Danemark : L’Alliance Rouge-Verte, grande gagnante des élections communales

Anne Rehder 24 novembre 2013

Les élections municipales et régionales le 19 Novembre au Danemark ont été un succès historique pour l’Alliance Rouge-Verte (RGA ou Enhedslisten), le parti de la gauche radicale. Anne Rehder, la secrétaire de la RGA pour le travail international, analyse les résultats de ce scrutin.

La RGA est maintenant un parti à l’échelle nationale avec des représentants dans toutes les régions et les moindres coins du Danemark.

Percée de la RGA

La RGA a augmenté ses voix de 4,6% par rapport à l’élection précédente en 2009, passant de 2,3% à 6,9%. Nous avons maintenant des sièges dans 79 communes (sur 98) et dans les 5 régions du Danemark, alors que nous étions seulement présents dans 10 communes et que nous n’avions qu’un représentant dans la région de la capitale Copenhague. Le nombre total de nos conseillers municipaux est ainsi passé de 14 à 119 et celui de nos élus régionaux de 1 à 15.

En outre, les résultats permettent à la RGA d’avoir un siège à l’Organisation nationale des municipalités, qui négocie l’économie des communes avec le gouvernement et qui a jusqu’ici toléré un budget d’austérité après l’autre, alors même qu’elle était dirigée par une majorité constituée du Parti Social-Démocrate (SD – semblable à « notre » PS) et du Parti Socialiste Populaire (SF – un parti historiquement situé à gauche des SD). Cela donne à la RGA une chance de briser le consensus d’austérité.

Le résultat des élections locales est le meilleur obtenu par la RGA depuis notre fondation en 1989. Il va bien au-delà de l’objectif que nous nous étions fixé pour la campagne électorale, qui était d’obtenir 100 conseillers municipaux et entre 5 et 6% des votes. En fait, c’est le meilleur résultat obtenu par une force politique à gauche de SF depuis les élections municipales d’après-guerre en 1946.

A Copenhague, la RGA est devenu le deuxième plus grand parti avec 19,5% des voix, les sociaux-démocrates restant le parti le plus important avec 27,8%. Au cours des négociations en fin de nuit, la RGA à Copenhague a remporté le siège d’échevin du département de la construction et des affaires techniques, ce qui nous donne l’occasion de donner la priorité à une orientation verte et créatrice d’emplois pour le développement de la capitale danoise.

Dans les deuxième et troisième plus grandes villes du Danemark, Aarhus et Aalborg, la RGA est devenu le troisième parti en importance après le Parti Social-Démocrate et le Parti libéral. Mais, plus important encore, notre résultat signifie que nous sommes maintenant représentés dans tous les coins du Danemark et faisons partie de la politique locale dans la majorité des municipalités danoises. C’est un grand pas en avant dont nous pouvons espérer qu’il nous aidera à consolider notre succès.

Défaite pour la gauche gouvernementale

Le résultat général est une défaite pour les partis gouvernementaux SD et SF Une défaite qui reflète clairement la perte de confiance de nombreux électeurs envers ces deux partis depuis qu’ils sont entrés au gouvernement. Ils y ont poursuivi la politique économique néolibérale de l’ancien gouvernement de droite, une politique à laquelle leurs électeurs se sont opposés.

Le SF a perdu plus de la moitié de son soutien au niveau local, avec seulement 5,6% des voix contre 14,5% à l’élection de 2009. Le SD a perdu aussi des voix mais a gardé sa position de plus grand parti politique au niveau communal. Le troisième parti au pouvoir, le Parti social-libéral, a légèrement progressé, passant de 3,7% à 4,8%. Malheureusement, leurs membres nouvellement élus se sont engagés à plusieurs endroits dans des coalitions avec la droite.

Le Parti Libéral, principal parti de l’opposition de droite, a gagné des voix et est devenu le parti qui a le plus de maires, mais le succès n’est pas aussi grand qu’ils l’avaient espéré parce que le parti a été frappé par plusieurs scandales autour de son chef de file dans les derniers mois.

Le Parti Conservateur a vécu la pire élection de son histoire mais il a quand même obtenu un résultat meilleur que prévu en raison de la force de ses positions au niveau local. Le Parti du Peuple danois (DF - le parti d’extrême-droite) a obtenu 10,1% des voix. Ces voix sont surtout venues d’anciens électeurs sociaux-démocrates déçus par la politique d’austérité menée par ce parti ainsi que d’anciens électeurs conservateurs. Le parti pourrait obtenir un échevin dans la commune de Hvidovre, dans la banlieue de Copenhague, au détriment de SD, mais les négociations ne sont pas encore terminées. Le DPP a déjà gagné l’un des sept échevins à Copenhague. C’est la première fois que le DF remporte un échevinat dans l’Histoire danoise.

L’Alliance libérale, un parti ultra-néolibéral, a gagné 2,9% des voix, ce qui est un franc succès en comparaison de la dernière élection lors de laquelle le parti avait seulement emporté un siège de conseiller communal.

Nouvelles opportunités, nouvelles responsabilités

Globalement, le résultat a été historique pour notre parti et nous donne une position renforcée pour défendre le bien-être, la santé et la sécurité sociale de la population ainsi que pour mettre en avant une politique verte qui crée des emplois. En outre, il nous donne l’occasion de renforcer notre position comme l’un des principaux partis dans le mouvement des travailleurs au Danemark.

Il est clair que les électeurs ont récompensé la RGA pour avoir lutté contre les coupes dans les budgets sociaux et, en même temps, pour avoir travaillé avec pragmatisme afin d’obtenir toutes les améliorations possibles en faveur des gens et de l’environnement.

Article publié le 20 novembre 2013 sur le site australien www.links.org.au
Traduction française et intertitres pour Avanti4.be : Jean Peltier


Résultats finaux au niveau national pour les élections communales

Entre parenthèses, l’évolution depuis les élections de 2009

Sociaux-démocrates : 29,5% (-1,1)
Libéraux : 26,6% (+1,8)
Parti populaire danois : 10,1% (+2,0)
Conservateurs : 8,6% (-2,4)
Alliance Rouge-Verte : 6,9% (+4,6)
Parti socialiste populaire : 5,6% (-8,9)
Sociaux-libéraux : 4,8% (1,1)
Alliance libérale : 2,9% (+2,6)
Autres : 5,0% (+ 0,4)