. Dans une manœuvre particulièrement machiavélique, le SWP a présenté un candidat (Brid Smith) aux élections européennes dans l’objectif de le profiler pour les élections nationales de 2016. Ceci – comme c’était prévisible – a divisé l’électorat de sorte que Murphy a obtenu 30.000 votes de préférence (environ 8%) et Smith 23.000. Ce dernier a affirmé que sa candidature n’a pas affecté le résultat final, mais c’est une affirmation très douteuse vu les quelques pour-cent manquants à Murphy pour être élu. Ainsi, Nessa Childers, avec seulement 5.000 votes de préférence de plus que Murphy, a gagné le troisième siège européens pour le Sinn Fein. S’il n’y a évidement pas de certitude absolue que si Smith ne se serait pas présenté ses votes auraient automatiquement bénéficié à Murphy, il est certain que si la PBPA l’avait soutenu, il aurait obtenu un nombre plus significatif de votes. (...)

Conclusions provisoires

Le Parti Travailliste est en crise après la démission quasi immédiate de son dirigeant Eamonn Gilmore après les élections. Les problèmes du Parti Travailliste sont néanmoins plus profonds qu’un simple changement de direction. Le parti n’a pas seulement abandonné sa base, il a paru également appliquer avec plaisir les mesures d’austérité néolibérales contre les classes pauvres et les travailleurs. Il s’est complètement vidé de ses forces et il est probable qu’il va connaître une longue traversée du désert.

En général, la tendance des votes, en incluant le Sinn Fein, s’est portée vers la gauche. Le Sinn Fein a défendu un programme ouvertement anti-austérité, et en particulier son opposition à l’augmentation du tarif de l’eau. Il est cependant fort probable que le Sinn Fein modère son programme après les élections, après avoir récemment renoncé par exemple à sa revendication d’un impôt sur la fortune. Il reste aussi à voir comment il va utiliser son succès dans les municipalités.

La gauche alternative a remporté un important succès électoral, mais elle reste toujours fragmentée. Lors de sa première apparition télévisée, Ruth Coppinger, la nouvelle députée du Parti Socialiste, a appelé à la constitution d’un nouveau mouvement politique. Il reste à voir quel sera l’écho de cet appel et comment il sera mené à bien.

Henry Silke est doctorante en Communication à l’Université de Dublin et a participé à la direction de l’ex-Alliance de la Gauche Unie.

Source :
http://links.org.au/node/387
Traduction française et intertitres pour Avanti4.be : G. Cluseret.